Grand Rocher pour tous

Publié le 18 Mars 2015

Ca s'est décidé un peu au dernier moment. Nous irons faire un tour en peaux au Grand Rocher.

La première partie sous Pierre Roubet

La première partie sous Pierre Roubet

Du coup, le temps de manger, de se préparer et de monter au Barioz, il est quasiment quinze heures quand nous commençons à monter. Tout le monde est en peaux. L'élastique est dans le sac au cas où mais les filles ne le savent pas.

Le petit bois juste après Pierre Roubet

Le petit bois juste après Pierre Roubet

Le départ est un peu longuet et je commence à douter d'atteindre l'objectif. Mais comme on descend par l'itinéraire de montée...

Le rythme s'est accéléré au-dessus de Pierre Roubet

Le rythme s'est accéléré au-dessus de Pierre Roubet

Mais après ce temps d'adaptation, ça commence à bien dérouler. Il faut négocier quelques passages un poil raides ou encore gelés dans les zones à l'ombre et on débarque sur le plateau vers 1650 m à 16h.

Un bon stock de neige encore à 1650 m

Un bon stock de neige encore à 1650 m

Dans les traces du papa

Dans les traces du papa

Seuls, et au soleil.

Seuls, et au soleil.

La dernière pente est en vue

La dernière pente est en vue

Le second passage qui peut poser problème juste au-dessous du plateau est négocié sans déchaussage. La partie raide sous le sommet passe facilement en suivant la trace malgré une zipette de Emie.

Les dernières pentes, devant le crêt Luisard

Les dernières pentes, devant le crêt Luisard

Le plateau sommital

Le plateau sommital

Stella devant le Grand Rocher

Stella devant le Grand Rocher

Après une pause goûter à mi-chemin, nous finissons par arriver au sommet vers 17h30. La lumière est brumeuse mais l'ambiance bien classe et il n'y a pas un chat.

Devant d'autres grands rochers

Devant d'autres grands rochers

Nous prenons le temps de savourer cette belle ascension. 450 m de dénivelé, c'est déjà une belle performance pour la deuxième rando de Emie qui n'a pas encore cinq ans et demi. 

Le matos au sommet : skis d'approche et skis de descente

Le matos au sommet : skis d'approche et skis de descente

La descente est un peu délicate en haut avec une neige un peu molle puis de mieux en mieux car plus on descend et plus les passages sont canalisés : on se retrouve donc en terrain "dammé".

Descente au couchant

Descente au couchant

Bravo à toutes les deux. Stella a mené la descente du début à la fin sans assistance pendant que je veillais au grain sur Emie qui a assuré tout le long également.

Selfie à Pierre Roubet

Selfie à Pierre Roubet

Satisfaites !

Satisfaites !

Très bientôt, sans doute une vidéo.

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0
Commenter cet article

Remy 20/03/2015 15:18

La classe ! Ça fait bien envie d'arriver à ça avec ses petits...
Je vais essayé de m'y mettre avec mon grand ce printemps (5ans). Je lui ai combiné une paire de ski de fond avec de vieilles peaux pour que ça reste tout de même light. A suivre.

lta38 20/03/2015 17:50

Merci ! Pas mal aussi le ski de fond, mais un peu moins pratique dans les dévers et en cas de neige dure et il te faudra porter aussi les chaussures de descente. Mais quand on aime on compte pas. Je suis preneur de toute idée pour améliorer.

Mick 20/03/2015 07:24

Salut Lio,
bien chouette cette balade avec les filles !
Juste une question, tu fais comment finalement au niveau matos pour les skis d'approche au niveau des fixations ? Pour les chaussures, j'ai l'impression qu'elles montent avec leurs chaussures de piste, ce n'est pas trop pénible ?
Mick.

lta38 20/03/2015 17:49

Salut Mick. Oui elles montent en chaussures de piste. Quand il n'y avait que Stella, elle montait avec des chaussures de Piste à un seul crochet avec large ouverture mais à, à deux, le mulet a des limites ! En même temps, la première saison de notre regretté Nico Cardin en 96-97, il l'a faite avec ses chaussures d'alpin. Bien ouvertes, ça reste faisable même si ça n'a pas le débattement des Gignoux ! Pour les fix des skis d'approche j'ai une paire de Emery Chrono et une paire de Petzl avec étrier simple à l'avant et talonnière en plastoc derrière. Ca fait le poids d'une TLT speed. A+