Les Sept-Laux, J2

Publié le 17 Mai 2015

2h30 du matin. Déjà plus de quatre heures de sommeil et je me réveille. Le vent est tombé. C'est le moment de faire une petite séance de photos nocturnes.

Un éclairage un peu plus fort que les autres

Un éclairage un peu plus fort que les autres

La voie lactée au-dessus du lac de la Sagne

La voie lactée au-dessus du lac de la Sagne

Encore trois heures de sommeil supplémentaires et je démarre une balade photo au gré des envies. Direction la lac de l'Agnelin par une arête menant à une bosse le dominant. Avec la neige récente, pas besoin des crampons mais on triple l'horaire : chaque pas dans la neige s'enfonce dans la croûte cassante regelée en surface seulement et ce, jusqu'à mi-mollet. Du coup, je préfère choisir d'escalader quelques dalles de beau granit (le plus beau de Belledonne).

On prend un peu de hauteur

On prend un peu de hauteur

Un petit lac annexe du lac de l'Agnelin

Un petit lac annexe du lac de l'Agnelin

Le même de plus près

Le même de plus près

Je poursuis vers le lac du Cos, le Jeplan, puis reviens sur mes pas. les passages en neige sont pénibles. Je croise deux randonneurs vers 9h30. ils ont dû se lever bien tôt si ils sont partis ce matin de Grenoble. Puis un autre un peu plus tard près de ma tente de bivouac. Le lac de la Sagne est maintenant baigné de soleil.

Depuis le bivouac

Depuis le bivouac

D'un peu plus bas

D'un peu plus bas

Depuis sa rive

Depuis sa rive

Idem, autre point de vue un peu en retrait

Idem, autre point de vue un peu en retrait

Une hermine vient me rendre visite. J'étais sur le qui-vive car 90% de mes observations d'hermine se font en mai et juin. Sûrement qu'elles sont très actives en cette période. Et avec tous ces éboulis dans les parages. Malheureusement celle-ci sera peu coopérative, très affairée, sans cesse en mouvement. Il sera difficile d'en tirer une photo potable.

Observatrice

Observatrice

Affairée

Affairée

Il est temps de redescendre de ces hauts lieux très sauvages à moins d'une heure de la grande ville (oui je sais je me répète). Un sentier encore un peu humide et enneigé mais moins pénible que la veille. Et un au-revoir aux habituels bouquetins dont un dernier gros à dix mètres de la voiture.

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux, #paysages, #randonnée sportive

Repost 0
Commenter cet article