La course à l'armement

Publié le 15 Décembre 2015

Le visage de Chamrousse en 2030 ? (en jaune, les stations : Recoin et Roche Bé, Freydières, la Pra 2100 station "verte" accessible uniquement en RM ; en rouge et bleu les principales remontées mécaniques)

Le visage de Chamrousse en 2030 ? (en jaune, les stations : Recoin et Roche Bé, Freydières, la Pra 2100 station "verte" accessible uniquement en RM ; en rouge et bleu les principales remontées mécaniques)

1- TSD Bérangère

2- TC Croix

3- TSF Robert

4- TSD Vans

5- TSD Oursière

6- TSD Doménon

7- TC Freydières

8- TC Grand Colon

9- TSD Merlat

10- TSD Lauzière

11- TC Belledonne

12- TSF Grande Lance

13- Funiculaire (souterrain) de la Pra

La course est partout. Dans tous les domaines. La station de Chamrousse relance le projet d'équipement du sommet des Vans. Arguments : emploi, extension du domaine nécessaire pour plaire, pour aller plus haut en altitude chercher une neige qui fait parfois défaut en bas, ça n'empêchera pas les promeneurs de venir en été s'y balader...

Vu sous cet angle, on peut effectivement difficilement être contre... Mais regardons ça de plus près.

- Emploi. Il faudra construire un télésiège et modeler une piste, voire deux si on annexe aussi (probable) le vallon des Escombailles. Emploi temporaire donc. Il faudra ensuite trois/quatre (?) pisteurs de plus pour gerér ces nouveautés. Emploi à moyen terme. Pas de quoi casser trois pattes à un canard. Insuffisant pour "valider" le projet bien sûr.

La station de Chamrousse propose 80 km de pistes entre 1650 m (1400 même pour la piste de Casserousse) et 2250 m. Le dénivelé de ses pistes n'est pas son point fort mais un rajout des Vans ne changera rien (la piste des Vans ne fera que 400 m de dénivelé). On skie chaque année sans souci (disons que si y'a souci, y'a vraiment souci partout) de décembre à mi-avril car l'altitude moyenne est haute pour une "petite" station des Alpes du nord (2000 m). Certes, en cas de grosse disette, on pourra ouvrir la piste des Robert (au demeurant inintéressante) et celle des Vans (sans doute plus attrayante) avec retour station par la TC de la Croix mais ce sera surtout valable pour les débuts de saisons qui traînent un peu. De manière générale, les stations de basse altitude (1500 m max) tournent bien au moins un an sur deux actuellement en Isère donc a fortiori Chamrousse tourne normalement à peu près tous les ans. Au-delà de l'altitude sur un versant ouest bien ensoleillé et très caillouteux, une remodélisation (un engazonnement) des pistes actuelles du Recoin orientées au nord-ouest permettrait de commencer la saison avec des quantités plus faibles. A la fermeture de station en avril chaque année, les pistes restent pourtant skiables sur près de... 100% du domaine. L'argument du réchauffement climatique en cette période de COP21 était facile mais malheureusement fallacieux. En quand on utilise des arguments fallacieux, on perd en crédibilité.

- Pour plaire, on pourra, en trichant d'une grosse cinquantaine de mètres, annoncer 2500 comme altitude haute du domaine, et, avec quelques autres aménagements, parler de 100 km de pistes même on en sera sans doute bien loin en réalité. Mais côté ski, absolument rien d'intéressant ne nécessitant un tel "massacre".

- En été, les promeneurs qui trouvaient jadis un site sauvage aux lacs Robert ne pourront plus faire abstraction des pylônes. C'est déjà limite aujourd'hui mais là... Avec peut-être un confortable restaurant d'altitude au sommet des Vans ? L'intérêt du site sera vraiment diminué.

Les Vans depuis la croix de Chamrousse en début de saison (archives décembre 2006)

Les Vans depuis la croix de Chamrousse en début de saison (archives décembre 2006)

Et puis, tant qu'on y est, pourquoi ne pas modeler une piste descendant à l'Oursière ? Avec un télésiège à gros débit, on pourrait ensuite rejoindre la plaine de la Pra. Sur celle-ci, je verrais bien une station verte. La Pra 2100. Depuis Freydières, accessible désormais par une télécabine au départ de la nouvelle gare SNCF de Domène, un funiculaire sous le Grand Colon donnerait accès aux habitants. Sur le plateau, on pourrait s'y déplacer avec de petits véhicules électriques. L'été, piscine, golf (il y a déjà l'herbe). L'eau serait à volonté et gratuite. On pourrait même la mettre en bouteille et l'exporter dans le monde entier. La station pourrait s'étendre en direction de la Grande Lauzière, du Grand Colon et de la croix de Belledonne désormais dotée d'une piste noire sécurisée par de gros filets sous les Doménon et au-dessus du lac du Crozet. Avec des enneigeurs, on pourrait descendre toute la saison jusqu'à Freydières voire un petit extra plein nord jusqu'à Pont Rajas pour annoncer plus de 2000 m de dénivelé à faire pâlir les vallon de la Grave...

Bon arrêtons là les conneries.

Mais aménager, on ne sait jamais où ça va s'arrêter. Alors que l'offre française est déjà supérieure à la demande, une telle confisquation d'un domaine sauvage nous apparaît comme une violation pure et simple de notre nature.

Il va falloir rester vigilant et se mobiliser si le projet prenait de l'ampleur.

Car en toute objectivité, peut-on, pour la SEULE raison d'être un peu plus attractif sur le papier auprès de la clientèle, s'octroyer le droit de massacrer un pan de montagne, tout en ne sachant pas si ces retombées seront positives y compris à moyen terme ?

Nous devons rester vigilant car céder à cette extension, au-delà de cette première dégradation, est la porte ouverte à la suite.

Rédigé par lta38

Publié dans #humeur

Repost 0
Commenter cet article

ELA 28/01/2016 21:40

Bravo Lio, c'est bien mais je te trouve timoré !! Désolé mais j'ai été randonner ce weekend au dessus de Besse en Oisans et on a là le meilleur plan pour du ski piste bleu avec un .3000 en prime ! Des centaines d'hectares de vierge en altitude, le tout reliable à Huez facilement. Le vent là bas ? On damera dès le moindre flocon à coup de ratrack au diesel.

lta38 28/01/2016 22:44

Salut Etienne. Dans ski-alpinisme, Volo avait, il y a plus de trente ans, imaginé la liaison Chamrousse - Sept-Laux - Vaujany - Huez - Sybelles. De toutes façons mises à part les Préalpes Bauges, Chartreuse, Vercors et les vallées trop basses qui les séparent (encore qu'avec quelques pistes en synthétique), tout est reliable, à l'exception peut-être du coeur des Ecrins et de Belledonne, prouvant que ces massifs sont vraiment plus escarpés que la moyenne.

fmarmotte5 27/01/2016 12:09

De très bons arguments. Je partage cet article sur FB avec MW.A Prolognan j'ai croisé bon nombre de professionnels de la montagne qui regrettaient les exigences du Parc de la Vanoise et auraient aimé un télé au sommet de la Réchasse et du Dard :-( .

lta38 27/01/2016 16:15

Je pense effectivement qu'il ne faut pas exclure l'argument du grignotage progressif même si j'ai volontairement fait une provocation abusive. C'est sûr que les glaciers de la Vanoise sont l'endroit rêvé pour du ski "mécanique". Sans le parc, Pralo et Aussois seraient déjà reliés et Tignes et les Deux-Alpes auraient une sacré concurrence dans le domaine du ski d'été.

Damien 15/12/2015 21:05

excellent! Tu changes de job quand? ;-)
"PMEPM consulting & aménagement en montagne" ou "La compagnie du grand Van"

lta38 18/12/2015 12:26

J'ai la suite dans les cartons : jonction avec les septaux, Vaujany...

MonCahierNature 15/12/2015 19:26

Vision d'horreur !
Arrêtes, tu vas leur donner des idées !

lta38 18/12/2015 12:25

Bah, d'autres ont déjà dû y penser !