A l'image de cet hiver

Publié le 21 Février 2016

Pour commencer, un petit clin d'oeil à mon partenaire et quelques mots pour le lecteur : s'il m'arrive de faire un retour sur un ski, une veste ou une paire de chaussures, le retour est objectif (enfin objectif... disons qu'il est ce que je pense vraiment) que ce soit Adidas ou une autre marque. Dans tous les cas, jamais je n'encenserai un produit qui ne me convient pas ou que je juge médiocre.

Lorsque je dis que j'ai apprécié les Scope GTX, la Longsleeve ou encore les Raven, c'est que c'est vraiment le cas.

Des pieds pour les grands et les petits

Des pieds pour les grands et les petits

Aujourd'hui, à l'image de cet hiver où les températures font le yoyo et sont globalement douces, nous partons pour une balade à pied en moyenne montagne, équipés de chaussures faites pour aller dans la neige.

Pour ma part, il s'agit de la Conrax CP. Elle ne fait pas dans la légèreté mais en même temps, ce n'est pas le but et compte tenu de son programme on peut difficilement lui demander mieux. Elle paraît solide avec ses renforts, dotée d'une belle semelle crantée, d'un laçage rapide protégé sous le rabat rapide. Respirante et imperméable. Le type de chaussure à la fois fait pour flâner en station après le ski comme pour aller passer une journée les pieds dans la neige. Ou à raquettes. Mais aussi (surtout ?) pour plus que cela (je ne l'ai pas encore expérimenté) : elle est cramponable et avec sa rigidité, on peut espérer aller dans du fort raide et glacé. François Kern l'a utilisée lors de son expé en terre de Baffin avec des températures qu'aucun endroit (habité) de France n'a connu lors de ce mémorable hiver 2016. Moi qui, jusque là, opérais avec de simples chaussures Goretex et rentrais trempé avec parfois les pieds gelés, je confirme que c'est un autre monde. Pour les petits, le modèle Adisnow possède une bonne semelle avec membrane Climaproof et doublure Primaloft pour l'isothermie, la même que celle que j'ai dans mes doudounes de la marque. Préférez le modèle à scratch, moins précis mais qui permet à l'enfant d'être autonome s'il ne sait pas faire ses lacets. Et à l'école, cela évite à l'enseignant d'avoir à faire soixante paires de lacets avant d'aller en récréation (je sais de quoi je parle...).

Bon allez, fermons cette petite parenthèse matériel.

Mais que fait Emie avec un sac à la main ?

Mais que fait Emie avec un sac à la main ?

Montée, pique-nique au soleil puis sieste (pour les grands) et jeux (pour les petits). Et descente via un itinéraire bis où l'on comprend l'utilité d'un sac plastique : il ne prend pas de place dans le sac à dos et permet d'optiminiser la glisse à la descente.

Descente en culing sur sac plastique

Descente en culing sur sac plastique

Ca sent le printemps (sur la photo on n'entend pas les chants des mésanges et des grives).

Ca sent le printemps (sur la photo on n'entend pas les chants des mésanges et des grives).

Seize heures. Retour au bercail. SMS de Nico. "Je monte à la dent pour le sunset". Ca va être "liquide" mais bon...

16h45 au parking. J'attaque dans une mixture boueuse puis dans de la neige liquide. Je pousse péniblement mes skis sur une trace censée économiser ma progression. Mais quelle raideur ! Comment peut-on tracer aussi raide ? Au sommet, je rejoins Nico et Laurent de Diverticimes, venu faire quelques images.

Nico arrive au sommet

Nico arrive au sommet

Deux skieurs démarrent un peu avant le couchant

Deux skieurs démarrent un peu avant le couchant

Belledonne, derniers feux

Belledonne, derniers feux

Nico et Laurent en pleine discussion. Dans le ciel, des avions mais aussi le divertidrone

Nico et Laurent en pleine discussion. Dans le ciel, des avions mais aussi le divertidrone

L'emblème de la Dent sous l'oeil de la Lune

L'emblème de la Dent sous l'oeil de la Lune

Le soleil est repassé à "droite" de Chamerchaude : on va vers les beaux jours

Le soleil est repassé à "droite" de Chamerchaude : on va vers les beaux jours

Différentes couleurs de ciel juste avant et juste après le coucher du soleil
Différentes couleurs de ciel juste avant et juste après le coucher du soleil

Différentes couleurs de ciel juste avant et juste après le coucher du soleil

Et le ski ? Eh bien je m'attendais à pire au vue de la montée. Une neige bien portante dans le pas. Une traversée certes très moyenne où ça gratte un peu et puis un talweg bien glissant qui ramène jusqu'au col des Ayes. De quoi faire encore des grandes courbes dans la prairie et retour par la route bien tassée.

Mais quand même cette saison :

- Pas une seule descente à skis en coupant les lacets par le sentier

- Montée par le sentier de la Gorgette soit à pied soit à skis mais sur une épaisseur minimale

- Aucune descente intégrale sans être certain de ne rien toucher

- Mis à part dans le pas de l'Oeille (et encore, le crux est déjà bien dégarni), des quantités bien faibles

- S'il ne reneige pas significativement on ne skiera pas la Dent au mois de mars ce qui serait une première pour moi depuis que je suis revenu à Grenoble en 2003.

2016 est définitivement un mauvais cru pour la neige sur les Préalpes. A moins d'une doublette mars-avril abominable ce que personne ne souhaite.

Une sortie ski sur la Dent à l'image de cet hiver.

Ski crépusculaire

Ski crépusculaire

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse, #balade, #paysages, #matériel

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bertrand 23/02/2016 10:49

De visu, elles semblaient vraiment pas mal, mais les as-tu testées en marchant dans la pente ? Dès que ce n'est pas plat, dès qu'on plie le pied, la barre métallique au niveau de la flexion des orteils est douloureuse. Pour moi ce fut le cas dès les 10 premiers mètres et cette impression fut partagée par une autre personne ^^

lta38 14/05/2016 10:06

Petit retour après plusieurs sorties d'utilisation. Pas ressenti la gêne dont tu parles. Comme n'importe quelle chaussure, il est donc important d'essayer avant l'achat. Pour le reste, elles sont en passe de remplacer mes chaussures tige haute Goretex Salomon (au demeurant très bien) que j'hésite à revendre compte tenu qu'elles ont déjà pas mal servi (bien qu'en état tout à fait présentable y compris la semelle). La Conrax me va en effet très bien pour marcher dans la neige mais aussi en terrain "sec" avec une imperméabilité parfaite. Avec une guêtre, on surpasse n'importe quelle tige haute goretex. Ca respire certes un peu moins mais c'est pas si mal. Pour mes sorties aux champignons ou encore brame du cerf à l'automne, aucun doute sur le fait qu'elles seront à mes pieds.

lta38 23/02/2016 11:04

Comme je disais je n'ai fait que de la rando tranquille avec. Certes il y a bien eu quelques sentiers raides en neige dure mais je n'ai pas eu d'utilisation plus "sérieuse" pour éventuellement remarquer le désagrément dont tu parles. Je testerai et te dirai.