Canon EOS 6D + 24-70 f/4 L IS USM macro

Publié le 22 Février 2016

Canon EOS 6D + 24-70 f/4 L IS USM macro

Bon ça y est, je suis passé au capteur plein format. J'ai choisi l'EOS 6D, i.e. l'entrée de gamme chez Canon. L'idée de départ, c'était d'accepter de perdre le coefficient x1,6 (pour l'animalier), l'écran orientable et 1 im/sec en rafale par rapport à mon 60D, pour gagner en qualité d'image et en haute sensibilité. Car si le 60D sort vainqueur du petit comparatif ci-dessous par cinq points à quatre, si on regarde les critères de qualité d'image, c'est trois à zéro pour le 6D (capteur, résolution, sensibilité). Le résultat est sans appel et se vérifie déjà sur le terrain après mes premières photos. Des images plus piquées si on va chercher les détails avec une meilleure dynamique, un AF bien meilleur en basse lumière, 10% de pixels en plus pour un recadrage éventuel et une meilleure gestion des hautes sensibilités.

Et n'oublions pas l'autofocus. Si le nombre de collimateurs reste proche, les caractéristiques de celui du 6D sont éloquentes avec une sensibilité terrible en basse lumière sur le collimateur central.

modèle EOS 60D EOS 6D
capteur APS-C 24x36
définition 18 mp 20,2 mp
AF 9 coll. -0,5 à 18 IL 11 coll. -3 à 18 IL
écran 1,04 mp 1,04 mp
orientable oui non
obturateur 30 s -> 1/8000 30 s -> 1/4000
motorisation 5,3 im/s 4,5 im/s
capacité 58 jpeg / 16 RAW 1250 jpeg / 17 RAW
exposition  TTL 63 zones TTL 63 zones
sensibilité 100-12800 ISO 100-102400 ISO
vidéo HD 30 im/s HD 30 im/s
poids 755 g 755 g
rapport 24x36 x 1,6 x 1
tarif 600 €  1500€

Avec le cashback de Canon de janvier dernier, j'ai pu acquérir l'EOS 6D pour 2000 € avec le 24-70 f/4 L IS USM macro qui est vraiment une tuerie. Un objectif solide (600g) mais pas trop encombrant et une qualité époustouflante de l'ensemble qui surpasse de loin mon ancien couple EOS 60D / 17-50 f/2,8 SP Tamron. Certes il n'ouvre qu'à f/4 mais il est stabilisé, possède une construction robuste tous temps et une position macro loin d'être ridicule (rapport x0,7 quasi suffisant pour l'usage que j'en fais, ayant revendu mon EF-S 60 macro). A ce prix-là, c'était une occasion à ne pas rater pour passer au FF à moindre frais. Surveiller l'arrivée du successeur (6D mkII ?) qui aurait pour répercussion de baisser le tarif du 6D.

Reste le problème de l'animalier. A 300 mm, je vais être limité. Cependant, je n'en fais pas non plus mon activité principale.

Sur les sujets que j'affectionne, un téléobjectif supérieur au 300 mm n'est pas indispensable :

- brame du cerf : la majoité de mes clichés de ces deux dernières années ont été faits au 70-200 sur APS-C à pleine focale (équivalent 320 mm).

- Tétras-lyre : le gros plan n'est pas ma priorité et mon affût reste proche de la place.

- Mammifères de montagne : chamois, bouquetin, marmotte. Gros télé inutile car je préfère les situer dans leur élément.

- Pour le reste, il est clair que cela ne suffira pas. Cependant, en faible lumière, mieux vaut une belle image qu'une image cadrée plus serrée et bruitée à 5000 ISO. Et quand la lumière est là je suis curieux de comparer le couple 60D + 300 mm au trio 6D + 300 mm + extender 1,4x. Il est cependant probable pour que j'investisse par la suite dans un des très bons télézooms des marques tierces comme l'excellent 150-600 de chez Tamron (qui pèse un kilo de moins que Sigma version S). A moins de trouver une belle occasion d'un 300 f/2,8 Canon ou d'un Sigma 120-300 f/2,8 (après, faut accepter de les trimballer).

Par ailleurs, il me manque un UGA pour le paysage et là, on a vraiment le choix alors qu'en APS-C c'est un peu le goulag avec un 10-22 sinon rien. Et franchement, j'ai vraiment envie de me payer le nouveau né de chez Sigma : un 20 mm f/1,4 qui semble dément.

Entre une ouverture aussi lumineuse et la gestion du bruit du FF, imaginez le résultat en photo de nuit ! Le site Digital Picture nous indique déjà que le piqué à pleine ouverture sur l'ancien EOS 1Ds mkIII est très bon alors...

Pas loin de 1000 boules mais comme il vient de sortir, on peut espérer une petite baisse de tarif dans les mois à venir non ?Pas loin de 1000 boules mais comme il vient de sortir, on peut espérer une petite baisse de tarif dans les mois à venir non ?

Pas loin de 1000 boules mais comme il vient de sortir, on peut espérer une petite baisse de tarif dans les mois à venir non ?

Le Tamron 150-600 f/5-6,3. Encensé par tous les tests sur boîtier FF dès sa sortie. Ouverture f/5,6 et grande qualité d'image jusqu'à la focale 430 mm ; au delà, ça pique un peu du nez mais rien d'alarmant. A utiliser dans de bonnes conditions de lumières. Sans doute très bien pour les grands mammifères à distance ou les petits oiseaux, en pleine journée. Pour faire court : moins de deux kilos et moins de mille euros. Qui dit mieux ?

Le Tamron 150-600 f/5-6,3. Encensé par tous les tests sur boîtier FF dès sa sortie. Ouverture f/5,6 et grande qualité d'image jusqu'à la focale 430 mm ; au delà, ça pique un peu du nez mais rien d'alarmant. A utiliser dans de bonnes conditions de lumières. Sans doute très bien pour les grands mammifères à distance ou les petits oiseaux, en pleine journée. Pour faire court : moins de deux kilos et moins de mille euros. Qui dit mieux ?

Pour finir, un petit essai effectué sur les hautes sensibilités.

Par comparaison avec le 60D, l'EOS 6D a un traitement du bruit proche de ce que j'obtenais avec l'APS-C à 1,5/2 IL de différence.

3200, 6400, 12800, puis 25600, 51200, 102400 ISO (cliquez sur les images). On remarque qu'il n'y a quasiment pas de bruit à 3200 et que ça reste très bon jusqu'à 12800 ! La sensibilité 25600 marque un premier pas mais reste tout à fait exploitable. A 51200 ISO, la perte de détail est importante. On dira que ça peut permettre de sauver une image plutôt que pas d'image du tout. Le dernier cran est anecdotique.3200, 6400, 12800, puis 25600, 51200, 102400 ISO (cliquez sur les images). On remarque qu'il n'y a quasiment pas de bruit à 3200 et que ça reste très bon jusqu'à 12800 ! La sensibilité 25600 marque un premier pas mais reste tout à fait exploitable. A 51200 ISO, la perte de détail est importante. On dira que ça peut permettre de sauver une image plutôt que pas d'image du tout. Le dernier cran est anecdotique.3200, 6400, 12800, puis 25600, 51200, 102400 ISO (cliquez sur les images). On remarque qu'il n'y a quasiment pas de bruit à 3200 et que ça reste très bon jusqu'à 12800 ! La sensibilité 25600 marque un premier pas mais reste tout à fait exploitable. A 51200 ISO, la perte de détail est importante. On dira que ça peut permettre de sauver une image plutôt que pas d'image du tout. Le dernier cran est anecdotique.
3200, 6400, 12800, puis 25600, 51200, 102400 ISO (cliquez sur les images). On remarque qu'il n'y a quasiment pas de bruit à 3200 et que ça reste très bon jusqu'à 12800 ! La sensibilité 25600 marque un premier pas mais reste tout à fait exploitable. A 51200 ISO, la perte de détail est importante. On dira que ça peut permettre de sauver une image plutôt que pas d'image du tout. Le dernier cran est anecdotique.3200, 6400, 12800, puis 25600, 51200, 102400 ISO (cliquez sur les images). On remarque qu'il n'y a quasiment pas de bruit à 3200 et que ça reste très bon jusqu'à 12800 ! La sensibilité 25600 marque un premier pas mais reste tout à fait exploitable. A 51200 ISO, la perte de détail est importante. On dira que ça peut permettre de sauver une image plutôt que pas d'image du tout. Le dernier cran est anecdotique.3200, 6400, 12800, puis 25600, 51200, 102400 ISO (cliquez sur les images). On remarque qu'il n'y a quasiment pas de bruit à 3200 et que ça reste très bon jusqu'à 12800 ! La sensibilité 25600 marque un premier pas mais reste tout à fait exploitable. A 51200 ISO, la perte de détail est importante. On dira que ça peut permettre de sauver une image plutôt que pas d'image du tout. Le dernier cran est anecdotique.

3200, 6400, 12800, puis 25600, 51200, 102400 ISO (cliquez sur les images). On remarque qu'il n'y a quasiment pas de bruit à 3200 et que ça reste très bon jusqu'à 12800 ! La sensibilité 25600 marque un premier pas mais reste tout à fait exploitable. A 51200 ISO, la perte de détail est importante. On dira que ça peut permettre de sauver une image plutôt que pas d'image du tout. Le dernier cran est anecdotique.

Rédigé par lta38

Publié dans #matériel

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Dauvergne Jérôme 25/02/2016 15:18

Je trouve que le prix du sigma 20mm est un peu excessif tout de même... Chez Samyang il y a le 24 dont le prix est divisé par 2... certes tu perds 4mm et c'est un manuel mais bon...

lta38 25/02/2016 23:04

Pas donné effectivement mais compare avec les Canikon. En plus, il n'existe aucun autre 20 mm qui ouvre à f/1,4. pas d'accord pour le 24. 20 c'est pas 24 et pour la nuit, tu peux toujours essayer la map manuelle. Ca fonctionne pas. Et double emploi au niveau focale puisque j'ai déjà un 24-70. En fait, en paysage, je trouve que l'UGA idéal se trouve autour des 18 mm. 15-16 c'est trop large (c'est bon pour l'escalade mais j'ai ça sur mon GM1, suis pas prêt d'emporter le gros en paroi). 24 c'est vraiment pas assez. Du coup 20 mm c'est presque parfait à un ou deux mm près. Ce Sigma avec son ouverture à f/1,4 me parait donc être quasi parfait.

Timothée 25/02/2016 12:01

Bienvenue dans un nouveau monde !
En gagnant en sensibilité, tu peux utiliser un doubleur sur ton télé..
Et pour le 20mm, c'est mon objo préféré (chez Nikon) et je n'ai rien de plus grand angle, ça me suffit bien !

lta38 25/02/2016 23:05

Oui tu me l'avais dit pour le 20 mm. Ce n'est pas pour rien que je lorgne sur le Sigma ultra lumineux.