Un bien belle der (?)

Publié le 23 Juin 2016

C'est sans doute (quoique...) la dernière à skis de cette saison 2016. Finalement, on y aura fait du bon ski malgré de nombreux alés climato-météo et pour ma part, un peu plus de 70000 m de dénivelé ce qui est honorable. Symboliquement, je voulais finir par une belle bambée de ski d'été dans Belledonne. Ayant déjà pas mal épuisé le répertoire dans le secteur des Sept-Laux, ce sera cette fois en face de chez moi quitte à déchausser un peu plus haut.

Le départ se fait depuis pré Clos vers 14h en direction du mont Saint-Mury puis du désersoir de la Sitre. Je laisse le short et les baskets sur le replat à 2100 m et c'est parti avec les peaux jusqu'au col des Lances où un petit déchaussage technique pour sortir sur le petit glacier de la Sitre : c'est raide, cinquante centimètre de large.

Première descente (que je n'avais faite que dans l'autre sens) jusqu'au lac Blanc où je prends le temps de profiter du paysage exceptionnel qui s'offre à moi et faire le plein d'eau.

Lac de la Sitre et PLC skiée cet hiver

Lac de la Sitre et PLC skiée cet hiver

Lac Blanc du col des Lances

Lac Blanc du col des Lances

Petit lac annexe du lac Blanc

Petit lac annexe du lac Blanc

Lac Blanc

Lac Blanc

Lac Blanc en entier avec le fish eye

Lac Blanc en entier avec le fish eye

Idem

Idem

16h15 : j'attaque la remontée du versant Freydane jusqu'au col puis coupe en direction de la Croix : la traversée exposée est assez raide et les peaux sur le névé c'est pas top. Ce n'est pas le moment de glisser alors je passe le quelques mètres les plus raides à pieds en tapant bien à chaque pas. Je sors sur le plateau sommital où je suis englué dans de la neige récente collante. J'en bave. Par dessus le marché, les peaux sont gorgées d'eau et ne collent plus ; le petit air (thermique) présent jusqu'au col de Freydane a disparu. Quelle chaleur !! Il me faudra près d'une heure quinze pour parcourir les même pas huit cents mètres séparant la Croix du lac Blanc. Pfff... Il faut dire aussi que mon état de forme n'est pas non plus dans ses meilleurs jours.

16h15 : j'attaque la remontée du versant Freydane jusqu'au col puis coupe en direction de la Croix : la traversée exposée est assez raide et les peaux sur le névé c'est pas top. Ce n'est pas le moment de glisser alors je passe le quelques mètres les plus raides à pieds en tapant bien à chaque pas. Je sors sur le plateau sommital où je suis englué dans de la neige récente collante. J'en bave. Par dessus le marché, les peaux sont gorgées d'eau et ne collent plus ; le petit air (thermique) présent jusqu'au col de Freydane a disparu. Quelle chaleur !! Il me faudra près d'une heure quinze pour parcourir les même pas huit cents mètres séparant la Croix du lac Blanc. Pfff... Il faut dire aussi que mon état de forme n'est pas non plus dans ses meilleurs jours.

Descente COP (comme on peut...) sur la partie haute puis ça tourne beaucoup mieux jusqu'un peu en amont du lac du Grand Doménon. Remise des peaux (que j'ai faites sécher à la Croix) et zou, ça repart par la face sud-est (donc repassée à l'ombre à cette heure-là) de la Grande Lance. Les bouquetins m'accueillent au sommet. Je redescends par la classique sud (que je n'avais fait que remonter) puis poursuis en aval du Petit Doménon jusqu'au replat (moyennant un court déchaussage). 

Je bricole une attache pour peaux avec des bouts de ficelle ; cela me permet de remonter skis aux pieds la partie inférieure de la face sud du pic du Loup. Je finis à pied car c'est majoritairement sec jusqu'à l'antécime, sous une belle lumière du soir (oui je n'ai pas été rapide mais entre la forme du moment et les conditions... et aussi le compteur qui affiche 2800 m de dénivelé).

Descente vite avalée jusqu'au premier replat où je m'offre une dernière courte remontée pour aller chercher la lumière au col des Lances. Ma trace d'il y a cinq heures est encore visible mais bien atténuée. Avec cette chaleur, on doit avoisiner la perte de 10 cm/jour.

Final en grandes courbes sur la grande pente de la Sitre et grosse pause avant d'attaquer la fin de descente sur le bon sentier menant au pré du Mollard. Encore du grand Belledonne aujourd'hui. Un grand merci à l'éducation nationale pour ces jeudis après-midis bien exploités depuis le début de cette année scolaire mais notons que pour les élèves, cette organisation me semble moins bonne que celle qui l'a précédée !

 

16h15 : j'attaque la remontée du versant Freydane jusqu'au col puis coupe en direction de la Croix : la traversée exposée est assez raide et les peaux sur le névé c'est pas top. Ce n'est pas le moment de glisser alors je passe le quelques mètres les plus raides à pieds en tapant bien à chaque pas. Je sors sur le plateau sommital où je suis englué dans de la neige récente collante. J'en bave. Par dessus le marché, les peaux sont gorgées d'eau et ne collent plus ; le petit air (thermique) présent jusqu'au col de Freydane a disparu. Quelle chaleur !! Il me faudra près d'une heure quinze pour parcourir les même pas huit cents mètres séparant la Croix du lac Blanc. Pfff... Il faut dire aussi que mon état de forme n'est pas non plus dans ses meilleurs jours.

Descente COP (comme on peut...) sur la partie haute puis ça tourne beaucoup mieux jusqu'un peu en amont du lac du Grand Doménon. Remise des peaux (que j'ai faites sécher à la Croix) et zou, ça repart par la face sud-est (donc repassée à l'ombre à cette heure-là) de la Grande Lance. Les bouquetins m'accueillent au sommet. Je redescends par la classique sud (que je n'avais fait que remonter) puis poursuis en aval du Petit Doménon jusqu'au replat (moyennant un court déchaussage). 

Je bricole une attache pour peaux avec des bouts de ficelle ; cela me permet de remonter skis aux pieds la partie inférieure de la face sud du pic du Loup. Je finis à pied car c'est majoritairement sec jusqu'à l'antécime, sous une belle lumière du soir (oui je n'ai pas été rapide mais entre la forme du moment et les conditions... et aussi le compteur qui affiche 2800 m de dénivelé).

Descente vite avalée jusqu'au premier replat où je m'offre une dernière courte remontée pour aller chercher la lumière au col des Lances. Ma trace d'il y a cinq heures est encore visible mais bien atténuée. Avec cette chaleur, on doit avoisiner la perte de 10 cm/jour.

Final en grandes courbes sur la grande pente de la Sitre et grosse pause avant d'attaquer la fin de descente sur le bon sentier menant au pré du Mollard. Encore du grand Belledonne aujourd'hui. Un grand merci à l'éducation nationale pour ces jeudis après-midis bien exploités depuis le début de cette année scolaire mais notons que pour les élèves, cette organisation me semble moins bonne que celle qui l'a précédée !

 
Heureux d'être là

Heureux d'être là

Triptyque mythique

Triptyque mythique

La Croix. Ouf !

La Croix. Ouf !

Descente COP (comme on peut...) sur la partie haute puis ça tourne beaucoup mieux jusqu'un peu en amont du lac du Grand Doménon. Remise des peaux (que j'ai faites sécher à la Croix) et zou, ça repart par la face sud-est (donc repassée à l'ombre à cette heure-là) de la Grande Lance. Les bouquetins m'accueillent au sommet. Je redescends par la classique sud (que je n'avais fait que remonter) puis poursuis en aval du Petit Doménon jusqu'au replat (moyennant un court déchaussage). 

Bouquetins
Bouquetins
Bouquetins

Bouquetins

Sommet GLD ; Le Kway de sortie mais pas les gants

Sommet GLD ; Le Kway de sortie mais pas les gants

Je bricole une attache pour peaux avec des bouts de ficelle ; cela me permet de remonter skis aux pieds la partie inférieure de la face sud du pic du Loup. Je finis à pied car c'est majoritairement sec jusqu'à l'antécime, sous une belle lumière du soir (oui je n'ai pas été rapide mais entre la forme du moment et les conditions... et aussi le compteur qui affiche 2800 m de dénivelé).

Descente vite avalée jusqu'au premier replat où je m'offre une dernière courte remontée pour aller chercher la lumière au col des Lances. Ma trace d'il y a cinq heures est encore visible mais bien atténuée. Avec cette chaleur, on doit avoisiner la perte de 10 cm/jour.

Grande Lauzière et la Pra (à gauche le Petit Doménon)

Grande Lauzière et la Pra (à gauche le Petit Doménon)

Lac Blanc depuis le col des Lances, avec des couleurs plus chaudes qu'en milieu d'après-midi

Lac Blanc depuis le col des Lances, avec des couleurs plus chaudes qu'en milieu d'après-midi

Final en grandes courbes sur la grande pente de la Sitre et grosse pause avant d'attaquer la fin de descente sur le bon sentier menant au pré du Mollard. Encore du grand Belledonne aujourd'hui. Un grand merci à l'éducation nationale pour ces jeudis après-midis bien exploités depuis le début de cette année scolaire mais notons que pour les élèves, cette organisation me semble moins bonne que celle qui l'a précédée !

Déversoir de la Sitre. Fin du ski

Déversoir de la Sitre. Fin du ski

Retour paisible au crépuscule

Retour paisible au crépuscule

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0
Commenter cet article