Belledonne vue d'en-haut

Publié le 6 Juillet 2016

Le maître d'école, lorsqu'il a le plaisir de mener une classe du début à la fin de l'année ou a minima sur quelques mois, a souvent un autre petit plaisir : celui des remerciements et des petits cadeaux des enfants au moment de la quille. Moment encore très fort cette année avec des élèves de plus en plus attachants au fur et à mesure que l'année s'écoulait et de belles attentions de départ malgré un travail au quart temps dans la classe seulement. Parmi celles-ci, un survol de Belledonne en avion monomoteur quatre places. J'ai tout particulièrement apprécié ce geste qui, au-delà de l'investissement financier, "oblige" à donner de son temps même si, à n'en pas douter, la pilote Sylvie que je remercie chaleureusement ici a fait aussi cela par plaisir pour elle-même.

Inutile de préciser que le passage a proximité du Grand Pic a été très fort. Les filles ont pu apprécier, entre autres, la Croix vue d'en-haut, sommet qu'elles avaient foulé l'été dernier.

 

Préparatifs

Préparatifs

Prêtes !

Prêtes !

Survol de Grenoble au décollage

Survol de Grenoble au décollage

Jasse Bralard. Au fond, GPB (à g.) et GLA (à d.)

Jasse Bralard. Au fond, GPB (à g.) et GLA (à d.)

Les trois Pics versant Freydane

Les trois Pics versant Freydane

La croix de Belledonne

La croix de Belledonne

Le lac de la Belle Etoile

Le lac de la Belle Etoile

Lac Blanc des Sept-Laux et chaînon du rocher Blanc

Lac Blanc des Sept-Laux et chaînon du rocher Blanc

Nettoyage de l'avion au retour

Nettoyage de l'avion au retour

A ce sujet, je termine par un petit comparatif concernant l'empreinte écologique car certains ont déjà lancé des polémiques à ce sujet.

Nous avons consommé environ trente litres de carburant pour ce vol soit environ huit litres par personne. Un vol en avion de ligne représente en moyenne une consommation de quatre litres aux cent kilomètres et la moyenne d'un vol est de deux-mille cinq-cents kilomètres par personne soit une consommation individuelle de cent litres pour un déplacement (donc le double pour l'aller-retour). Il est particulièrement déplacé d'entendre des remarques "écologiques" de la part de gens qui voyagent en avion tous les ans quand on sait qu'un tel voyage consomme (donc) vingt-cinq fois plus que ces quarante minutes de pur plaisir en monomoteur à hélice.

 

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages, #vol

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article