Brame 2016 (VIII) : c'est parti !

Publié le 19 Septembre 2016

Changement radical en deux jours : des traces, fort nombreuses, des odeurs. Ca bouge ! Direction l'affût numéro 5. Durant l'approche, j'alerte un groupe de biches. La première traverse la trouée devant moi de trois-quart dos. S'en suit une autre, les jeunes, un daguet... La dernière s'arrête pour scruter les environs alors que je me suis immobilisé contre un tronc. J'ai tout le temps de faire des images. Le mode silencieux est vraiment appréciable. Je les retrouve un peu plus loin juste en-dessous de l'affût. Elles n'ont donc que peu été dérangées et ça me plait.

Dernière biche et son faon de l'année du premier groupe rencontré

Dernière biche et son faon de l'année du premier groupe rencontré

Je m'installe et attend. C'est bien humide mais cette fois, il ne pleut pas. Ca brame en contre-bas. J'attends toujours. Ils sont deux à se répondre. Ce n'est pas le concert des grands moments mais cette fois on peut dire que c'est parti pour de bon. Un petit groupe de biches passe à proximité de l'affût mais point de cerf.

Les biches lèvent le cou façon "girafe" pour récolter les feuilles tendres

Les biches lèvent le cou façon "girafe" pour récolter les feuilles tendres

19h. Il ne me reste que trois-quarts d'heure de lumière. Rien ne se passe ici. Ca brame cent mètres plus bas (en dénivelé). Je vais faire un tour ; d'autant que c'est sur le chemin du retour. Ils sont dans un secteur bien compliqué et très boisé et ne semblent pas bouger. Je profite du son mais ne tente pas d'approche en mode "affût mobile". Il est (déjà) l'heure de quitter les lieux. Je redouble de prudence sur un passage où il y a toujours "du monde". Bingo, deux daguets traînent par là.

Un daguet qui m'a détecté bien que partant sans s'affoler

Un daguet qui m'a détecté bien que partant sans s'affoler

20h. La nuit tombe. Et soudain, une odeur. Forte. Un cerf est passé par là entre mon arrivée et maintenant. Il y a une souille pas loin. Je scrute. Je cherche. On y voit encore un peu. Je ne vois ni n'entends quoi que ce soit. Puis, d'un coup "il" est là. Enorme. Quel cerf ! Je ne l'avais jamais vu ici celui-là. Il était à dix mètres au milieu de fougères. Quelle surprise ! Entre l'obscurité et le sol humide, je n'avais rien entendu, rien vu. Quelle proximité. Il traverse le chemin juste devant moi et s'immobilise. Je tente une image à main levée ce qui a la conséquence de le faire remarquer ma présence. Aussitôt, il s'enfuit dans l'épaisse forêt.

Un énorme cerf

Un énorme cerf

Cette première sortie animée laisse présager une belle suite. Cette fois, les animaux sont là et actifs. Brame du cerf 2016, c'est parti !

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost 0
Commenter cet article