Flamme de Pierre

Publié le 1 Novembre 2016

Chaque année, j'aime particulièrement faire des sorties escalade en "haute" montagne à cette période de l'année. La lumière est souvent fantastique. 

Quand j'ai bouclé le topo Belledonne Escalade en 2010, j'avais réalisé cette voie quelques mois auparavant, insuffisamment préparé. J'avais voulu la parcourir alors toute fraîchement ouverte afin de la faire figurer dans le topo. Autant dire que j'avais envoyé l'ami Etienne devant et avais couiné derrière du début à la fin. Depuis, j'ai changé de niveau. C'est l'occasion d'y retourner avec Julien qui n'a pas jamais les pieds dans le secteur hormis l'hiver à skis.

Ouverte par mon ami Stéphane Bauzac et son équipe en hommage à Pierre Chapoutot qui avait repéré la ligne, c'est une des voies difficiles du massif. Ce parcours m'aura permis d'en prendre une mesure plus "juste". Certes, les commentaires étaient un peu trop dithyrambiques, dans doute empreints d'un côté affectif mais je persiste sur le caractère sérieux de l'entreprise. Quant à la beauté, Ju vous dira que c'est une très belle voie. Certes, il y a des passages lichéneux qui ternissent un peu la beauté du rocher (et la précision des pieds...) ; des passages un peu délicats (équipement et/ou qualité du caillou). On n'est pas à la Dibona. Mais c'est une voie à faire absolument dans la catégorie des voies difficiles de montagne.

Petit topo, une fois n'est pas coutume.

Approche (1h30)

Du col du Glandon, gagner le petit lac de la Combe par un sentier bien marqué. Suivre ensuite une succession de croupes herbeuses (plutôt que les talwegs pierreux) jusqu'à la casse située au pied du grand couloir séparant l'aiguille d'elle de la Saint-Phalle. La voie attaque sur cette dernière, sur la gauche, au pied d'un profond couloir (névé persistant). Les trois premières longueurs restent à l'ombre jusque vers 11h en raison d'un promontoire gênant à droite.

Itinéraire (6h)

- L1 : Remonter un mur de gneiss surprenant aux prises arrondies (5c). 20 m. 2 spits.

- L2 : Monter droit dans une fissure et en sortir par un passage malcommode ; poursuivre par un mur raide splendide et difficile mais très bien équipé (6c+). 30 m. 6 goujons.

- L3 : Partir à droite (facile mais expo) jusqu'au pied d'un mur. Le remonter (un passage bien bloc) puis tirer à gauche en oblique sur des écailles et finir facilement en dalle (6b+). 45 m. 5 goujons, 2 pitons.

- L4 : Monter droit puis suivre une rampe caractéristique sur la gauche. Longueur technique (6a+). 30 m. 9 goujons.

- L5 : Suivre les points... Partir légèrement à droite puis monter droit avant de traverser à nouveau à droite puis droit pour gagner le relais. Gérer le tirage. Trois crux séparés par des repos (7b dalle !). 45 m. 11 goujons, 2 spits.

- L6 : Partir droit (protéger...) puis à droite pour passer deux murs légèrement surplombants, le second avec un passage retors un peu morpho. Gagner l'arête à droite puis remonter quelques mètres (6c+). 40 m. 6 goujons, 1 piton.

- L7 : Traverser à droite vers le couloir puis le remonter (à protéger) jusqu'à une brèche (4c). 35 m. 0 point.

- L8 : Remonter un mur raide mais bien prisu jusqu'à la tour rouge. La gravir par un crochet droite-gauche puis tirer à gauche dans une faiblesse lichéneuse (ne pas monter dans la fissure à droite, tentant mais pourri). Par un pas délicat, basculer dans la face à gauche et continuer en oblique ascendante vers la gauche jusqu'à l'arête (6a+ à protéger). Un (seul) goujon pour le relai. Longueur de 60 m mais le second peut commencer à faire les dix premiers mètres qui ne dépassent pas le 4. 3 pitons seulement.

- L9 : A corde tendue, gravir les cent mètres de l'arête terminale en évitant par la droite un ressaut plus raide. Rocher moyen puis meilleur sur le final (4a). 0 point.

Descente (1h30)

Par l'arête est (3, rocher délicat) jusqu'un peu avant la brèche dominant le grand couloir sud. Un rappel de 25 m donne accès au couloir (on peut continuer à désescalader par un crochet versant nord et entrer dans le couloir sans rappel au niveau de la brèche). Descendre ce couloir en jonglant entre les talwegs et ses pierres croulantes et les bosses en gneiss poli magnifique et excellent. Un rappel est équipé à mi-hauteur pour un passage plus raide mais qui se désescalade également (3 max). L'horaire est un horaire normal pour une cordée au pied montagnard qui fait la descente en solo. Si on doit s'encorder et se protéger voire équiper des rappels, le majorer très nettement !

Retour (1h)

Par le même itinéraire.

Matériel

- Corde 2x50 préférable mais passe avec une simple de 50 m.

- 14 dégaines

- 4 grandes sangles

- Un jeu de friends (Camalot du 0,3 au 2)

 

 

Approche finale

Approche finale

Sortie de L3

Sortie de L3

Ju attaque L4

Ju attaque L4

L4 vue de R3

L4 vue de R3

Sortie de L5

Sortie de L5

Attaque de L6

Attaque de L6

La tour rouge (L8)

La tour rouge (L8)

Troisième Saint-Phalle pour bibi
Troisième Saint-Phalle pour bibi

Troisième Saint-Phalle pour bibi

En nord, ça sent l'hiver. Le glacier de l'Argentière a, malheureusement, quasiment disparu.

En nord, ça sent l'hiver. Le glacier de l'Argentière a, malheureusement, quasiment disparu.

Final (photo smartphone)

Final (photo smartphone)

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0
Commenter cet article