Cap au sud

Publié le 24 Décembre 2016

Après Lisbonne, Marseille ! Quelques jours chez Karine et Ced pour des fêtes une fois de plus exceptionnellement bien préparées par nos Marseillais. Les retrouvailles s'accompagnent de la traditionnelle "balade" digestive. Je mets les guillemets car Ced' n'avait pas repéré une partie de l'itinéraire qui se révéla un peu plus "touffue" que prévue. Histoire de finir par un peu de "sanglier" dans la forêt ; d'ailleurs, nous en avons "levé" trois ! Une bien belle boucle aux portes de Marseille comme j'ai pu en faire de nombreuses durant mes années d'étude. Et un point culminant (celui des Calanques, le Campagne) de plus puisque je ne l'avais jamais foulé !

Montée tantôt douce, tantôt raide mais toujours panoramique, depuis la Ginette.

Montée tantôt douce, tantôt raide mais toujours panoramique, depuis la Ginette.

Beaucoup de mistral au sommet. Le GM1 bien amarré sur le Gorillapod solidement fixé sur le panneau sommital.

Beaucoup de mistral au sommet. Le GM1 bien amarré sur le Gorillapod solidement fixé sur le panneau sommital.

Descente plein nord sur le collet dominé par le mont Saint-Cyr

Descente plein nord sur le collet dominé par le mont Saint-Cyr

A l'ouest, un vallon des plus sauvages (on ne voit plus Marseille, pas de sentier balisé, juste une trace étroite sur laquelle les chênes kermès et autres ajoncs à petites fleurs picotent un peu les jambes) menant à l'impasse de la muraille de Chine, secteur protégé
A l'ouest, un vallon des plus sauvages (on ne voit plus Marseille, pas de sentier balisé, juste une trace étroite sur laquelle les chênes kermès et autres ajoncs à petites fleurs picotent un peu les jambes) menant à l'impasse de la muraille de Chine, secteur protégé

A l'ouest, un vallon des plus sauvages (on ne voit plus Marseille, pas de sentier balisé, juste une trace étroite sur laquelle les chênes kermès et autres ajoncs à petites fleurs picotent un peu les jambes) menant à l'impasse de la muraille de Chine, secteur protégé

Une légère remontée permet de trouver le sésame sur un autre vallon qu'il faut rapidement quitter à gauche pour rejoindre une crête un peu exposée mais facile (parer les enfants au cas où) puis un pierrier pour rejoindre directement l'entrée de Marseille (où un second véhicule avait été préalablement déposé). Un peu de "sanglier" entre les chênes kermès pour rejoindre ce pierrier.

C'est ici que nous dérangeons trois sangliers. Deux s'enfuient vers le bas. Le plus gros prend la direction ascendante où bibi, parti voir s'il n'y avait pas passage plus commode, se tapis près du sol. Le petit téléobjectif emporté dans le sac au cas où me permet de sauver une image même si on est loin de la qualité du reflex et du confort de la visée.

C'est ici que nous dérangeons trois sangliers. Deux s'enfuient vers le bas. Le plus gros prend la direction ascendante où bibi, parti voir s'il n'y avait pas passage plus commode, se tapis près du sol. Le petit téléobjectif emporté dans le sac au cas où me permet de sauver une image même si on est loin de la qualité du reflex et du confort de la visée.

Final dans les dernières lumières solaires pour une petite boucle sympathique avec les enfants

Final dans les dernières lumières solaires pour une petite boucle sympathique avec les enfants

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive, #animaux

Repost 0
Commenter cet article