Ca ressemble à de l'alcool mais ce n'est pas de l'alcool...

Publié le 24 Avril 2017

Et c'est pour ça que c'est bon !

Petite allusion au slogan de la boisson des années 80 qui a donné son nom à une des voies mythiques de Presles. On était parti pour "Arcturus", déjà pas facile mais assez courte et confortablement équipée quand Ju me vend au dernier moment "Canada Dry". Je pars les mains moites dans "Nid d'Aigle" et enchaîne les deux premières longueurs en une seule avec un peu de tirage. Comme ça, on est déjà à pied d'oeuvre, sous les regards de Claire et Philippe dans la "Discrète" juste à côté.

Voici mon ressenti par longueur :

L1 : 6a+ (= L1+L2 de Nid d'Aigle, un pas)
L2 : 6c en traversée. Bien équipée avec un pas dur au départ. Le second pourrait gicler dans le surplomb en-dessous. Ca réveille.
L3 : 6b+ magnifique qui tire déjà un peu sur les bras. 4 points seulement pour 20 mètres de longueur. Le ton "engagement" est donné. Si j'avais su (et avais lu quelques commentaires avant), j'aurais pris quelques coinceurs (et un crochet gouttes d'eau au cas où).
L4 : 7a superbe dans du jaune. Un pas dur puis une fissure bien athlétique. Bien équipée.
L5 : 6c court et sympa. Ca déroule. On arrive sur la vire médiane => tirer à droite.
L6 : Deux points de A0 puis 7a. Ca grimpe !!! Mais jusque là, tout va bien. Le peu de volume cette année se fait sentir malgré la session Calanques juste avant mais j'ai encore un peu de jus. Et il va en falloir.
L7 : Quatre points de A0 (j'ai lu que ce n'était pas commode ; avec une pédale et un minimum d'habitude, c'est RAS pour quelqu'un de 1m74) puis 7a engagé. Autant l'avouer, après avoir fait le départ en A0 puis la partie difficile (6c) qui suit, je n'ai pas osé aller au point suivant à un bon 5m au-dessus du précédent. Il me manquait deux mètres pas si faciles. Avec le point à trois mètres sous le pied... J'ai dû me résoudre à redescendre. Rare pour être signalé mais là... J'ai réussi à désescalader deux prises. En-dessous, il y avait un pas d'allonge quasi impossible à refaire à l'envers pour moi. Donc un bon vol volontaire et retour au relais pour laisser Julien. La honte ! Mais bon. Si j'avais su, j'aurais emporté des câblés (bis).
L8 : 6c+ Je pars dedans bien fébrile suite à la longueur précédente et voyant un deuxième point bien loin du précédent mais ça reste assez facile. Le moral revient. Je rate de très peu l'enchaînement de la longueur par précipitation. Yes !
L9 : 7a ! La fatigue se fait sentir.
L10 : 7a Ben c'est à moi du coup. Le début se passe bien, j'enchaîne le premier pas délicat puis hésite à aller au point suivant très très loin. Finalement, je m'y résous car ça a l'air facile et trouve un point intermédiaire caché. Un pas difficile et j'arrive au crux. Complètement obligatoire. Plus de jus le Lio. Ca ne passe pas. Ah si j'avais eu un crochet (ter) ! Mais là c'est niet. Allez, rebelote. Vas-y mon ami. Aucun regret car même en second, je suis cuit. Je saucissonne. C'est dur.
L11 : 7a magnifique encore. Je passe en mode survie.

Que dire ?

​​​​​​​C'est un mythe cette voie. Il m'a manqué un petit truc pour être bien au niveau mais n'ai pas démérité non plus. Avec un petit matériel complémentaire, j'aurais sans doute assumé le réversible intégral. Les commentaires lus ça et là sont variables. Certains disent que ça déroule et que c'est bien équipé. C'est sûr, quand on est dans le 7b à vue... Mais moi, c'est plutôt 6c à vue. Donc je "bémolise" ces commentaires. Ca grimpe soutenu et il y a quelques pas engagés. Tout est relatif.

​​​​​​​Dans tous cas : c'est une voie majeure et je remercie Julien de m'y avoir trainé. Tout en le félicitant car l'ami a tout fait à vue, déjouant même une zipette de pied dans la dernière longueur enlevée plutôt facilement vu du relais inférieur ! Bravo !

Approche au milieu des buis dévastés par les pyrales

Approche au milieu des buis dévastés par les pyrales

L2 : traversée en 6c déjà plein gaz

L2 : traversée en 6c déjà plein gaz

L4 vue du R4. Gros espace entre le premier et le deuxième point et entre le quatrième et... le relais !!!

L4 vue du R4. Gros espace entre le premier et le deuxième point et entre le quatrième et... le relais !!!

L5 et son départ bien expo depuis le relais

L5 et son départ bien expo depuis le relais

Arrivée au R9 sur de magnifiques gouttes d'eau

Arrivée au R9 sur de magnifiques gouttes d'eau

L11 : 7a rési magnifique. La quille !!!

L11 : 7a rési magnifique. La quille !!!

Dernier coup d'oeil vers le bas

Dernier coup d'oeil vers le bas

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0
Commenter cet article