Arêtes de Berlanches

Publié le 5 Juin 2017

J'avais parcouru intégralement ces arêtes lors de la traversée des arêtes du Gleyzin en juillet 2007, de la Berlanche à la porte d'Eglise (un périple de 1400 m de dénivelé d'arêtes qui m'avait pris plus de neuf heures heures non stop). J'en gardais le souvenir d'un parcours pas si facile.

L'éclaircie de quinze heures me fait préparer le sac avec tout le matériel photo et partir à la hâte en direction de la bosse nord de Berlanche. La sente, depuis le Praillet, semble de moins en moins marquée. Sans connaître son existence, il sera de plus en plus difficile de la trouver avec la végétation de l'été. Parti uniquement pour rejoindre cette bosse et ensuite, voir, une éclaircie convaincante se dessine vers 18h30. J'y vais, j'y vais pas... L'heure tourne. Convaincu qu'il n'y aura ni pluie ni orage, je tente l'expérience. De toutes façons, j'ai une lampe.

Et effectivement, ce n'est pas si facile. L'arête est assez déchiquetée et le rocher vraiment glissant avec ce lichen mouillé. Les passages herbeux sont parfois raides et expo ; bien glissants aussi. Il ne faut pas jouer au con. Et par-dessus tout, le brouillard rapidement revenu qui ne me permet pas d'anticiper la suite de l'itinéraire. Lorsque je rejoins le pic sud de Berlanches, il est déjà plus de 20h. Je continue jusqu'au col de Périoule puis à la bosse suivante, vers 2300 m, là où l'arête s'oriente brusquement à l'est. J'avais imaginé un cheminement permettant de descendre sans trop de souci sur le chalet du Val et effectivement, ça passe bien même si la moindre pente d'herbe est glissante.

21h au chalet. Le soleil décline en même temps que l'éclaircie est magistrale. Masqué par une arête, je cours sur la sente retrouver une vue vers le nord-ouest. Quelques photos plus tard, je suis quitte pour une descente sans histoire, d'abord dans une semi-obscurité en croisant deux sangliers puis à la lumière de ma Tikka XP.

Anémone et primevère. De belles couleurs dans l'alpe
Anémone et primevère. De belles couleurs dans l'alpe

Anémone et primevère. De belles couleurs dans l'alpe

Chamois ; c'est ici leur domaine

Chamois ; c'est ici leur domaine

Mini-guêtres fort utiles mais ne suffisant pas à éviter les pieds mouillés

Mini-guêtres fort utiles mais ne suffisant pas à éviter les pieds mouillés

Le petit plaisir du soir
Le petit plaisir du soir
Le petit plaisir du soir

Le petit plaisir du soir

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive, #escalade-alpi

Repost 0
Commenter cet article