Norvège J6 : Rennes, Snøhetta, lièvre variable : l'apothéose.

Publié le 17 Février 2018

Ce matin, c'est grand beau et c'est parti pour durer un peu. Eric a quitté les lieux à la frontale. Une envie de s'immerger dans ces grands espaces sans forcément gagner un sommet alors que nous sommes ultra motivés pour rejoindre le Snohetta, un des plus hauts sommets de Norvège à seulement 2281 m d'altitude Mais un beau sommet, dominant une immensité de hauts plateaux, battu par les vents et conservant sur son flanc nord un petit glacier. C'est en tout cas le pont culminant du Dovrefjell.

Départ à 8h sous le chant des lagopèdes. C'est le seul bruit qui vient troubler le silence absolu des lieux. Pas un brin de vent. Les -13 degrés deviennent une température confortable avec ce ciel clair. On récupère le lever de soleil sur le plateau précédent la longue croupe est du Snøhetta. La chance est avec nous : d'abord la météo qui va nous laisser passer sur ce sommet absolument infréquentable par mauvais temps : un piquet tous les quinze mètres jalonne l'itinéraire. Après la tempête de l'avant-veille, et encore nous étions en bas, on comprend pourquoi.

La chance, c'est aussi ce troupeau d'une quarantaine de rennes qui va nous toiser une bonne dizaine de minutes. Pas de doute : on est bien dans le nord. L'itinéraire qui mène au sommet est longuet, tout comme le reste dans cette région immense. Un peu plus de deux heures après le départ, nous touchons au but. Ambiance magique sur ce sommet panoramique. On y reste une demie heure malgré le froid mordant, autour de -20 degrés. JC ne sent pas la nivologie pour la face nord par le glacier et décide de revenir par la voie normale. Avec Jean-Luc, nous plongeons dans l'ombre et le congélateur de cette face austère. Après 600 m de pente, nous retrouvons les longs faux plats qui demandent un peu de flair pour les optimiser. Jean-Luc dérange un lièvre variable à quelques dizaines de mètres de Reinheim. A peine arrivé, je repars suivre les traces du blanchot que je retrouve facilement. Je vais en profiter pour m'immerger seul un moment dans cette wilderness. Troisième cadeau de la journée. Retour vers 15h à la cabane. Il est temps de manger et de récupérer un peu. Fin de journée paisible qui se termine avec l'arrivée de quatre duos de Norvégiens. On aura passé quatre jours dans une solitude absolue. L'ambiance reste toutefois très conviviale pour cette dernière nuit ici.

Lever du jour somptueux sur le "fjord" de Reinheim

Lever du jour somptueux sur le "fjord" de Reinheim

Snohetta en vue

Snohetta en vue

JC et JL bien décidés à en découdre

JC et JL bien décidés à en découdre

La chance, c'est aussi ce troupeau d'une quarantaine de rennes qui va nous toiser une bonne dizaine de minutes. Pas de doute : on est bien dans le nord.

Les rennes. Des animaux vraiment sauvages et qui ne tolèrent pas la présence de l'homme. Finalement bien satisfait de ces deux images prises à une certaine distance.
Les rennes. Des animaux vraiment sauvages et qui ne tolèrent pas la présence de l'homme. Finalement bien satisfait de ces deux images prises à une certaine distance.

Les rennes. Des animaux vraiment sauvages et qui ne tolèrent pas la présence de l'homme. Finalement bien satisfait de ces deux images prises à une certaine distance.

L'itinéraire qui mène au sommet est longuet, tout comme le reste dans cette région immense. Un peu plus de deux heures après le départ, nous touchons au but. Ambiance magique sur ce sommet panoramique. On y reste une demie heure malgré le froid mordant, autour de -20 degrés.

Snohetta : arête terminale et sommet complètement givré. -20 degrés de rigueur mais heureusement pratiquement pas de vent. Aucune différence significative entre l'ombre et le soleil.
Snohetta : arête terminale et sommet complètement givré. -20 degrés de rigueur mais heureusement pratiquement pas de vent. Aucune différence significative entre l'ombre et le soleil.
Snohetta : arête terminale et sommet complètement givré. -20 degrés de rigueur mais heureusement pratiquement pas de vent. Aucune différence significative entre l'ombre et le soleil.
Snohetta : arête terminale et sommet complètement givré. -20 degrés de rigueur mais heureusement pratiquement pas de vent. Aucune différence significative entre l'ombre et le soleil.
Snohetta : arête terminale et sommet complètement givré. -20 degrés de rigueur mais heureusement pratiquement pas de vent. Aucune différence significative entre l'ombre et le soleil.
Snohetta : arête terminale et sommet complètement givré. -20 degrés de rigueur mais heureusement pratiquement pas de vent. Aucune différence significative entre l'ombre et le soleil.

Snohetta : arête terminale et sommet complètement givré. -20 degrés de rigueur mais heureusement pratiquement pas de vent. Aucune différence significative entre l'ombre et le soleil.

JC ne sent pas la nivologie pour la face nord par le glacier et décide de revenir par la voie normale. Avec Jean-Luc, nous plongeons dans l'ombre et le congélateur de cette face austère. Après 600 m de pente, nous retrouvons les longs faux plats qui demandent un peu de flair pour les optimiser. 

La face nord ; un petit air de Grande Casse avec moins de pente
La face nord ; un petit air de Grande Casse avec moins de pente

La face nord ; un petit air de Grande Casse avec moins de pente

Eric s'affaire en vain à creuser un trou pour trouver de l'eau dans le torrent

Eric s'affaire en vain à creuser un trou pour trouver de l'eau dans le torrent

En arrivant aux cabanes de Reinheim, Jean-Luc dérange un lièvre variable à quelques dizaines de mètres. A peine arrivé, je repars avec le gros matériel photo sur les traces du blanchot que je finis par retrouver.  Je vais en profiter pour m'immerger seul un moment dans cette wilderness. Après les rennes et le sommet, c'est le troisième cadeau de la journée.

Un animal vraiment remarquable à observer et à photographier
Un animal vraiment remarquable à observer et à photographier
Un animal vraiment remarquable à observer et à photographier
Un animal vraiment remarquable à observer et à photographier
Un animal vraiment remarquable à observer et à photographier
Un animal vraiment remarquable à observer et à photographier
Un animal vraiment remarquable à observer et à photographier
Un animal vraiment remarquable à observer et à photographier
Un animal vraiment remarquable à observer et à photographier
Un animal vraiment remarquable à observer et à photographier

Un animal vraiment remarquable à observer et à photographier

Retour vers 15h30 à la cabane après avoir remis les peaux et gagné une petite bosse supplémentaire et profiter du soleil qui deviendrait presque agréable. Il est temps de manger et de récupérer un peu. Fin de journée paisible qui se termine avec l'arrivée de quatre duos de Norvégiens. On aura passé quatre jours dans une solitude absolue mais l'ambiance reste toutefois très conviviale pour cette dernière nuit ici.

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse, #paysages, #animaux

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article