L'après Norvège

Publié le 2 Mars 2018

C'était un des projets de ce début d'année. Il est maintenant derrière. Des "gros" projets ne peuvent pas s'enchaîner les uns à la suite des autres. Ils sont entrecoupées de sorties "habituelles", dans des coins connus et qui sont toutes aussi enrichissantes et apportent aussi leur lot de surprises.

Les sorties de ski dans "mon" Dauphiné vont reprendre, de même que les sorties de printemps : affûts tétras et autres photos, reprise des baskets... d'ici un (plus ou moins gros) mois. La prochaine échéance d'ici quelques semaines, sera la traversée de Belledonne intégrale non-stop à skis. Je sens que c'est le bon moment même si je manque un peu de volume. L'expérience acquise doit aider et ça peu passer ; de toutes façons je ne risque rien d'essayer mais il faudra pour cela d'abord attendre les bonnes conditions : bonne neige transformée dans les versants sud, neige stable dans les versants nord, jours un peu plus long, bonne météo...

En mars 2009 avec Marc Zelsmann, nous étions allés jusqu'à Saint-Hugon depuis Chamrousse en dix-huit heures. Il nous manquait deux cols, deux crêtes à traverser et un peu de distance pour boucler en moins de vingt-quatre heures ce qui a finalement été réalisé l'année suivante par deux équipes distinctes dont celle de Pierre Gignoux. L'idée est donc de finir le boulot en ce qui me concerne, sans prétention horaire au regard de mes prédécesseurs bien plus affûtés que moi mais en "m'imposant" quelques contraintes éthiques : réaliser un beau sommet au départ (Grande Lauzière), un beau à la fin (Grands Moulins) et le rocher Blanc au milieu (déjà fait en 2009), sans la moindre assistance (pas de dépose de matériel).

L'itinéraire diffèrerait de celui en 2009 (en orange) seulement au début (Grande Lauzière) et bien sûr sur la fin

L'itinéraire diffèrerait de celui en 2009 (en orange) seulement au début (Grande Lauzière) et bien sûr sur la fin

L'idée est de passer en dix-neuf heures ce qui fait grosso modo un départ de Chamrousse à 2h du matin pour une fin vers 21h. Ci-desosus la feuille de route initiale avec départ à 3h du matin mais je pensais démarrer finalement 1h plus tôt ; enfin on verra le jour J, c'est du détail.

L'après Norvège

Je suis généralement plutôt discret sur mes projets mais suite à de nombreux messages de soutien d'amis à qui j'en ai parlé et qui se proposent de m'attendre sur le chemin, soit pour faire un bout avec moi soit venir me dire bonjour, j'ai décidé de déroger à mes habitudes et d'en parler a priori. En revanche, je reste motivé pour réaliser ce projet soit seul soit avec Bertrand avec qui on en parle depuis deux ans mais surtout pas une collective. A part dans le cas d'une équipe d'athlètes de haut niveau, s'engager à plusieurs dans un tel projet implique trop de risques d'inertie, d'échecs, de contre-temps... Le temps n'est pas un but en soi et si je suis plutôt un contemplatif qu'un sportif, je trouve très enrichissant de tenter ce genre d'expérience avec une feuille de route et d'essayer de s'y tenir. Cela permet aussi d'évaluer la connaissance que l'on a de soi-même. Un paramètre important pour réussir de beaux projets.

A très bientôt donc sur ce blog, pour plus d'informations à ce sujet.

En attendant, petit mot sur ce séjour en Norvège qui, les images parlent d'elles-mêmes, est allé au-delà de mes attentes. Un pays qui m'a fait toute aussi bonne impression que lors de mon précédent passage en 2004 et déjà l'envie d'y retourner avec quelques idées dans un coin de la tête !

Avec JC, devant la cabine Reinheim

Avec JC, devant la cabine Reinheim

Premières portions de route au retour : beaucoup de neige mais des véhicules qui circulent efficacement. On est très loin des Français à la rue pour trois flocons.

Premières portions de route au retour : beaucoup de neige mais des véhicules qui circulent efficacement. On est très loin des Français à la rue pour trois flocons.

A défaut d'en photographier un vrai... pourtant, on a eu les yeux bien écarquillés avec JC en traversant cette région a priori très giboyeuse. Le seul élan qu'on aura vu a traversé rapidement devant la voiture en banlieue d'Oslo.

A défaut d'en photographier un vrai... pourtant, on a eu les yeux bien écarquillés avec JC en traversant cette région a priori très giboyeuse. Le seul élan qu'on aura vu a traversé rapidement devant la voiture en banlieue d'Oslo.

Tynset : une jolie petite ville pour une mini-halte. On y aurait bien passé quelques heures.
Tynset : une jolie petite ville pour une mini-halte. On y aurait bien passé quelques heures.

Tynset : une jolie petite ville pour une mini-halte. On y aurait bien passé quelques heures.

Le Van de Black Sheep (Caravelle 150TDI) qui n'a pas sourcillé de tout le voyage. Aussi crade qu'après le Dakar.

Le Van de Black Sheep (Caravelle 150TDI) qui n'a pas sourcillé de tout le voyage. Aussi crade qu'après le Dakar.

L'équipe en piteux état (en raison d'une conduite quasi continue durant 36h) dans le ferry entre le Danemark et l'Allemagne

L'équipe en piteux état (en raison d'une conduite quasi continue durant 36h) dans le ferry entre le Danemark et l'Allemagne

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

mos 09/03/2018 23:05

Pour avoir habiter Oslo, et circuler entre Grenoble et Oslo, peux-tu me préciser ton parcours pour monter là-haut ? notamment le ferry Danemark/Allemagne ? plus intéressant que Hirtshals - Larvik ?

lta38 17/03/2018 06:53

Bonjour. Toutes mes excuses pour cette réponse tardive. L'itinéraire semble le plus rapide donné par les différentes applications (via Michelin...). Genève, Bale, Karlsruhe, Franckfort, Hanovre, Hambourg puis la pointe nord de l'Allemagne (Puttgarden) où 45 minutes de Ferry nous amènent à Rodby. Ensuite Copenhague, Malmö, Göteborg... Ton itinéraire est plus court mais la traversée en Ferry est longue et rajoute du temps au final je pense.

mos 09/03/2018 23:06

avoir habité et circulé...