Une Botte de plus

Publié le 14 Août 2019

Aujourd'hui, ce sera journée escalade. Je propose aux filles de retourner sur la Botte, ce petit sommet tout près de la croix de Chamrousse où elles ont fait leur plus belle randonnée à skis l'hiver dernier. Une fois de plus, en arrivant sur le secteur, on se rend compte du contraste entre la foule de la croix de Chamrousse, des lacs Robert, du sentier venant des lacs Achard ou de celui allant au col des Lessines et le calme qui règne autour de ce sommet. Et ce n'est pas faute de le répéter. Qu'est-ce qui fait que cette montagne soit tant boudée ? A mon sens la méconnaissance.

Une cordée féminine est toutefois à l'attaque juste avant nous. Nous prenons le temps pour nous équiper. La première partie de la face nord-est présente plusieurs lignes et on a le choix pour gagner les vires médianes. Pour nous, ce sera "coup de froid", deux belles longueurs en dalle (4c). Les filles y découvriront toute la différence entre les 5c verticaux sur résine et les voies supposées plus faciles mais où c'est "tout sur les pieds". Du coup ça ne va pas très vite mais comme l'autre cordée ne va pas vite non plus, on décide de faire la pause méridienne sur la vire.

Une fois tout le monde ravitaillé, on repart et on rejoint la cordée qui peine vraiment à trouver la ligne. C'est l'occasion de passer un message à l'ouvreur, Xavier Dorel, qui, dans les années 90-2000, a ouvert (toujours en bon style, depuis le bas), plusieurs voies dans le secteur Belledonne / Grandes Rousses (entre autres). Le dénominateur commun de ces voies est leur facilité au niveau du chiffre (6b maximum et en général dans le 4-5). On notera "spitophobie..." au Galeteau, les voies du Barrioz (col de la croix de Fer), l'Evêque (fond de France), "coup de chaud" (pic du Pin)... mais aussi l'équipement aéré. L'idée de Xavier, sauf erreur de ma part, était de mettre un minimum de plaquettes de manière intelligente : protéger les crux mais laisser la possibilité de mettre des coinceurs et des sangles là où c'est possible, et laisser un peu engager dans les passages les plus faciles.

Cette façon de faire, qui était monnaie courante au siècle dernier, est à réfléchir aujourd'hui. Qu'il y ait des lignes de type trad où ça engage, oui ! Et il faut à tout prix les conserver. De même les voies de type mixte : une plaquette quand on ne peut rien mettre d'autre et qu'il y a une certaine difficulté. Mais dans ce cas de la Botte, on se situe dans des voies faciles (5a/b max pour nous), donc intéressantes pour des débutants. Pour qu'ils apprennent la grande voie. Or, les arbres ne sont pas toujours suffisants pour rajouter des sangles et souvent, il n'y a pas de quoi mettre des coinceurs facilement dans le gneiss exigeant. En voyant la cordée nous précédant en difficulté, j'en ai pris la mesure. En voyant mes filles avoir peur dans de petits pas en traversée avec la corde sur le côté également. En évitant de clipper certaines plaquettes (déjà qu'il n'y en avait pas beaucoup) parce que les filles allaient avoir du mal à les enlever, encore.

Du coup, je me pose une question : pour redonner un intérêt au site (les voies sont quand même peu fréquentées) et profiter de ce terrain a priori facile, ne serait-il pas judicieux de revoir cet équipement ?

Pour la suite, nous avons terminé la voie avec des filles plus à l'aise dans le raide (et un tantinet aérien) crux sommital plongé dans l'ombre (orientation et heure obligent) que dans les dalles couchées du départ les pieds à plat, avons rejoint le sommet une nouvelle fois donc (voir supra) puis regagné la foule à la Croix pour une descente en télécabine. Car nous étions bien là pour grimper. Et le papa, déjà pas très fan des descentes, n'était pas plus emballé que sa progéniture à rejoindre le bercail par les pistes avec tout le matos sur le dos. Autant faire travailler la station. 

Arrivée au pied de la face
Arrivée au pied de la face

Arrivée au pied de la face

Première partie (L1 et L2)
Première partie (L1 et L2)

Première partie (L1 et L2)

Seconde partie : L4 et L5 de "crotte de bique"
Seconde partie : L4 et L5 de "crotte de bique"

Seconde partie : L4 et L5 de "crotte de bique"

Petite arête finale

Petite arête finale

Au sommet !
Au sommet !

Au sommet !

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi, #Belledonne

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Xavier Dorel 27/08/2019 12:46

:-)
Comme je reprends l'escalade suite à une opération du ligament croisé, je suis allé sur le site école de Chantelouve derrière le col d'Ornon : voies de 4 longueurs en 5b équipées très proche.
La reprise "technique" s'étant bien passée, je prévois d'aller à la Botte pour la reprise "moral"...

Xavier DOREL 20/08/2019 19:10

C'est donc l'ouvreur qui prend la plume...
Le principe était bien ce que tu en as dis.
Mais j'ajoute aussi l'idée de créer un terrain de transition entre les voies très protégées et les grandes voies.
Dans ces dernières, il faut engager dans le facile.et donc on doit rester concentré tout le temps, soit parce que c'est dur mais on est protégé, soit parce que c'est facile mais le point est loin...
C'est le principe de l'escalade en grande voie et il me paraît bien de le découvrir dans un terrain facile sur des voies courtes.
Les 2 personnes qui t'ont précédé ont pu ainsi comprendre (j'espère) qu'elles n'étaient pas encore prêtes (ou intéressées) par ce type de voie.

On notera également que le topo que je fournis via le site www.belledonne38.com est très clair
"Les voies sont équipées (goujons de 10) : engagées dans le facile et bien protégées dans les pas durs.... Les voies n'ont pas été aseptisées, on évitera donc de tirer n'importe comment sur n'importe quoi". Donc pas de surprise.

Il y avait aussi l'idée que celui qui emmène quelqu'un dans ces voies a le niveau en tête pour passer les crux et qu'il n'attend pas une échelle à spits, les "envolées" rendent la voie plus intéressante.

Certes 10 ans ont passés et ce site pourrait être reconvertie en une école très protégée. Mais il y en a déjà alors pourquoi ne pas garder la diversité.
Dans les commentaires postés sur c2c, il y a certes des allusions à l'équipement light, mais pas de demande de rééquipement.
Il est donc difficile de déterminer s'il y a lieu ou pas de rééquiper...

PS : taper une réponse sur une fenêtre de 4 lignes n'est pas simple....

A+
Xavier

lta38 21/08/2019 08:50

Bonjour Xavier. Super que tu aies trouvé ce billet et que tu aies répondu de manière très claire. Il n'y a pas de réponse meilleure ou moins bonne qu'une autre je pense. Juste des façons de penser différentes voire d'être partagé à 50% entre deux idées opposées ce qui est mon cas. Aujourd'hui je suis tout autant favorable de voir ce type de voie équipée telle qu'elle est qu'avec deux fois plus de points et n'ai donc pas d'avis tranché. Mais ce qui m'a fait réfléchir ces dernières années, c'est que finalement il existe assez peu d'itinéraires entièrement équipés pour débuter en grande voie dans le facile. Globalement les grandes voies en 5b max (je ne parle pas du 6a max qui demande déjà d'avoir franchi un premier pallier) sont rares. Et on en trouve peu d'entièrement équipées comme on en trouve à la pelle dans le 6c. D'où ma réflexion. Quant à l'interface d'overblog, no comment. Je ne peux même pas te répondre sur tablette ou mobile, il n'y a qu'une ligne de visible !!! Dans ce cas, je tape sur une page à part avant de faire un cop-col ! Bien à toi. Lionel