Des filles dans la tempête

Publié le 11 Décembre 2019

Compte tenu du temps couvert et de la neige annoncée, l'envie d'aller faire de la station n'y est pas et surtout chez moi. Mais sur une idée de Cécile, les copines se motivent et la troupe se retrouve à Prapoutel pour une randonnée sur la crête de Bédina alors que de petites chutes de neige commencent.

L'occasion de se mettre dans l'ambiance de l'hiver ce qui ne déplaît à personne. En faisant ce type d'effort, on n'a même pas froid. On débarque sur la crête au niveau des barrières et la tempête redouble. Neige et vent au programme alors qu'on était abrité jusque là. Cinq-cents petits mètres de dénivelé. Cela suffit amplement pour les enfants, d'autant que deux d'entre elles vont enchaîner leur cours d'escalade à 18h.

Descente superbe dans une neige au top. Masque indispensable. Pour fêter ça, on prolonge par un bon chocolat chaud au Prapouta. Cela nous vaudra une descente dantesque sur une route abominable, le Trafic à dégager à la pelle, pris dans une cunette puis la suite avec une vitre électrique qui tombe en panne une fois baissée. Beaucoup de choses à raconter par les filles à leur (autres) copines sans aucun doute.

Des filles dans la tempête
Des filles dans la tempête
Des filles dans la tempête
Des filles dans la tempête
Des filles dans la tempête
Des filles dans la tempête

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse, #Belledonne

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Alain Provost 15/12/2019 11:29

Bonjour
Quand je vois les pentes enneigées de nos montagnes apres une chute, je m'aperçois que depuis quelques années, pratiquement toutes sont striees de traces de neige, et ceci tout au long de la saison.
De la à dire que les randonneurs à ski font plus de dégâts que les chasseurs sur la faune est un pas que je franchis sabs problème. Le pire c'est qu'ils ne s'en rendent même pas compte. Ton avis, toi qui doit sans doute être partagé. .
Amicalement

lta38 15/12/2019 11:48

Bonjour Alain. Comparaison très délicate car chasse = mort certaine (quand il y a tir réussi) alors que dérangement implique des soucis difficiles à quantifier. Mon avis, serait le suivant :
- micro faune (petits oiseaux notamment) = non
- galinacées = oui (pour le tétras-lyre uniquement) dans des coins comme les alentours de Grenoble
- rapaces = non
- carnivores = non car assez nocturnes et malins
- grands herbivores = pas le bouquetin car dans des pentes rocheuses très raides déneigées, ni les cervidés (en forêt dense peu intéressante pour le ski).
Mon constat est que par ici, le dérangement est supérieur à celui de la chasse uniquement pour le chamois et le tétras-lyre. L'impact me paraît délicat pour le tétras.
Bon dimanche et au plaisir d'en rediscuter.