Publié le 30 Novembre 2010

Grenoble, 30/11/2010, 22:45


 

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #nivo-météo

Repost 0

Publié le 29 Novembre 2010

aigleton.jpgComme la plupart des années, la balise nivôse (une station automatique Météo-France qui relève la hauteur de neige présente au sol) de l'Aigleton dans Belledonne, située il est vrai à un endroit stratégique, peut-être celui recevant le plus de précipitations (au pied de la dent du Pra, versant Eau-d'Olle) est celle indiquant la plus grande hauteur parmi toutes ces balises installées en France. Le massif de Belledonne ne peut pas être qualifié de numéro un français quant aux quantités de neige reçues (cette médaille d'or revenant probablement au massif voisin de la Chartreuse) mais sa situation très à l'ouest, juste derrière la Chartreuse, en fait un massif très bien enneigé. Le replat de l'Aigleton, particulièrement bien situé dans le massif, à l'abri du vent et déjà à une certaine altitude, est donc logiquement très souvent en tête des cumuls neigeux toutes nivoses confondues. On n'hésitera pas à consulter ce lien qui regroupe plusieurs balises.

 

Cliquer sur la photo ci-contre pour avoir une actualisation de la balise.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #nivo-météo

Repost 0

Publié le 28 Novembre 2010

cha_6.JPGcha-copie-1.JPGUn week-end gris et froid. Une balade pour toucher la neige avec ma "grande" fille, une course à pied pour entretenir la forme. Il manquait un petit coup de poudreuse dans les forêts de Chartreuse. Il est tard (15h00) quand je chausse les skis dans un petit coin "secret" de Chartreuse mais j'aime ces retours à la nuit tombante alors que la neige gomme tous les sons. J'ai donc au moins deux heures devant moi. Largement de quoi faire les 900 m de dénivelé prévus, quitte à descendre de nuit à la frontale. La trace est faite sur la piste forestière de départ mais je prend rapidement un petit raccourci où je dois tracer.

L'ambiance est immédiatement au rendez-vous. Vue l'heure, je suis seul et les arbres ont bien gardé la neige. Le secteur devait probablement être à l'abri du vent de la veille, ce qui est confirmé par la qualité de la neige : une poudreuse impalpable.

La première moitié est vite avalée jusqu'à ce que je me décide à faire quelques photos. Les sujets ne manquent pas mais j'avoue que c'est tellement beau dans toutes les directions que l'on ne sait pas quoi photographier. La plupart du temps, en rentrant, on est déçu par ces ambiances qui "ne rendent pas".

cha_1.JPG

Je récupère une trace de raquettes un peu plus haut, sur un sentier en balcon mais très vite, ces traces s'interrompent. Je dois à nouveau tracer, je suis vers 1400 m d'altitude et la couche de neige fraîche atteint les 60 centimètres.

cha_3.JPG

Il y a pas mal de traces d'animaux : chevreuils, chamois pour qui commencent la période difficile. Avec mes skis, je ne suis pas le plus à plaindre et le serai encore moins à la descente !

 

cha_2.JPGcha_4.JPGLa quiétude des lieux est quelque peu troublée par le chant d'un oiseau un peu mythique : la chouette chevêchette. Deux oiseaux se répondent dans la hêtraie-sapinière et l'un d'entre eux chante depuis la cime d'un épicéa.

Tête étirée vers le haut, le petit rapace, appelé aussi chouette moineau ou chouette pygmée en raison de sa très petite taille, emet un chant monosyllabique qui porte à près de 800 m par temps calme.

Le second semble être une femelle qui répond par des cris stridents plus discrets.

Ils ne se poseront malheureusement pas sur les branches les plus enneigées (ce que j'aurais souhaité pour mes images) mais systématiquement à la cime des conifères.

La photo qui suit est prise à main levée au 300 mm (série L, f/4 IS Canon) à pleine ouverture , à 800 ISO et au 30è de seconde en rafale. La nuit qui arrive et la neige qui commencent à tomber rendent la lumière minimale. Heureusement que la neige est là pour en rajouter. C'est la seule image de la série qui sera nette, c'est pourquoi je dois pousser à 1600 ISO (voir image en début d'article) pour les suivantes.

cha_5.JPGDe toutes façons, les chouettes s'éloignent un peu et je les entends se répondre en contre-bas dans la vallée. La nuit arrivant, je profite encore de ces derniers instants en immersion dans la forêt de Chartreuse avant de me laisser glisser vers la vallée. Je reviendrais au plus vite retrouver cette ambiance. Merci la Chartreuse, merci l'hiver.

cha_7.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux

Repost 0

Publié le 27 Novembre 2010

P1130690.JPG15h. Les enfants font la sieste et la Maman a des choses à faire à la maison. Je m'octroye une heure et demie pour aller trottiner dans la neige. La température, proche des zéros degrés, est parfaite. J'aime bien aller dans le bois des Vouillands au-dessus de Seyssinet-Pariset. Je l'ai souvent faite en partant de la maison mais depuis quelque temps, je fais l'approche à vélo. Je ne gagne pas beaucoup de temps : il me faut 15 minutes en courant pour être au parc Karl Marx. En vélo, je divise "seulement" par deux et encore, sans traîner. Il faut ensuite retrancher le temps nécessaire aux quatre manips (aller chercher le vélo au garage, le cadenasser avant de courir puis idem au retour) pour au final, ne grapiller qu'une petite dizaine de minutes. Mais cela me permet de prolonger mon parcours pédestre dans la forêt, c'est mieux que sur le goudron. Les possibilités ne manquent pas : pré Faure, désert de l'Ecureuil, désert de J.J. Rousseau, ferme Froussard, tour Sans-Venin... A chacun d'imaginer son propre circuit dans le bois des Vouillands.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive

Repost 0

Publié le 27 Novembre 2010

2010-11-0752---copie.JPGDepuis trois jours, nous avons droit à une offensive hivernale. La neige tombée jusqu'en plaine est légère à toutes altitudes. Stella a très envie de faire des pas de la neige, de voir ses empreintes, de glisser, d'entendre le bruit feutré que fait la marche dans la poudreuse. A dix minutes de la maison, le col de Clémencières est toujours bien blanc. Une demie-matinée est suffisante pour en profiter. Au départ du hameau de Ripaillère, les dernières feuilles d'érable jonchent le sol.

2010-11-0744---copie.JPG

2010-11-0757---copie.JPGNotre balade monte d'abord sur les contreforts du Néron où un sentier balisé par vers le nord jusqu'à l'aplomb du col de Clémencières. Tout au long de la (petite balade), nous cherchons les traces dans la neige : campagnols, renards, chevreuils et même le lièvre que Stella apprend à reconnaître. Le lagomorphe progresse par petits bonds : une patte derrière, une au milieu et deux à côté.

Les enfants sont très vite intéressés par toutes ces choses par ailleurs essentielles pour entretenir la motivation de la marche. A 3 ans et encore pour un bon moment, ils ne comprennent pas l'intérêt de marcher pour marcher.

Autre petits coups de pouce de la journée, un chien nous suit durant le parcours, un cheval broute dans un pré, neuf ânes viennent à notre rencontre.

Nous trouvons un grand champ vierge de traces où nous faisons des allers-retours : la remontée est pénible mais la descente en courant très ludique, même en tombant dans la neige. Nous aménageons une petite piste sur un talus pour glisser sur les fesses. Bref, la randonnée est totalement ludique. Bien penser à prendre des gants de rechange car les enfants ne ménagent pas le matériel.

2010-11-0768---copie.JPG

La vue est belle, malgré le temps couvert, sur les sommets de Chartreuse que l'on peut apprendre ; Chamechaude bien sûr, Ecoutoux, Rachais...

Au niveau d'une intersection, nous "piquons" sur le col de Clémencières avant de revenir par un sentier horizontal à notre point de départ.

2010-11-0771---copie.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade

Repost 0