Publié le 30 Juin 2013

Non je n'ai pas utilisé deux fois le même titre ! Ne confondons pas LA Pra, plaine située sous les Doménon et la dent DU Pra, sommet central du massif de Belledonne, borne orographique triple avec l'aiguille de Marcieu sur les trois vallées qui entourent le massif : Isère, Eau-d'Olle et Villards.

30062013-IMG 2158

Voici une des images phares de la journée que je ne suis pas prêt d'oublier. Retour sur cette magnifique sortie un peu improvisée au fil de l'après-midi.

30062013-IMG 2108

Après avoir hésité sur le point de départ, je profite du télésiège des chamois de Prapoutel qui me mène à 2000 m d'altitude vers 14h. C'est pas demain la veille qu'on retrouvera un enneigement aussi bon permettant de profiter de l'ouverture des remontées mécaniques d'été. Le brouillard accroche mais la couche est censée être bloquée vers 2200 m.

30062013-IMG 2110

C'est effectivement le cas. Peu avant le sommet de la Jasse, je retrouve le soleil et vérifie que la pente ouest est toujours en conditions pour le retour.

30062013-IMG 2119 30062013-IMG 2124

Arrivé au sommet, c'est trop tentant de skier la voie normale à une date aussi tardive, sous le regard médusé de deux piétons. Je descends jusqu'à 2000 m sous les lacs du Vénétier moyennant un micro déchaussage. La direction est alors tout de suite trouvée : direction le col de l'Aigleton avec au passage vérification de l'exactitude de la balise nivose.

30062013-IMG 2128

Grand soleil côté Eau-d'Olle alors que des rouleaux débordent de la crête du Pin. La direction est toute trouvée : je monte à la Belle Etoile par le couloir sud.

30062013-IMG 2135

Cette fois, on est au coeur du massif et c'est du très grand Belledonne.

30062013-IMG 2137

Une fois au sommet, il n'y a pas longtemps à hésiter : le versant est est blanc sur toute sa hauteur alors feu !

30062013-IMG 2141

Je m'octroye une petite pause au lac de la Belle Etoile d'où ressortent de magnifiques couleurs.

30062013-IMG 2152

Petit coup d'oeil dans le rétro.

30062013-IMG 2155

Une truite (?) explore la petite petite du lac qui est dégelée.

30062013-IMG 2159

Je poursuis la descente jusqu'au lac Cottepens. Incroyable qu'il ne soit pas encore entièrement dégelé pour un 30 juin (ou un 1 juillet).

30062013-IMG 2172

J'aurais pu gagner trente minutes en restant versant ouest (qui passe incroyablement) mais un petit doute et l'envie de faire des images de ce côté me poussent à en faire le tour.

30062013-IMG 2174

Je m'arrête ensuite au refuge des Sept-Laux (c'est que je n'ai rien mangé depuis ce matin) et m'offre un petit Perrier avant de repartir vers les Cabottes.

30062013-IMG 2176

Deux cents mètres sous le sommet, la lumière devient fabuleuse.

30062013-IMG 2180

Le brouillard commence à se dissiper et laisse apparaître les lacs éclairés sous le chaînon du rocher Blanc.

30062013-IMG 2185

Au sud, le lac de la Belle Etoile où je suis passé un peu plus tôt.

30062013-IMG 2187

Gros plan sur les couleurs on ne peut plus turquoise.

30062013-IMG 2190

Au sommet, après avoir hésité sur le couloir nord-ouest en très bonnes conditions mais qui me mènerait plus bas que souhaité, j'opte pour la voie normale (4.1) que je n'ai faite qu'une seule fois en 1999.

30062013-IMG 2191

Là encore ça passe sans souci.

30062013-IMG 2192

Après une remontée à l'arête de l'Evêque, je plonge dans le vallon du Pra et rencontre trois chamois.

30062013-IMG 2194

Restent encore 450 m de déniv (pfff...) jusqu'à la cime de la Jasse pour boucler. Là aussi, ça se dégage.

30062013-IMG 2198 30062013-IMG 2200

La descente est excellente comme les autres. A ce sujet, si on excepte l'Aigleton et l'Evêque qui sont faciles sur leurs deux versants, aucun des pentes fréquentées ce jour que ce soit en montée comme en descente (Jasse sud et ouest, Belle etoile sud et est, Cabottes est et nord-ouest) ne présente de passage aussi raide que le haut de la face ouest de la cime de la Jasse. Rapidement, la pente diminue. Entre 2200 et 2000 m, trois courts déchaussages sont nécessaires entre les langues de neige sur ce versant ouest qui souffre aussi de l'enneigement du secteur (très bon cette année comme partout mais ce coin de Belledonne autour de la station des Sept-Laux présente habituellement un petit déficit par rapport au reste du massif que l'on retrouve cette année). Une dernière langue de neige providentielle et découverte au dernier moment amène au déchaussage final à 1950 m exactement, un chouïa plus bas que la gare d'arrivée du TS des chamois.

30062013-IMG 2201

Evidemment, il est presque 20h et à cette-heure-ci, pas question de compter sur le siège pour redescendre. Mais ce n'est pas un problème, surtout avec le matériel léger d'aujourd'hui. Je remets les baskets et descends par les pistes sous une belle lumière du soir.

30062013-IMG 2203

Dernière rencontre que l'on ne voit pas sur cette image : un aigle royal plane dans le ciel au-dessus de la station, peut-être le même que celui que j'ai eu la chance de voir de près en arrivant au sommet de la cime de la Jasse et qui avait immédiatement décollé en direction de la dent du Pra.

Que du bonheur cette sortie autour du Pra. Pas loin de 3000 m verticaux (en montée parce qu'en descente, ça les dépasse) ; les retrouvailles avec les beaux circuits à skis.

30062013-IMG 2206

Coup d'oeil à "la Belle" depuis Les Adrets sur la route du retour. Quel massif !

 



Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0

Publié le 29 Juin 2013

J'ai omis d'en parler et je n'ai malheureusement pas de photo à l'appui mais en passant à Livet lors de cette sortie, j'ai pu noter un névé toujours présent dans un couloir d'avalanche juste au-dessus du village, orienté plein sud et à une altitude de... 700 m !!!!! Compte tenu des températures actuelles, il y a fort à parier que ce névé ne soit pas totalement dilapidé au début juillet. Prenons-en (bonne) note !

Allons voir aussi du côté de la balise nivose de l'Aigleton. Après une accélération importante de la fonte au début du mois due à deux facteurs (neige fraîche donc vulnérable à cette époque de l'année puis canicule sur cinq jours), elle n'a perdu que 10 cm en six jours ces derniers temps. Cette fois, c'est sûr : elle sera encore positive et largement début juillet vu qu'elle affichait encore presque 110 cm à J-4.

aigleton_130626.png

Les limites skiables ont bien remonté mais elles restent exceptionnelles pour la date. Partout sur Belledonne/Rousses on skie à 2000 m dans les vallons. Certains versants nord permettent de descendre à 1800 m ce qui est remarquable. Enfin, les "spots" comme le couloir du Pertuis permet de descendre skis aux pieds à 1550 m (il y en a quelques autres). Ce n'est pas mieux qu'en juin 2010 à la même date mais en revanche, la quantité de neige en place est bien supérieure et ces limites tiendront beaucoup plus longtemps en juillet.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #nivo-météo

Repost 0

Publié le 26 Juin 2013

C'est le nom d'une nouvelle voie au Grand Bec de la Roizonne au-dessus de l'Alpe-du-Grand-Serre. C'est aussi un peu le ressenti que l'on aura à la sortie. Je ne m'attendais pas à trouver un rocher faramineux. Ayant déjà fait la voie de l'accu et "un point c'est tout", je connais bien les lieux. On part donc pour une ensemble type "petite course" en (moyenne) montagne qui sera ponctuée de hauts et de bas.
Bas : le grand beau annoncé n'est rien ; il fait froid (ça c'était prévu) et des nuages accrochent les reliefs par endroit. Heureusement, l'approche très bucolique réchauffe.
Haut : on retrouve le soleil au pied de la paroi est l'approche par la nouvelle sente cairnée est un peu moins pénible que la traversée depuis la baraque du Périmètre que j'avais empruntée à deux reprises.

Une fois à l'attaque, la cordée est au beau fixe et Delphine attaque la première longueur en 5c. Le rocher, lichéneux (c'est peut-être la première répétition de la voie) demande des précautions dans les poses de pieds.

2013-06-2085.jpg 2013-06-2086.jpg

Bas : L2 nous pose quelques soucis (ci-dessus à droite et ci-dessous). Dix mètres après être parti du relais, un pavé se détache de sous mon pied gauche et s'écrase sur Delphine. Fort heureusement, les "dégâts" sont superficiels (une belle contusion quand même sur le pouce). Il nous faudra un bon moment avant de décider de poursuivre et pas dans la plus grand sérenité mais Delphine n'est pas du genre à abdiquer pour un petit bobo. Pour ma part, je suis un peu "sonné", me sentant responsable de cet incident et je termine au relais bien content d'avoir enchaîné cette longueur de 6b+ sans autre histoire, me disant que l'emploi d'un seul brin de Joker n'était peut être pas ici le meilleur choix.

2013-06-4913.jpg

Maintenant qu'on est là, il faut poursuivre et se concentrer sur les deux longueurs suivantes (5c) pour les mêmes raisons. Il va de soi que le moral est sans doute un peu entamé par l'incident mais je pense être objectif en disant que le rocher, en tous cas à la date de notre passage, est un peu moins bon que dans les deux voies voisines.

2013-06-2094.jpg 2013-06 2099

Haut : le naturel finit par reprendre le dessus. J'enchaîne L5 vite fait bien fait en rabaissant la cot initiale (sans doute erronée) à 6a au lieu de 6b+

En revanche, je remonte un chouïlle celle de L6 (6b au lieu de 6a+) avec deux passages bien retors. Le rocher est nettement meilleur et puis aussi la tête a repris le dessus donc tout va mieux.

2013-06-4939.jpg

Au sommet, c'est l'heure de la pause déjeuner. On zieute la (nouvelle) L7 de l'accu que je n'avais pas faite et on se dit que ça fera une conclusion agréable à la balade malgré le petit vent frais. Il est annoncé 50 m de rappel pour en redescendre mais on trouvera bien un moyen de s'en sortir avec un seul brin (de 50 !).

Bas : cette longueur (6a/b) présente un pas expo avec un point mal placé (le seul sur sept longueurs d'escalade) juste avant le relais et réception sur vire six mètres plus bas en cas de chute.

2013-06-4950.jpg

Finalement le ressaut principal se descend en pile 25 m de rappel et la première partie de la longueur, très facile, passe en marche terrain chamois avec l'aide de la corde passée dans un spit.

Haut : la nouvelle descente cairnée est cent fois mieux que le couloir sud-ouest vraiment rebutant. On suit un instant l'arête puis on bascule face sud dans un couloir herbeux raide mais assez commode. On rejoint ainsi la sente de montée 50 m sous le pied des voies.

2013-06-2106.jpg

Une journée qui restera fort sympathique et riche en enseignements bien que nous laissant un peu le bec dans l'eau sur l'escalade en elle-même.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0

Publié le 25 Juin 2013

(ou, "un tour de la Pra")

25062013-IMG_2016.jpg

17h30 ! Freydières (pré Raymond très exactement), le sac est prêt : une paire de Dynastar PDG montés en Plum race, les TLT5, un litre d'eau, trois barres de céréales, une polaire coupe-vent, un bonnet, une paire de gants light et j'attaque avec moins de 6kg sur le dos. Il fait bien frais ; pour moi c'est le bonheur.

25062013-IMG_2017.jpg

Coup d'oeil à la face nord du Grand Colon : c'est par là que je compte descendre afin d'optimiser le ratio ski/marche.

25062013-IMG_2019.jpg

Première étape : le lac du Crozet. Cinquante minutes de marche en baskets à une allure modérée histoire de se chauffer.

25062013-IMG_2022.jpg

Je chausse les skis au col de la Pra où l'enneigement est continu. L'idée est de commencer par la Grande Lance de Domène puis au retour, de remonter au Colon par le nord-est.

25062013-IMG_2028.jpg

La cascade sous les Doménon est impressionante. La tranche de neige à droite sur la photo fait trois mètres de haut.

25062013-IMG_2029.jpg

Le torrent façonne de jolis décors et malgré l'ambiance hivernale (fort vent depuis le départ et ciel couvert), le paysage est superbe.

25062013-IMG_2034.jpg

Arrivé au replat des Doménons, la GLD est dans le brouillard. Aussi, je change de plan et opte pour une traversée de la Grande Lauzière. J'attaque bille en tête au-dessus du premier lac en traversée pour ne pas perdre de temps. la pente est rapidement bien raide juste au-dessus du lac au seul endroit où un semblant de dégel s'amorce. Une zipette et c'est la noyade. Rapidement, je rejoins les rochers et monte à pied jusqu'à retrouver une pente de neige plus avenante. Je la suis en traversée ascendante à droite. On finit par dominer des barres. La pente se raidit. Faut être précis en montée et ne pas zipper. La tension monte d'un petit cran. Bien sûr, je n'ai ni couteaux (je n'en ai pas tout court, je déteste ces engins) ni crampons mais j'assure chaque pas et ne me sens pas en danger. Toutefois, la pente se redresse et la neige se durcit ; aussi, je gagne une zone de rochers déneigés et passe en mode piéton. Tout devient "rando" même dans la traversée de névés où, en tapant le pied, les pas marquent.

25062013-IMG_2042.jpg

L'éclaircie me cueille sur l'arête ouest de la Lauzière. Splendide !!!

25062013-IMG_2048.jpg

Quelle lumière sur les crêtes. C'est vraiment le bonheur d'être là, seul, à cette heure-ci.

25062013-IMG_2053.jpg

La vue se dégage sur l'Oisans. L'Infernet est encore bien blanc.

25062013-IMG_2057.jpg

Bon, la route est encore longue et il est bientôt 20h00. Je m'apprête à descendre en face sud-ouest.

25062013-IMG_2060.jpg

Neige excellente, bien lisse. Une vraie piste de ski. L'affaire est pliée en cinq minutes. J'atteins la plaine de la Pra que je traverse en skating.

25062013-IMG_2063.jpg

La plaine est incroyablement bien enneigée pour une fin juin. Normalement, on y marche au sec au début du mois. Je ne m'attarde pas et poursuis vers le lac Merlat.

25062013-IMG_2069.jpg

Situé au pied du Colon à 2000 m d'altitude, il dégèle à peine. On garde les skis sans souci pour en faire le tour.

25062013-IMG_2070.jpg

J'adore ce moment où les lacs dégèlent. On n'en profite jamais assez.

25062013-IMG_2073.jpg

En arrière-plan, la Lauzière d'où je viens.

25062013-IMG_2079.jpg

Mises à part cinq minutes de traversée dans un éboulis, la remontée au Grand Colon par le versant sud-est se fait en peaux. A peu de choses près, on a le même enneigement que lors de cette sortie mais avec des quantités bien supérieures. Pas de chance au sommet du Colon : le brouillard ramène sa fraise et me laisse quelques doutes quant à l'entrée de la face nord que je n'ai pas pratiquée depuis quelques temps. Heureusement, avec la carte, le doute est vite levé car il n'y a pas trente-six options.

25062013-IMG_2082.jpg

Je me laisse donc glisser dans le petit couloir sommital et reconnait la dent rive gauche. La pente me paraît toujours aussi peu raide pour un 4.1. C'est à mon avis comme le couloir Pinelli au Taillefer ou la Virgule à l'Aup du Seuil mais sans technicité dû à l'étroiture vu qu'à part les dix mètres le long de la dent, la pente est large. La descente, comme la précédente, est pliée en cinq minutes jusqu'au dernier dépôt neigeux à 1850 m. Il me faudra davantage de temps pour descendre à pied les 150 m d'éboulis qui permettent de rejoindre le sentier. Comme quoi, le ski reste quand même l'engin roi en montagne enneigée même en partie et le ratio ski/marche acceptable que je considérais jusqu'à aujourd'hui à 60/40 pourrait bien être revu avec du matériel léger. Car au final, le temps perdu à la montée est très limité, mais quel gain à la descente ! Sans parler du plaisir et de la sécurité sur la neige. Enfin, pour ce jour, la question ne se posait même pas : exactement 72% de ski pour 28% de marche à la descente. On va pouvoir continuer à sortir les skis de temps en temps sur Belledonne durant un bon moment. Que du bonheur cette sortie du soir !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0

Publié le 25 Juin 2013

2013-06-2000.jpg 25062013-IMG_2014.jpg

D'une cigale en direct dans la cour de l'école. Heureusement, j'ai (presque) toujours sur moi le s100 et son excellent mode "macro" à 3 cm.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux

Repost 0