Publié le 31 Décembre 2015

Douze mois, douze instants. Pas besoin d'aller loin ; ces douze moments choisis se sont déroulés à moins de cent kilomètres de mon domicile à vol de vautour fauve. Il a fallu choisir. Pas facile étant donné le nombre de sorties. Petite rétrospective de l'année 2015.

51 cm de neige à la maison le 2 février. Ce n'est pas tous les ans qu'on voit ça. Et on va en profiter tout le mois de février.

51 cm de neige à la maison le 2 février. Ce n'est pas tous les ans qu'on voit ça. Et on va en profiter tout le mois de février.

Sortie démente à la Grande Valloire le 28 février : solo, pente raide, neige parfaite, coucher de soleil. Des sorties comme on les compte sur les doigts de la main dans sa vie ?

Sortie démente à la Grande Valloire le 28 février : solo, pente raide, neige parfaite, coucher de soleil. Des sorties comme on les compte sur les doigts de la main dans sa vie ?

28 mai. Cornafion. Magnifique escalade du soir qui restera en mémoire avec le secours héliporté de Candice

28 mai. Cornafion. Magnifique escalade du soir qui restera en mémoire avec le secours héliporté de Candice

18 juin. Grand tour de la Pra par les arêtes. Mon plus beau circuit solo alpi/trail/grimpe/express. 10 sommets et 3000 m de D+, essentiellement sur les arêtes

18 juin. Grand tour de la Pra par les arêtes. Mon plus beau circuit solo alpi/trail/grimpe/express. 10 sommets et 3000 m de D+, essentiellement sur les arêtes

21 juin. Voie Desmaison au pic de Bure avec Ju. Un beau voyage.

21 juin. Voie Desmaison au pic de Bure avec Ju. Un beau voyage.

8->11 juillet. 4 jours en autonomie dans les Cerces avec les filles et ascension du Thabor

8->11 juillet. 4 jours en autonomie dans les Cerces avec les filles et ascension du Thabor

13 juillet. Voie mythique de Chartreuse : bille de Clown aux rochers du Midi avec Julien

13 juillet. Voie mythique de Chartreuse : bille de Clown aux rochers du Midi avec Julien

2 août. La magie du granit du Mont-Blanc. Voie du Druide au Moine avec Thibaut

2 août. La magie du granit du Mont-Blanc. Voie du Druide au Moine avec Thibaut

28 août. Echappée Belle à la Croix de Belledonne avec les filles (photo Stella)

28 août. Echappée Belle à la Croix de Belledonne avec les filles (photo Stella)

24 septembre. Un magnifique 15 cors à quelques mètres de mon affût. Des heures de travail et patience récompensées.

24 septembre. Un magnifique 15 cors à quelques mètres de mon affût. Des heures de travail et patience récompensées.

28 septembre. Eclipse de Lune au sommet de la dent de Crolles. Immense moment à marquer d'une pierre blanche

28 septembre. Eclipse de Lune au sommet de la dent de Crolles. Immense moment à marquer d'une pierre blanche

12 décembre. La neige fait défaut mais ce sera une boucle royale de 3kmv dans le massif des Sept-Laux avec MonLio dans une neige et des paysages de rêve.

12 décembre. La neige fait défaut mais ce sera une boucle royale de 3kmv dans le massif des Sept-Laux avec MonLio dans une neige et des paysages de rêve.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Repost 0

Publié le 30 Décembre 2015

C'est un exploit qui mériterait de faire les gros titres des journaux. La traversée des arêtes du Pin en hivernal. Je l'avais déjà faite et été, en automne et maintenant en hiver donc. Trêve de plaisanterie, ce début d'hiver nous montre que la notion d'hivernale n'a pas forcément de sens car les conditions rencontrées étaient proches de ce que l'on a en période sèche finalement. Mis à part que les versants nord étaient recouverts d'une fine couche de neige et parfois de verglas, rendant obligatoires tous les rappels alors que j'ai l'habitude d'en désescalader la majorité en solo. A moins de chausser les crampons mais étant donné qu'ils étaient facultatifs pour cette course (ils sont restés sagement dans le sac) et que nous n'avions pas emporté de piolet, nous avons choisi à chaque fois la méthode la plus rapide.

Pour compléter côté matériel il faut deux fois trente mètres de corde (nous avions une attache à simple et une "ficelle" en plus dans le sac pour les rappels). Nous avions emporté quelques mousquetons, des sangles et un petit jeu de coinceurs. "Tout" ça pour ne tirer que deux longueurs de 4c (qui plus est facultatives et que tout le monde contourne si l'on en croit les traces) de quinze mètres histoire "d'assurer".

Que dire de plus : traversée magnifique, météo et lumière limpide, timing parfait, partenaire qui assure... Pouvant ne pas être objectif sur Belledonne, le mieux est de demander à Candice ce qu'elle en a pensé.

Marche d'approche dans l'ombre de l'hiver

Marche d'approche dans l'ombre de l'hiver

Pour sortir dans la lumière au pas de la Coche

Pour sortir dans la lumière au pas de la Coche

Début des arêtes vraiment facile puis on attaque la traversée proprement dite

Début des arêtes vraiment facile puis on attaque la traversée proprement dite

Premier bitard

Premier bitard

Et premier rappel

Et premier rappel

Passage facultatif, sans doute le plus technique de la traversée. Un 4c pas facile à protéger. Rocher à vérifier comme toujours en Belledonne mais plutôt bon ici.

Passage facultatif, sans doute le plus technique de la traversée. Un 4c pas facile à protéger. Rocher à vérifier comme toujours en Belledonne mais plutôt bon ici.

Petit dièdre facultatif. On s'amuse...

Petit dièdre facultatif. On s'amuse...

Boîte aux lettres, elle aussi facultative

Boîte aux lettres, elle aussi facultative

La portion aérienne, en redescente. Ca passe en solo si on n'est pas impressionné. Les prises sont franches.

La portion aérienne, en redescente. Ca passe en solo si on n'est pas impressionné. Les prises sont franches.

Partie aérienne toujours ; à la limite de l'ombre et du soleil

Partie aérienne toujours ; à la limite de l'ombre et du soleil

Le rappel sur les lames

Le rappel sur les lames

Au-dessus, un pilier saillant facultatif (4b). Dommage que toutes ces difficultés soient évitables. En tous cas, pas question pour nous de les contourner.

Au-dessus, un pilier saillant facultatif (4b). Dommage que toutes ces difficultés soient évitables. En tous cas, pas question pour nous de les contourner.

Final de cette section bien effilée

Final de cette section bien effilée

Les derniers rappels

Les derniers rappels

Dernier passage facultatif sur l'ultime pointe. Un pas en 4 de désescalade

Dernier passage facultatif sur l'ultime pointe. Un pas en 4 de désescalade

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0

Publié le 29 Décembre 2015

Trente-quatrième (et dernière) dent de l'année : finalement peu de choses en comparaison des cent un Chamechaude de Christophe. Cent un, c'est tout simplement le nombre de dent(s) de Crolles perso toutes années confondues dont, il est vrai, plus de quatre-vingts ces quatre dernières années. Quand on habite à quinze minutes du parking donnant accès à un sommet aussi riche, on ne s'en prive pas et mieux : si découvrir reste ma priorité, quand je n'ai pas assez de temps devant moi, je préfère retourner toujours sur ce même sommet que sur un autre aussi proche et déjà connu.

Ce matin, c'était avant le petit déjeuner en famille, dans l'espoir de saisir les couleurs de l'aube que l'on pouvait espérer avec le flux de sud annoncé. Et elles furent au rendez-vous.

Cent un
Cent un
Cent un
Cent un
Cent un
Cent un
Cent un

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages, #randonnée sportive

Repost 0

Publié le 27 Décembre 2015

C'est une des toutes premières randonnées que j'ai faite dans le secteur depuis que j'ai rencontré Val et que j'y viens régulièrement. C'était en 2003. J'en garde un très bon souvenir et j'y étais revenu à trois reprises depuis, dont deux fois à skis.

Avec ces conditions automnales, c'est l'occasion d'y revenir en famille. L'objectif (avoué) est le pique-nique à Miage ; on verra pour la suite. La première partie se déroule comme prévu et une dizaine de bouquetins nous fait le plaisir de nous accompagner, ainsi que la discrète chevêchette.

En toile de fond, la haute face nord des dômes de Miage, réalisée à skis il y a près de dix ans déjà, à l'époque phare de ma pente raide, d'une traite depuis Grenoble ! Accompagné de Nico B, Nico C et Zavid D. Un très grand souvenir même s'il nous avait fallu chausser en pleine pente à quelques encablures du sommet pour cause de glace. Les glaciers ont bien fondu depuis. C'est inquiétant. Qu'en sera-t-il dans dix ans ?

Première partie forestière

Première partie forestière

Les dômes de Miage

Les dômes de Miage

Arrivée au plateau de Miage

Arrivée au plateau de Miage

La petite troupe

La petite troupe

Près de 14h. En tee-shirt au soleil. Il faut se rendre à l'évidence. Avec la durée des jours à cette époque, le col de Tricot sera sans doute hors de portée pour "Mamie Chat" si l'on espère un retour raisonable et sans encombre avant la nuit. Mais cela lui aura donné un objectif pour l'été prochain et c'est toujours important d'avoir des projets. A chacun son Everest. Celui d'Emie aujourd'hui, c'est bien ce col de Tricot et c'est aussi l'occasion de tester les nouveaux émetteurs-récepteurs radio apportés par le vieil homme à la barbe blanche. Nous réussirons à communiquer clairement depuis le col jusqu'au parking car l'arrivée à la voiture du reste de la troupe sera parfaitement synchro avec la nôtre au sommet.

Avec la chance d'observer une bonne vingtaine de bouquetins dont un gros mâle très coopératif.

Le vieux bouquetinLe vieux bouquetin
Le vieux bouquetinLe vieux bouquetin

Le vieux bouquetin

Nous y traînons jusqu'à 16h15. Malgré les recommandations des randonneurs montés par le nord (glace, échelles non sécurisés...), nous "plongeons" dans le froid du versant nord pour la boucle. Je connais le passage "délicat" : c'est court et le raidillon au-dessus également. Au final, ce sera rando pour Emie que j'assisterai a minima. Un régal entre la première partie tous ensemble au soleil, la montée accompagnée de ses bouquetins (un vieux mâle nous laissera le plaisir de l'observer à trois mètres), le farniente/goûter au sommet, la descente dans la neige, la fin avec les pas qui craquent, guidés par la Nao.

Emie et la face nord des Dômes

Emie et la face nord des Dômes

Arrivée au col de TricotArrivée au col de Tricot

Arrivée au col de Tricot

C'est écrit sur le panneau

C'est écrit sur le panneau

Un peu de glace quand même plein nord

Un peu de glace quand même plein nord

Fin nocturne. Un régal.

Fin nocturne. Un régal.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive, #animaux

Repost 0

Publié le 25 Décembre 2015

Les chocolats, c'est comme la grimpe. Il y en a toute l'année. Les bras, ça dépend des jours. Mais ce serait trop facile de mettre cette absence de bras sur le compte des chocolats qui ne font jamais défaut à Noël.

Comme prémédité il y a peu, Noël se fera au balcon et au soleil. Un balcon un peu plus haut que les autres et partagé enfin avec Jean avec qui nous sommes en contact depuis un moment mais sans avoir pu faire cordée commune jusque là.

Je n'avais jamais grimpé à la Maladière. Eh bien ma foi, si l'on fait abstraction de l'échangeur de Cluses cinq-cents mètres plus bas (il vaut mieux choisir un jour férié ou un dimanche), c'est une falaise majeure. Presles n'a qu'à bien se tenir et ne peut se démarquer que de par sa quantité de voies. Ici c'est moins vaste mais quel rocher ! J'y reviendrai assurément.

On tombe d'accord sur une voie Piola ni trop facile ni extrême : No angel. Au final pour ce jour de Noël, pas de miracle. De toutes façons, les anges n'étaient pas là. Pas d'enfant prodige mais un boeuf (quand les bras ne répondent plus et que vous vous sentez bien lourd dans les dévers) et un âne (quand vous ne savez pas lire le rocher). Je veux parler de moi bien sûr. Jean ne fut ni le boeuf, ni l'âne mais ni le guide non plus. Lui au moins il avait annoncé la couleur qu'il ferait le client si c'était trop dur. L'autre espérait pouvoir faire illusion y compris dans le 7a+ sommital. Veni, vedi mais pas vici. M'enfin bon, ça passe quand même sans souci grâce à un équipement irréprochable de l'équipeur suisse que l'on remercie chaleureusement. Dommage pour ces plaquettes dites "suisses". Vraiment la misère à clipper. Peut-être une des raisons du manque de bras car passé trop de temps pendu sur une main pour clipper ?

Non, pas d'excuses, c'est toujours le grimpeur qui a tort.

Quelques remarques maintenant sur la voie elle-même. Elle est magnifique, surtout à partir de L4. Les cotations nous ont paru sèches, surtout dans les longueurs moins que 6c. 6b obligatoire je dirais ; 6b+ à tout casser. Le soleil arrive pile à midi au pied de la voie au solstice d'hiver. Accès commode par les rappels d'éclipse (47, 25 puis 22 m) puis dix minutes de marche. Une heure depuis la voiture. Par longueur, avec les cotations que je propose (qui ne sont déjà pas les mêmes dans le topo de Gilles Brunot et celui de c2c - la voie, récente, n'est pas dans "le calcaire en folie" de Michel Piola) :

 

Approche : on se croirait en (début d')automne.

Approche : on se croirait en (début d')automne.

L1 = 6b+ et L3 = 6aL1 = 6b+ et L3 = 6a

L1 = 6b+ et L3 = 6a

L7 = 6a+ et L6 = 6c+(+)L7 = 6a+ et L6 = 6c+(+)

L7 = 6a+ et L6 = 6c+(+)

L1 : 6b+ On est immédiatement dans le bain. Une belle longueur déjà. S'économiser pour la suite.

L2 : 5b Deux pas puis traversée sur une vire horizontale à droite

L3 : 6a Rocher évolutif, longueur courte

L4 : 5c Dièdre vertical "ambiance"

L5 : 6c Dur à lire, prises sikatées. Ca grimpe du début à la fin. Garder des bras pour la traversée.

L6 : 6c++. Dément, quelle longueur ! Rési. L'enchaînement des mouvements de la fin n'est pas donné.

L7 : 6a+. Bien lisse au départ. Longueur de transition qui rejoint Indiana Jaune.

L8 : 6c Annoncée 6b/b+ selon les topos, elle m'a achevée dans la traversée à gauche.

L9 : 7a+ Très beau et bien dur.

L10 : 6b Court passage un peu patiné commun à IJ puis facile dans du beau rocher à bacs pour finir.

Le carton (jaune) du jour : Jean. Au R5, il sort le téléphone de sa poche pour faire une photo et laisse échapper les clés de la bagnole. Règle numéro un : les clés de la voiture sont rangées à un endroit que l'on ne touchera pas durant toute la course. Règle numéro deux : le smartphone à une main en plein falaise c'est risquer de faire comme les clés.

Conséquence : fort heureusement, c'était ma voiture au parking. Je suis quitte pour un aller-retour à Flumet sur cette route que je déteste, afin d'aller chercher le double de clés (j'aurais pu aussi partir en courant à la descente et abandonner mon ami en pleine forêt mais je ne voulais pas le laisser aux mains des chasseurs de Magland - comprenne qui pourra - en même temps, s'il venait à retrouver son chemin avant fin octobre 2016, normalement, je dis bien normalement, il ne devrait rien risquer de ce côté-là). Cette bévue nous aura permis de finir cette superbe journée par d'agréables discussions car il y aura d'autres sorties ensemble, c'est sûr.

Joyeuses fêtes de Noël (à toutes et à tous).

L9 = 7a+

L9 = 7a+

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0