Publié le 30 Janvier 2016

Après les primevères (déjà là en décembre et abondantes en ce moment), voici que sortent par grappes les nivéoles. Un hiver qui restera marquant par sa douceur, sa sécheresse... son absence en fait. Si cela continue, il sera mémorable ; s'il venait à se faire subitement et violemment en retard, il devrait l'être aussi.

Janvril
Janvril

La motivation pour aller payer du ski sur des pistes dures et ne pas pouvoir aller tâter la poudre est limitée chez les petits, quasi absente chez le grand. Ce dernier sort alors une idée de derrière les fagots : la via ferrata. Direction Saint-Vincent-de-Mercuze. Il paraît qu'elle est accessible aux petits.

Comme nous avons déjà fait (à deux reprises même pour Stella) le sentier des cascades, nous choisissons l'accès rapide par le haut avec parking le long de la petite route de Ste-Marie-du-Mont après le tunnel.

Arrivée au départ de la via, elle est indiquée fermée. On se protège pour la période hivernale où, entre la neige et la glace, ce doit être une autre paire de manches. Mais là, c'est comme si c'était le mois d'avril. Merles et mésanges charbonnières s'égosillent à tue-tête.

Briefing et c'est parti. Les filles sont encordées et les queues de cochon permettent de se protéger. Pour faire simple, elle n'ont qu'une longe pour les traversées qu'elles changent de câble à chaque jonction avant d'enlever la corde de la queue de cochon, sous l'oeil du papa.

 

Passage de la "grande" passerelle

Passage de la "grande" passerelle

Pique-nique aérien. Elles ont adoré.Pique-nique aérien. Elles ont adoré.

Pique-nique aérien. Elles ont adoré.

Beaucoup de traversées mais des barreaux proches pour les petits

Beaucoup de traversées mais des barreaux proches pour les petits

Avec quelques poutres aussi

Avec quelques poutres aussi

Une grosse débauche d'acier mais au final un parcours plutôt réussi qui complète très bien le sentier (que nous n'avons pas fait ce jour - complètement à l'ombre et gras à cette période) d'accès par les cascades.

Difficulté et hauteur modées. A conseiller pour les débutants et pour emmener les enfants.

J'ai fait quelques images animées mais pas eu le temps de monter. A venir plus tard.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0

Publié le 28 Janvier 2016

Mauvais hiver, c'est une certitude. Reste à savoir si la dernière partie permettra de sauver la saison. Aucune motivation. Je pars simplement me dégourdir les jambes et évacuer saucisses et bières en dicretion de la Dent. Enneigement minimum. Passage obligé sur mottes d'herbe en bas et déchaussage obligatoire au niveau du ressaut raide au-dessus du câble.

Enfin, "obligatoire". Ayant pris les vieux skis, je me suis pris au jeu de ne pas déchausser. Un bon entraînement pour les fois où il faut le faire dans des couloirs mais c'était bien tendu quand même.

On ne déchausse pas à la dent

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2016

Du 24 au 27 janvier se déroulait le salon ISPO à Munich. Référence mondiale dans le domaine de l'outdoor, c'est un peu le passage obligé pour les professionels, qu'ils soient fabricants ou revendeurs.

Grande première pour ma part sur l'ISPO, je dois avouer que j'en ai pris plein la vue. Probablement plus de deux-mille exposants répartis sur seize grands halls. Ce n'est pas Alpexpo...

Il fallait donc se fixer des objectifs, sélectionner et éventuellement ajuster au fur et à mesure du séjour et des rencontres. Tout naturellement, mon regard s'est dirigé sur le ski dit de randonnée et même sur cet unique sujet, c'était beaucoup trop. J'ai gardé un oeil particulier sur les marques françaises mais aussi sur celles qui proposaient des produits novateurs. Ce petit compte-rendu est donc très loin d'être exhaustif, y compris si je m'étais limité à un tout petit segment de cette activité.

L'ISPO, ça commence par un réveil à trois heures du mat'.

Une autoroute Grenoble - Lyon complètement déserte à cette heure-là

Une autoroute Grenoble - Lyon complètement déserte à cette heure-là

Au décollage, la vue sur l'Y Grenoblois. Un décor somptueux jusqu'au plongeon dans le stratus bavarois

Au décollage, la vue sur l'Y Grenoblois. Un décor somptueux jusqu'au plongeon dans le stratus bavarois

Encore de l'autoroute afin d'arriver sur place.

Encore de l'autoroute afin d'arriver sur place.

Premier point, on le savait : ça explose. Des skis, des chaussures, des fixations, des vêtements et tout le reste. Une véritable jungle comme je l'avais déjà écrit dans le supplément hiver de Montagnes Magazine de décembre dernier...

 

DES SKIS

Le ski reste le premier élément de la panoplie, mais ce n'est pas forcément l'élément le plus intéressant à détailler ici. En effet, c'est un des maillons pour lesquels, mis à parts les données factuelles (poids, côtes, cambre...) on ne peut pas dire grand chose sans l'avoir mis aux pieds. Cependant, je me suis arrêté sur quelques produits. La marque Fischer m'a interpelé avec sa nouvelle gamme de skis de compétition. Deux modèles dont le Worldcup Verticalp annoncé à... 580 g en 161 cm. Noter les masselotes. Intriguant. Si vous les montez avec de vraies fixations de compétition, eh bien vous serez en-dessous du minimum requis par la législation (en compet') : 1500 g la paire ski+fix pour les hommes et 1400 g pour les femmes. Donc il vous faudra lester le ski ! Pour le reste, on tombe donc à 660 g par pied monté avec une Gignoux Ultimate. Record actuel ?

Gamme compet' Fischer et ses masselottes Gamme compet' Fischer et ses masselottes Gamme compet' Fischer et ses masselottes

Gamme compet' Fischer et ses masselottes

Chez les marques phares, on note le repositionnement de la gamme Dynafit avec l'intérêt porté par une catégorie de pratiquants pour des skis qui étaient un peu délaissés : environ 75 mm au patin mais hyper légers. Ainsi, on note le développement de modèles d'une skiabilité supérieure aux skis ultra-légers tout en restant autour de deux kilos la paire comme le Carbonio 74. De même que la gamme Free Touring accueille de nouveaux modèles larges et lourds comme le tout nouveau Meteorite. Le côté design fait définitivement partie du monde de la montagne si l'on en doutait encore : la gamme DNA avec son vert/rose flashy (le ski de compet' et les chaussures made by Pierre Gignoux) mais aussi un ensemble accompagnant le Carbonio 88 limited edition avec TLT7 perf, nous y reviendrons, TLT Superlight, bâtons, doudoune, casque et sac à dos entièrement gris/vert. Sortez le porte-monnaie pour l'ensemble...

Dynafit et design. Et une gamme bien complète.Dynafit et design. Et une gamme bien complète.Dynafit et design. Et une gamme bien complète.

Dynafit et design. Et une gamme bien complète.

Même combat de l'autre côté des Alpes avec La Sportiva / Ski Trab et la gamme compet' "or, sang et noir" accompagnant la nouvelle Stratos Cube.

Les Italiens aux couleurs allemandes

Les Italiens aux couleurs allemandes

Etant un inconditionnel de Atomic, j'ai également jeté un coup d'oeil à la gamme rando après n'avoir pas pu tester le Backland 95 au printemps dernier faute de montage correct de la fixation. La très ancienne catégorie "daddy" (vous rappelez-vous ? Sweet, Snoop et Sugar), remplacée par les Aspect, Access, Alibi... s'appelle désormais Backland, suivie de la taille du patin. A contrario de Dynafit qui a gardé un nom différent pour chaque modèle. La sobriété du design me plaît bien. J'ai hâte d'avoir en mains (ou plutôt en pieds) le 102 et sa belle couleur bleue. On aura pris soin de remarquer une collection destinée au juniors. Une bonne idée même si le durée limitée d'utilisation dans le temps restera toujours un frein à l'investissement. En tous cas, la marque autrichienne occupe tous les segments.

Backland : une nouvelle référence en skis de randonnée ?

Backland : une nouvelle référence en skis de randonnée ?

Parlant de Sobriété, la marque chamoniarde de Bruno Compagnet n'est pas en reste. Ayant apprécié énormément le Camox Freebird l'an dernier et ayant d'excellents retours d'autres modèles (Atris, Navis...). Une marque qui fait plaisir à voir exister aux côtés des géants de la discipline.

BC : sobres et efficacesBC : sobres et efficaces

BC : sobres et efficaces

Albert Félisaz m'a montré sa nouvelle Race 99 qui, comme son nom l'indique, est annoncée à 200 g la paire avec un niveau de sécurité intéressant et un réglage de la valeur DIN au talon modulable au montage selon le sens de la pièce. La nouveauté de la marque reste la Rental avec un modèle destiné à la location, réglable derrière ET devant afin de rester centré et équipé d'un frein ski. Un pack est proposé avec une paire de skis fabriquée par les Shapers Alpins (anciennement Aluflex) et 96 mm sous le pied. En outre, la marque haut-savoyarde propose maintenant une interface compatible pour les split en trois ou quatre parties à utiliser avec la fixation Feyan déjà éprouvée.

La Rental sur le Dark Môle 96 et le petit bijou Race 99La Rental sur le Dark Môle 96 et le petit bijou Race 99La Rental sur le Dark Môle 96 et le petit bijou Race 99

La Rental sur le Dark Môle 96 et le petit bijou Race 99

Sous les skis, Atomic (encore eux) vient encore à "ma rencontre" en allégeant ses peaux. Cela paraît simple mais il fallait y penser. La surface de la peau qui recouvre la spatule n'est pas en contact avec la neige. Autant y enlever les poils. Selon l'importance du rocker, voici donc les peaux dont la surface spatule est équivalente à un (épais) scotch.

De son côté, G3 propose d'y mettre des écailles. Faute de temps, je n'ai pu pousser plus loin l'investigation pour savoir quel serait leur rôle.

Spatule écailles (G3) et rien (Atomic)Spatule écailles (G3) et rien (Atomic)

Spatule écailles (G3) et rien (Atomic)

La marque suisse Pomoca qui équipe exclusivement mes skis passe sa gamme Race de cinq à six modèles très spécifiques. Ca peut paraître beaucoup et gêner la lisibilité mais en y regardant de près, on se rend compte que personne n'est laissé pour compte y compris le randonneur lambda qui veut du light et de la super glisse et refuse le mix. L'arrivée de la Race Pro Grip (à coté des modèles déjà existants, Vertical, Tipon...) semble toute désignée pour ce dernier car conservant une bonne accroche et disponible pour des skis larges (mes notes me trahissent mais c'est bien au-delà de 100 mm patin).

Dans la gamme Race, l'ultra light, la "sans" colle, la nouvelle Grip

Dans la gamme Race, l'ultra light, la "sans" colle, la nouvelle Grip

DES CHAUSSURES

Quatre modèles ont retenu mon attention (merci Jocelyn pour le tuyau de l'Arc'Teryx qui m'avait échappée). Retour d'abord sur Dynafit et la TLT7 toujours déclinée en Mountain et Performance. Jetons un coup d'oeil à cette dernière. Quel drôle de coup de pied (le speed nose). Où est le débord ? Comment va-t'on mettre les crampons ? Pourquoi cette facétie ? Selon ce principe, le fabricant annonce un gain de plusieurs centimètres lors de chaque pas, les inserts étant placés au maximum à l'avant. Réalité ou coup de marketting ? Les test nous le diront. En attendant, on ne sait pas si l'adaptateur crampons nécessaire pour les possesseurs de crampons automatiques sera vendu avec ou en option. A voir aussi quels seront les inconvénients de celui-ci, outre sans doute quelques grammes, au niveau pratique car l'outil n'est pour le moment pas encore visible. On notera la fin de la languette amovible (que presque personne ne mettait) et un câble qui relie les deux boucles. Le passage montée/descente se fera donc avec un seul mouvement, le scratch ayant également disparu. Son poids reste aux alentours des deux kilos. Toujours chez Dynafit, la Vulcan qui avait ses adeptes (Boris et François entre autres) disparaît au profit d'un modèle un poil plus lourd et avec un crochet supplémentaire : la Khiôn Carbon.

LE (?) modèle de Free Touring et la fameuse TLT7 Perf.
LE (?) modèle de Free Touring et la fameuse TLT7 Perf.LE (?) modèle de Free Touring et la fameuse TLT7 Perf.
LE (?) modèle de Free Touring et la fameuse TLT7 Perf.

LE (?) modèle de Free Touring et la fameuse TLT7 Perf.

Fischer reprend l'idée du système Boa de serrage par câble, déjà utilisé sur les Scarpa Alien mais la chaussure donne l'impression d'avoir aussi été étudiée pour l'étanchéité qui n'était pas le point fort du modèle italien. La Travers annonce un débattement de 80°. Passage montée/descente désormais classique par abaissement de levier. Un modèle de plus dans le monde de la compétition avec un look plutôt réussi.

La Travers et son look étonnantLa Travers et son look étonnant

La Travers et son look étonnant

Enfin Arc'teryx lance également sa proche chaussure. Par manque de temps, je n'ai pas eu l'occasion de passer le pied dedans mais de source fiable, on m'aurait parlé d'un modèle vraiment confortable. La gaine d'étanchéité n'est pas sans rappeler celle de Pierre (Gignoux) et j'ai été surpris par la hauteur du chausson. Un modèle que l'on est impatient de voir sur le terrain.

Arc'teryx se lance dans la chaussure de ski

Arc'teryx se lance dans la chaussure de ski

A noter que Salomon, dont nous avions évoqué à plusieurs reprises l'arrivée dans le domaine du ski de randonnée, propose une belle fintion au niveau de la chaussure du pack NTM. Les deux modèles sont dotés notamment d'une belle gaine d'étanchéité paraissant robuste et d'une bouclerie haut de gamme.

ISPO 2016

DES ACCESSOIRES

Fait remarquable pour l'inconditionnel que je suis du "fast and light" comme je le nomme souvent sur ces pages, Petzl se lance enfin sur le créneau. Et, c'est un comble, lance la série..."light and fast". Autant vous dire que j'ai regardé tout ça de très près. La communication se fait autour de l'incontournable quatuor piolet/crampons/baudrier/corde qui fait mieux que diviser par deux la même association dans la même marque mais avec des outils plus classiques. On tombe à deux kilos l'ensemble avec une corde de soixante mètres. C'est beaucoup, beaucoup trop diront certains pour de l'encordement sur glacier mais incontournable dès que l'on envisage des rappels. Et qui dit corde dit au moins deux personnes (du moins sur glacier) donc la possibilité d'opter pour une deux fois trente pour répartir les charges. Cette corde reste le point de réticence : en Dyneema, elle coûtera forcément un bras (plus de trois cents euros...). Cependant, cette dimension (6 mm) et cette matière s'imposent désormais comme un standard : la marque suisse Mammut propose également son kit de rappel avec les mêmes caractéristiques. Pour le reste, à noter le piolet à lame acier bien sûr, le baudrier donnant une impression de confort et de pratique avec ses porte-matériels, son porte-broche et ses clips pour l'enfilage skis aux pieds. Le crampon fait fort et Camp n'a qu'à bien se tenir. Le Leopard possède une articulation souple permettant un encombrement réduit dans le sac, un réglage rapide et facilement modifiable sans transporter une clé ou un tournevis, un allègement maximum avec l'aluminium et les dix pointes. Non disponible sur le stand, la marque iséroise a également sorti un kit glacier avec 30 m de Rad Line, 3 mousquetons Attache 3D, un Tibloc, une Micro Traxion une sangle et un sac dédié pour enkiter le tout (marre de lover les cordes). 

Le Leopard, modèle phareLe Leopard, modèle phare

Le Leopard, modèle phare

Pichon, corde, baudrier et le poids de l'ensemblePichon, corde, baudrier et le poids de l'ensemble
Pichon, corde, baudrier et le poids de l'ensemblePichon, corde, baudrier et le poids de l'ensemble

Pichon, corde, baudrier et le poids de l'ensemble

Egalement un 6 mm Dyneema en 60 m chez Mammut. Le fabricant annonce une résistance à 16 kNEgalement un 6 mm Dyneema en 60 m chez Mammut. Le fabricant annonce une résistance à 16 kN

Egalement un 6 mm Dyneema en 60 m chez Mammut. Le fabricant annonce une résistance à 16 kN

Du côté de l'éclairage, toujours chez Petzl, la Reactik+ vient remplacer le Tikka RXP et la Nao+ s'ajoute à la Nao. Ces deux nouveautés ont la particularité d'être programmable sur le smartphone et de pouvoir gérer la puissance et la charge de manières précises. A côté de celà, les autres modèles sont reconduits comme la e+Lite que nous devrions tous avoir en secours dans un sac à dos même si la lampe du smartphone est suffisante pour du dépannage. Cependant, dans la neige ou en terrain nécessitant l'usage des mains, le smartphone est tout sauf adapté. 

Nao+ et gestion intelligente via l'appli
Nao+ et gestion intelligente via l'appliNao+ et gestion intelligente via l'appli

Nao+ et gestion intelligente via l'appli

Dynafit propose une Lamborghini avec une LED 1000 lumens (en fait, c'est BMW qui fabrique ce...phare de voiture) livrée sur un casque de ski-running. Prévoir trois cents boules... (au passage, la gamme de casque de la marque autrichienne reprend les dénominations ski running/ski touring et free touring de la gamme ski).

Lampe BMW 1000 lumens et gamme des casque DynafitLampe BMW 1000 lumens et gamme des casque Dynafit

Lampe BMW 1000 lumens et gamme des casque Dynafit

ET DU COTE DE LA SECURITE ?

Je suis longtemps resté discuter avec Craig du stand Avatech. Le produit, complètement innovant, est bluffant. Lors de nos formations neige et avalanche, nous avons tous appris à faire le test de la pelle pour vérifier rapidement la présence ou non d'une couche fragile en surface. En cas de véritable besoin de battage, la coupe du manteau neigeux est longue et fastidieuse. Je ne connais personne qui ne l'ait faite lors d'un moment de doute lors d'une sortie. Quand on doute, on fait demi-tour (ou pas).

Avatech a mis au point une sonde à avalanche pliable d'un mètres cinquante de long surmontée d'une poignée de contrôle qui enregistre toutes les informations. En un simple sondage, on dispose ainsi de toutes les informations concernant la densité de la neige et la présence de couches fragiles. Ces informations sont ensuite transmises à l'ordinateur et peuvent être partagées publiquement. Si le tarif de l'outil reste dissuasif pour un particulier (1800€), en revanche, les bureaux de guides, nivologues, pisteurs... qui s'en équiperaient pourraient faire un travail de précision en un temps très limité et permettre ensuite aux utilisateurs de préparer leur sortie en fonction des données disponibles partagées. J'ai hâte de voir la sonde en action sur le terrain en espérant pouvoir retrouver Craig cet hiver sur les pentes. D'autres précisions viendront à ce moment-là.

 

La sonde AvatechLa sonde Avatech

La sonde Avatech

Le marché des sacs airbags explose. Manquant encore d'habitude sur ce type de produit que je n'utilise pas, je n'ai pas poussé plus loin ; encore une fois, il aurait fallu des heures pour tout voir. Arc'Teryx encore semble proposer un système complètement nouveau et ARVA tente d'alléger au maximum, le poids restant avec le prix l'ennemi de l'acheteur. Leur dernière technologie se retrouve dans la série Reactor et son gonflage surpuissant et extrêmement rapide.

Arva, distribuée par Nic Impex

Arva, distribuée par Nic Impex

DES CAPTEURS SUR VOS SKIS

La marque française Zag qui conserve la même gamme de skis dont le fameux Ubac qui jouit d'une belle réputation chez les randonneurs débarque avec un capteur qui a inévitablement attiré mon attention. De forme hexagonale, Ze Tracker (c'est son nom) vient se fixer sur le ski via un adhésif résistant semblable à celui qui sert de support aux caméras embarquées. Couplé au smartphone via une application et un connextion Bluetooth, il permet une double fonction qui intéressera tout autant les randonneurs que les skieurs de station. La première permet de localiser son ski enfoui sous la neige en cas de chute avec déchaussage dans la poudreuse. Le fabricant annonce une portée de cinquante centimètres de profondeur. La deuxième utilisation se fait en surface à des distances beaucoup plus longues (jusqu'à deux-cents mètres) et peut permettre, par exemple, d'être informé en cas de déplacement du ski. L'outil permet en somme de siroter une bière tranquillement au bar d'altitude sans se soucier d'éventuels voleurs. Au moindre mouvement, le smartphone émettrait un signal. J'ai hâte de pouvoir l'expérimenter sur le terrain et pouvoir vous livrer mes impressions.

Ze Tracker. Une idée bienvenue, utilisable sur n'importe quel ski avant qu'un jour cette puce ne soit moulée avec l'ensembleZe Tracker. Une idée bienvenue, utilisable sur n'importe quel ski avant qu'un jour cette puce ne soit moulée avec l'ensembleZe Tracker. Une idée bienvenue, utilisable sur n'importe quel ski avant qu'un jour cette puce ne soit moulée avec l'ensemble

Ze Tracker. Une idée bienvenue, utilisable sur n'importe quel ski avant qu'un jour cette puce ne soit moulée avec l'ensemble

De la même veine mais destiné à une utilisation ludique et pédagogique, Piq met en place en collaboration avec Rossignol un capteur destiné à enregistrer vos mouvements. Il note les courbes, les sauts, leurs hauteurs, longueurs, et peut même corriger vos angles d'attaque. Les possibilités de ce petit objet sont nombreuses et permettront aussi bien à vous faire progresser qu'à organiser des challenges entre potes.

Record your runs

Record your runs

Troisième capteur (et pas des moindres) pour le skieur (exclusivement de randonnée), voici le Pomocup. Lancé par la marque Pomoca, ce petit objet vient se coller en avant de la butée de la fixation et offre une lecture immédiate en mouvement. Il enregistre l'altitude, le dénivelé, le nombre de conversions, de pas, l'allongement, l'inclinaison. Certes beaucoup de ces informations se retrouvent sur les montres altimètres mais qui n'en est pas équipé pourra s'en passer avec le Pomocup. En outre, la précision est redoutable. Nous avons pu voir l'évolution de la courbe de la pression atmosphérique par simple déplacement de quelques centimètres. La fonction altimètre sera donc beaucoup plus précise que celle des montres qui, pour le moment, reste imparfaite. La fonction inclinomètre est également intéressante pour les aficionados des degrés de pente. Le Pomocup est disponible en deux modèles dont le pro (noir) qui permet une programmation et non seulement les relevés. La production est assujettie à un financement participatif sur Kickstarter. Le principe est simple : si le nombre de pré-achats est atteint, le produit est lancé. Il reste un mois (jusque fin février) pour atteindre les 50000 CHF attendus. RDV ici.

Le Pomocup. 149 CHF pour le blanc ; 269 CHF pour le noir (pro)

Le Pomocup. 149 CHF pour le blanc ; 269 CHF pour le noir (pro)

DU CÔTE DES VÊTEMENTS

J'ai été très intrigué par le développement de la marque suisse X-Bionic qui propose une gamme allant du sous-vêtement à la veste techniques en passant par le collant de trail ou la combine' de vélo et basée sur une membrame appellée 3D. Cette membrane que l'on retrouve sur une partie de chaque produit se présente sous la forme d'orifices d'évacuation de la transpiration séparés par des petits canaux. Le concept que j'ai hâte de tester sur le terrain est censé mieux évacuer la sueur que les membranes que nous connaissons tout en emmagasinant la chaleur du corps dans ces petits canaux. Cette chaleur serait ensuite restituée permettant d'éviter la désagréable sensation du "mouillé-froid" qui survient à l'arrêt.

La très caractéristique membrane 3D de chez X Bionic
La très caractéristique membrane 3D de chez X BionicLa très caractéristique membrane 3D de chez X BionicLa très caractéristique membrane 3D de chez X Bionic

La très caractéristique membrane 3D de chez X Bionic

A noter également que le français Black Crows se lance aussi dans la textile avec toute une gamme de vestes et pantalons destinés aux riders qui envoient du gros. A l'inverse de la tendance qui consiste à tout alléger, BC a taillé "dans la masse". Rien qu'au toucher, on ne doute pas que le matos devrait résister aux skieurs les plus massifs lancés à pleine vitesse au milieu d'un buisson d'aubépines ou se servant des branches d'épicéa comme piquet de slalom.

Ligne BC pour envoyer du gros

Ligne BC pour envoyer du gros

Une dernière innovation. Un tout petit stand qui aurait facilement pu passer inaperçu. Ski-Mojo. Kezako ? Il s'agit d'un bras articulé solidarisé à l'ensemble cuisse-jambe via un système velcro et doté d'un ressort qui sert d'assistance au muscle. Selon le principe, il serait possible d'enchaîner davantage de virages avec moins d'effort. Les skieurs occasionnels, d'un certain âge ou encore souffrant d'arthrose au genou pourraient (continuer à) pratiquer leur activité avec plaisir. De grands sportifs comme Luc Alphand auraient été bluffés par le système.

Le dispositif Ski-MojoLe dispositif Ski-Mojo

Le dispositif Ski-Mojo

L'ISPO c'est aussi de bien belles rencontres. Des têtes connues du milieu grenoblois bien sûr et en particulier les éditions Nivéales que je remercie pour leur confiance. On échange aussi avec les fabricants et les concepteurs. Enfin on se prend au jeu à poser avec des grands noms des différentes disciplines.

Parmi eux, Bruno Compagnet, personnage très attentif et très abordable avec qui j'ai eu le plaisir de discuter. Dans un tout autre style, j'ai eu la chance de croiser le tyrolien Fritz Barthel sur le stand Plum. Fritz est l'inventeur de la fixation à inserts qui devint rapidement la "Low tech" il y a maintenant plus de trente ans. A ce sujet, relire l'excellent papier de Volodia Shahshahani.

Ce fut un plaisir aussi de croiser Nicolas Millon. Que de chemin parcouru depuis sa boutique Vertige au centre de Gap et la marque Approach qui compte désormais quatre magasins à Gap, Briançon, Aix-en-Provence et Valence. Un personnage que j'apprécie tout particulièrement. On s'est parlé comme si on avait l'habitude de se voir tous les jours.

Et puis, flash à l'aéroport. Christian Ollier, devenu directeur de Quechua. Je l'avais vu la dernière fois au printemps 1997 (!!!) quand il m'avait fait confiance en m'embauchant au rayon montagne chez Décathlon Vitrolles.

Enfin, un bon moment de partage avec Jérôme Folliet invité au même titre que moi sur le salon et avec qui on a beaucou échangé. Jérôme est à l'origine des sondes Nivolog amenées à se développer.

 

Bruno Compagnet, emblème de la marque chamoniarde

Bruno Compagnet, emblème de la marque chamoniarde

Fritz Barthel, génial inventeur

Fritz Barthel, génial inventeur

Enfin, l'ISPO c'est une brève mais certaine immersion dans le monde allemand et sa rigueur. Et sa gastronomie. Une soirée bien arrosée dans laquelle il a fallu gérer le débit.

ISPO 2016
ISPO 2016
ISPO 2016

Un grand merci aux personnes qui m'ont permis de vivre cette petite "aventure" passionnante, et peut-être plus éprouvante que de faire 3000 m de dénivelé... En particulier JC Marchionni et StepUp Marketing qui proposent un pack clé en mains pour tous ceux qui souhaitent s'immerger dans ce salon incontournable de l'outdoor.

parler rencontres, ollier, compagnet, millon...barthel

Un grand merci aux personnes qui m'ont permis de vivre cette petite "aventure" passionnante, et peut-être plus éprouvante que de faire 3000 m de dénivelé... Les éditions Nivéales, JC Marchionni et StepUp Marketing,  VF...

parler rencontres, ollier, compagnet, millon...barthel

Un grand merci aux personnes qui m'ont permis de vivre cette petite "aventure" passionnante, et peut-être plus éprouvante que de faire 3000 m de dénivelé... Les éditions Nivéales, JC Marchionni et StepUp Marketing,  VF...

ISPO 2016

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #matériel

Repost 0

Publié le 23 Janvier 2016

Week-end paisible en famille avec la venue du frérot. Le Marseillais, qui était le plus résistant des deux (je me souviens de randonnées glaciales où il évoluait sans les gants alors que j'avais les doigts insensibles à l'intérieur des moufles) a depuis adapté son corps au climat méditerranéen. C'est donc maintenant un bon étalon. S'il ne se plaint pas du froid, c'est qu'il fait bon !

Et c'est exactement ce qui s'est passé. Une sortie ski, une sortie luge avec toute la petite troupe et les seuls commentaires que l'on a pu entendre étaient : "S'il ne reneige pas, c'est mort pour février" ou "je vais enlever ma veste".

Des températures caniculaires pour l'époque, de même qu'on en a eu en novembre, en décembre. Mises à part quelques courtes périodes, on n'a pas eu vraiment l'impression d'être en hiver. Si du côté de la rando, c'est un peu moins pire que l'an dernier et proche de l'année d'avant à la même date, c'est en revanche incomparable côté températures. Et puis, les deux années précédentes, le stock s'est grandement amélioré à partir de fin janvier. Un mètre cinquante en trois jours l'an dernier, plusieurs chutes successives jusqu'à la fin de l'hiver pour 2014. Là, c'est très mal parti. 2016 semble s'inscrire dans les mauvais hivers tout comme 2007, 2002 pour les années du troisième millénaire. Pire. Y'a aura-t'il un hiver 2016 ? Serait-ce la pire de ces vingt dernières années. Ca en prend le chemin. Espérons qu'il y ait un retour de bâton ; mais d'un autre côté, personne n'a envie de passer la doublette avril-mai aussi vilaine qu'en 2013. On se souviendra aussi des mois d'avril abominables comme en 1994 (1995 ?). Alors si l'hiver veut faire au moins illusion, le temps presse. Etant donné qu'il n'y a absolument rien en vue avant début février, on a du mal à être optimiste.

Des pistes enneigées mais qui vont faire grise mine pour les vacances si rien ne change

Des pistes enneigées mais qui vont faire grise mine pour les vacances si rien ne change

On a quand même pu faire un igloo à 1000 m d'altitude

On a quand même pu faire un igloo à 1000 m d'altitude

Baptême de l'air de l'Hexo+Baptême de l'air de l'Hexo+

Baptême de l'air de l'Hexo+

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse, #nivo-météo

Repost 0

Publié le 22 Janvier 2016

Trois sorties absolument majeures en moins d'un an sur cette vallée de Belledonne (ici, et...aujourd'hui); on pourrait y rajouter celle-ci ou encore celle-là (et j'en oublie).

Au diable les grands discours cette fois-ci. Malgré le faible enneigement en bas (déchaussage à dix minutes du parking pour épargner les semelles) et de la forêt (qui passe intégralement skis aux pieds à la descente moyennant quelques bémols : accepter de toucher de temps à autre, connaître une trouée permettant de skier, déchausser sur 100 m de distance pour un passage inskiable), encore une sortie absolument majeure dans une neige la meilleure qui soit : 50 cm de poudreuse impalpable. Grosse trace à faire (puisque personne n'y étais encore monté) et grosse ambiance au milieu des choux-fleurs de givre dans le couloir sommital qui s'élance sur 350 m de haut.

Descente en grandes courbes et moment fort avec Lio et Nico cette fois-ci (les autres sorties citées, j'y étais en solo). 

Et comme le dit Lio : "Voilà pourquoi on fait tout ça".

Après cette boucle absolument somptueuse du côté des Sept-Laux en décembre, voici la deuxième grande sortie de ski de la saison. On la savoure d'autant plus quand on sait que les conditions ont bien changé deux jours après !

Grande Valloire, couloir ouest (Belledonne). Ski : 4.3/E2

Poudre dès 1200 m et jusqu'au sommet. A la sortie de la forêt, on émerge de la couche de nuages. Saisissant !

Poudre dès 1200 m et jusqu'au sommet. A la sortie de la forêt, on émerge de la couche de nuages. Saisissant !

Neige absolument parfaite sous le lac Blanc

Neige absolument parfaite sous le lac Blanc

Neige absolument parfaite au-dessus du lac Blanc

Neige absolument parfaite au-dessus du lac Blanc

L'entrée du couloir ouest (à gauche) et du nord-ouest (à droite) fait l'an dernier

L'entrée du couloir ouest (à gauche) et du nord-ouest (à droite) fait l'an dernier

Que dire ?

Que dire ?

Ca brasse à mort

Ca brasse à mort

L'équipe au sommet

L'équipe au sommet

Haut du couloir

Haut du couloir

Nico pose une grosse courbasse de cochon

Nico pose une grosse courbasse de cochon

Partis à midi du parking, nous disposions d'encore une heure pour remonter du lac Blanc en direction du col de la Valloire pour finir la journée. Nous avons préféré savourer cette somptueuse descente et se poser au soleil avant de la terminer.

Partis à midi du parking, nous disposions d'encore une heure pour remonter du lac Blanc en direction du col de la Valloire pour finir la journée. Nous avons préféré savourer cette somptueuse descente et se poser au soleil avant de la terminer.

L'endroit se prête à la contemplation

L'endroit se prête à la contemplation

Le soleil va passer derrière la crête ; il est temps de rentrer

Le soleil va passer derrière la crête ; il est temps de rentrer

Lumière vespérale pour les dernières courbes avant la forêt

Lumière vespérale pour les dernières courbes avant la forêt

Le film

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0