Publié le 31 Mars 2016

Cet hiver 2016 n'a jamais vraiment existé mais soulignons quand même de belles sorties de ski au final (60000 m de dénivelé positive ; pas si mal pour une fin mars) et un mois de mars sans doute inférieur aux températures moyennes. C'est toujours ça et, comme février l'an dernier, ça nous aura permis de sauver la saison.

Mais maintenant, retour brutal à la chaleur et à nouveau du fun. Avec les arbres qui verdissent en vallée et les fleurs sur les arbres fruitiers, on peut dire que le printemps est vraiment lancé.

On reprend aussi les sorties du soir, les sorties "sèches" et très bientôt j'espère, l'escalade outdoor. Même en moyenne montagne, on sent les prémices du printemps.

Nivéole

Nivéole

Tussilage

Tussilage

Sans doute une fleur très connue...

Sans doute une fleur très connue...

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages

Repost 0

Publié le 30 Mars 2016

Qui a dit que ce nombre portait malheur ? Une météo douce donnant à la Dent (de Crolles) une allure printanière, un vent tempétueux, un horaire sans doute un peu juste pour être conciliant avec les obligations professionnelles des un(e)s et des autres et c'est finalement à treize (seulement mais sûrement) que nous nous retrouvons au fil de l'ascension et surtout au sommet. Treize, c'est également mon nombre de dents de Crolles à skis cet hiver, nombre qui risque d'être figé avec l'évolution nivologique en cours ; à moins d'une grosse mousson froide de printemps ce qui est toujours possible.

Un grand moment que ces "rencontres au sommet", déjà initiées à plusieurs reprises dans différentes formules. Je me souviens d'un rendez-vous au Grand Colon en 2005 ou 2006 puis un autre au Grand Serre. L'an dernier également à la Dent en mode baskets. Et régulièrement en plus petit comité au Grand Colon pour le fameux skis/baskets. On vous en dira plus d'ici un mois. Restez connectés sur Facebook où le rendez-vous sera communiqué quelques jours auparavant. On vous espère nombreux.

En attendant, fort belle soirée dans la tempête au sommet et puis à la descente sur une neige minimale mais de qualité avec quelques passages très ludiques en "grass-skiing".

Pour info, il va déjà falloir compter avec un déchaussage dans le crux, un autre dans la traversée puis rejoindre obligatoirement le talweg ouest jusqu'au col des Ayes. Ensuite, il va falloir aller de bandes de neige en bandes de neige via des passages sur herbe et même de petits déchaussages si on attend trop. Il sera encore possible de finir par la route jusqu'à dix minutes du parking d'ici quelques jours mais là aussi, ça évolue vite. De mon côté, il est très peu probable que j'y retourne avec les skis s'il ne reneige pas significativement ici. 

L'oeil de Boris ici. Celui du Bertonche, le torcheur masqué, ici.

A quelques mètres du sommet

A quelques mètres du sommet

Il est content le Boris

Il est content le Boris

Reverse camera

Reverse camera

Ca s'emmitoufle au sommet, parfois ça grimace

Ca s'emmitoufle au sommet, parfois ça grimace

Dédé a oublié son sac à dos donc est monté avec le minimum. Pour se réchauffer, il fait des allers-retours

Dédé a oublié son sac à dos donc est monté avec le minimum. Pour se réchauffer, il fait des allers-retours

Ca papote (enfin, ça crie sinon on n'entend rien) relativement abrité derrière le cairn

Ca papote (enfin, ça crie sinon on n'entend rien) relativement abrité derrière le cairn

Les filles en grande discussion

Les filles en grande discussion

A droite, le Haut-Savoyard venu spécialement pour l'occasion. Triplement intrus : géographiquement (encore qu'à gauche, y'a un Savoyard), glissement (snowboard) et gastronomiquement (brioche et bières)

A droite, le Haut-Savoyard venu spécialement pour l'occasion. Triplement intrus : géographiquement (encore qu'à gauche, y'a un Savoyard), glissement (snowboard) et gastronomiquement (brioche et bières)

Dépeauter au couchant

Dépeauter au couchant

Man va s'envoler

Man va s'envoler

Allez, on plie

Allez, on plie

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0

Publié le 28 Mars 2016

Gignoux Black et le reste

Après sa présentation il y a un an, un premier retour et un film de Nicolas Hairon, quelques mots au bout d'un an d'utilisation. C'est vraiment un achat que je ne regrette pas. En 2010, la TLT5 a été la première chaussure à marquer un tournant avec un débattement important en montée et seulement deux kilos aux pieds. C'était révolutionnaire pour moi. Aujourd'hui, quand je repasse sur ma TLT5, je la trouve non seulement molle en descente par rapport à la Gignoux mais j'ai l'impression d'être bien "coincé" dedans en montée, tant la Black est un arme redoutable. Et bien sûr, on ne revient pas sur le poids. Alors certes, il y a un peu de maintenance : je viens de passer chez Pierre ; les Colliers ont été remplacés par des colliers plus épais (2 vs 1,5 mm) mais surtout, le jupe d'étanchéité a été changée. Celle d'origine avait en effet "explosé" mais d'après le fabricant, il s'agissait d'une erreur de matière. La nouvelle matière serait beaucoup plus solide. Rendez-vous dans un an pour le bilan. Mais je reste persuadé que ça en vaut la peine.

Ils m'ont aussi rajouté une petite protection au niveau de la crémaillère pour qu'elle n'appuie pas sur la fermeture éclair qui finissait par s'abîmer avec la pression. Un peu de maintenance oui mais en deux jours, c'était réglé. Pratique quand on n'habite pas loin.

Il reste le tarif. Comme on en parlait avec François, c'est vraiment le seul point négatif. Elle les vaut ; là n'est pas la question. Mais il faut pouvoir/vouloir dépenser 1500€ pour une paire de chaussures. Ceci étant, ça débat beaucoup sur les fora concernant les skis et les pratiquants n'hésitent pas à mettre entre 600 et 900€ dans une paire de ski soit pas loin de moitié prix de la Black.

En quinze ans, j'ai eu quatre paires de chaussures : deux générations de Scarpa Laser, une TLT5 et la Black. En revanche, j'ai eu huit paires de ski soit quasi une tous les deux ans en moyenne.

On peut donc considérer qu'on peut investir deux fois plus cher dans une paire de chaussures...

En rajoutant que les chaussures que j'ai mises au rebut auraient encore fonctionné avec de la maintenance. Et surtout, qu'une paire de skis à 800€ peut-être explosée définitivement au premier caillou alors qu'avec des chaussures... Et même si le carbone est fragile, il se répare !

Des arguments à mettre dans la balance au moment de l'achat.

Ah j'oubliais : le hic quand on a une Gignoux aux pieds c'est qu'après, on ne peut plus repasser à autre chose (comme si vous retourniez à votre bonne vielle Diamir à barre après avoir eu des TLT ou à un PC après avoir goûté au Mac... encore que les choses ne sont plus les mêmes depuis le départ de Steve Jobs... mais c'est un autre débat).

 

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #matériel

Repost 0

Publié le 27 Mars 2016

C'est une espèce que je n'avais jamais rencontrée. La reinette, c'est ma préférée des grenouilles françaises. Merci à Karine et Ced de me l'avoir faite découvrir dans leur jardin du sud.

Les images sont prises avec l'EOS 6D et le 24-70 f/4 L IS USM macro. Un achat que je ne regrette pas !

Un petit mot naturaliste avant de passer aux images : on la différentie visuellement de la reinette arboricole par la bande marron en arrière de l'oeil qui, contrairement à celle de sa "cousine", ne se prolonge pas sur les bas-flancs.

Vert sur gris. Contraste.

Vert sur gris. Contraste.

Vert sur vert, camouflage.

Vert sur vert, camouflage.

Un peu plus de dessus. L'identification ne fait aucun doute.

Un peu plus de dessus. L'identification ne fait aucun doute.

Une tête émerge des herbes

Une tête émerge des herbes

Crop d'une image prise à la même distance que les précédentes.Vous avez dit "piqué" ?

Crop d'une image prise à la même distance que les précédentes.Vous avez dit "piqué" ?

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux

Repost 0

Publié le 24 Mars 2016

Tout s'est bien passé. Toutes ces sorties, ce fut la fête, on a fait notre job et on n'a pas fait "paf". Et ce n'était pas gagné avec ces joyeux lurons envoyés à pleine vitesse sur le domaine de la station de Belledonne.

Petite parenthèse avant d'en venir au sujet, j'en vois déjà qui se moquent du forfait préhistorique encore usité ici. Ben moi je l'aime bien. Ce n'est pas pénible à utiliser et ça fonctionne. Ca évite aussi de payer les deux euros supplémentaires de carte magnétique dans chaque nouvelle station fréquentée, tout en apprenant qu'il faut les renouveler au bout de deux ans car le système à changé. Et pour la station, c'est également un moyen de contrôle rapide et efficace et de lutter contre la revente d'un forfait journée en cours de journée. En y réfléchissant bien, c'est loin d'être un choix d'arriérés. Bon, venons-en au vif du sujet.

Au coeur des tests (III)

On a bien avancé. Notre petite équipe a réussi à passer une bonne quinzaine de paires de skis entre quelques randos et surtout une série de sorties au départ de la station des Sept-Laux et en toutes neiges. Car les tests de ski, c'est avant tout en descente. En montée, le gros de la donne est écrit dans le poids du ski et sa largeur même si la rigidité et le rayon ont aussi une influence. A ce propos, si on a gagné énormément en confort de descente, on a quand même bien perdu avec ces skis larges. Je me souviens au début des années 2000 lorsque l'on utilisait des skis de 67-69 au patin (Dynastar 4X4 Vertical, Hagan Tx-Titanium en ce qui me concerne) : on montait aux arbres et les pentes de 40° en neige dure ne faisaient pas peur. J'avais réussi à remonter intégralement skis aux pieds le couloir en banane à la Font-Sancte ou encore, un peu taquet certes, la face sud du dôme de la Roizonne en neige dure au-dessus de la Morte. Des ascensions que je ne réussirais pas aujourd'hui sans passer par la case crampons (vu que je n'ai jamais acheté de couteaux - trop encombrants dans un sac à dos pour une utilisation anecdotique facultative).

Une bonne séance encore aujourd'hui afin de passer en revue les dernières paires (il en reste encore deux ou trois) et surtout un échange culturel fort intéressant. Mes deux partenaires dans la gamme 90-100 au patin (Lio Didier, Steph Bauzac) et moi-même avons en effet skié avec la star Boris Dufour et ses big (n'essayez pas de le rattraper sur des skis, à part s'appeler Denis F.) qui nous a fait profiter de sa grande expérience (je précise au passage que le personnage est d'une grande humilité et n'a rien d'un "m'as-tu-vu") ; Ulysse Lefebvre l'homme qui chapeaute le tout, armé de son appareil photo (et prêt à saisir votre moindre erreur) ; Boris Pivaudran, le skieur de couloirs quelles que soient les conditions ; Stéphane Mougin, l'homme aux allumettes qui n'a pas peur des quatre-vingts kilomètres par heure.

On a bien rigolé tout en travaillant un peu et Boris (D) nous a fait visiter son jardin.

Tout sera ensuite décortiqué et paraîtra à l'automne prochain. Restez branchés.

L'équipe de choc

L'équipe de choc

La même sous un angle différent, et votre serviteur

La même sous un angle différent, et votre serviteur

Lio qui a bien retenu la leçon de Cécile E. sur le dress code

Lio qui a bien retenu la leçon de Cécile E. sur le dress code

Des couleurs sur l'arête nord de la cime de la Jasse

Des couleurs sur l'arête nord de la cime de la Jasse

Les "randonneurs" dans le couloir sud-ouest
Les "randonneurs" dans le couloir sud-ouest

Les "randonneurs" dans le couloir sud-ouest

On repeaute. Un grand moment avec des peaux qui ne conviennent pas aux randonneurs que nous sommes, pas assez glissantes ou trop compliquées à mettre en place ou encore pas adaptées lorsqu'elles sont issues d'une autre paire de skis. On remarque à l'arrière-plan que le compétiteur est déjà parti.

On repeaute. Un grand moment avec des peaux qui ne conviennent pas aux randonneurs que nous sommes, pas assez glissantes ou trop compliquées à mettre en place ou encore pas adaptées lorsqu'elles sont issues d'une autre paire de skis. On remarque à l'arrière-plan que le compétiteur est déjà parti.

Boris nous fera visiter le couloir des 60 (degrés ?)

Boris nous fera visiter le couloir des 60 (degrés ?)

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0