Bienvenue chez Damoclès

Publié le 7 Mai 2011

dam1De passage à Marseille chez le frérot, il n'était pas envisageable de repartir sans grimper ensemble. Comme à l'habitude ce sera pour une grande voie de fin de journée, en calculant pour profiter de la journée en famille en partant le plus tard possible sans finir à la nuit. Direction le fief de Cédric, j'ai nommé : le cap Canaille. Secteur "nouveau" et pas encore autant à la mode que les "vraies" Calanques, Canaille réserve des escalades majeures avec de l'ambiance et un accès rapide "type" Verdon. En 10 minutes d'approche à pied et deux rappels de 50 m plein gaz via l'itinéraire "bis" que connaît Ced, dam3nous sommes déjà à l'attaque de "Bienvenue chez Damoclès", une voie de 8 longueurs centrée dans le niveau 6.

Dès la première longueur, nous (enfin moi) prenons contact avec ce rocher si particulier. Un rocher très clair et très sculpté. Ca démarre assez sec avec un premier pas bien teigneux dès les premiers mètres puis un autre un peu avant le relais au sortir d'un surplomb.

Du bon 6a+ mais il faut prendre le temps afin d'enchaîner pour aborder psychologiquement les difficultés supérieures de la voie. Cédric se colle à L2, un peu mois difficile (6a) mais présentant aussi deux pas de bloc entrecoupés d'une section plus facile mais toujours très belle. Les longueurs sont un peu courtes et les difficultés par très continues mais l'essentiel, la belle gestuelle, le beau rocher et le beau cadre, sont là.


L'équipement, via Jean-Louis Fenouil (JLF) est irréprochable sur goujons. On peut aborder cette voie en toute sérénité. Les relais sont hyper confortables et situés sur de grandes terrasses. Je les trouve un peu poussiéreuses et caillouteuses (même carrément...) mais ça fit rire Cédric : si tu avais vu à l'ouverture ce qu'on a envoyé en bas dans la garrigue... ah ok...


dam4Bon fini de rire, je me colle à L3 qui, après un peu de 6a change radicalement de difficulté. Il faut franchir un mur blanc avec un passage teigneux qui côte (au moins) 6c.

Je n'éviterai pas les deux points d'aide et ça passe même plutôt (trop ?) facilement ainsi. La suite est somptueuse sur un rocher qui change radicalement : un beau grès gris-marron d'excellente tenue où l'escalade, toute en finesse (6a obligatoire) est splendide.


Une fois de plus, on réfléchit, on regarde avant de grimper vers le point suivant.

Comme dirait Ced, "à Canaille", si tu veux pas te la coller, il faut savoir tourner autour des prises". La sortie au relais est un peu délicate car on s'agrippe à rien du tout sur la terrasse, caillouteuse, les pieds en adhérence et le point nettement plus bas. heureusement rien de difficile.


Il faut alors aller chercher le relais bien à droite sur un immense toit triangulaire dont on ne souhaite pas qu'il tombe ce jour-là !

La paroi, déjà verticale, se redresse encore... C'est au tour de Ced d'attaquer L4, un bien joli 6a peu soutenu tout en placements.

 

 

 

 



dam5dam7Dans la dernière partie de la longueur, il faut passer dans un "tube" pour sortir au relais. Grandiose ! L5 est magnifique (c'est la couverture du nouveau topo "Calanques escalade" aux éditions VTOPO). Après une traversée facile mais intéressante, on remonte un mur légèrement déversant sur un rocher blanc très sculpté et avec des à plats sur des assiettes (6a). Le relais se fait sous un surplomb monstrueux de "galets", une rocher type conglomérat, très sombre et qui contraste avec la partie inférieure du cap Canaille.

dam6

dam8Cdam9édric préfère me laisser me coller au 6c suivant, qui est tout simplement dément. Après un départ surplombant mais pas dur (6a sur 10 mètres), il faut traverser à droite sur des galets, plein gaz (mais alors gaz de chez gaz comme c'est très rare !), et au-dessus d'un surplomb. En cas de plomb, on se retrouverait inévitablement à penduler dans le grand toit. Ames sensibles s'abstenir. Avec du recul, je regrette de ne pas m'être botté le cul pour passer en libre parce que je pense que ce n'est pas si dur (6b+ ?) mais avec le côté psychologique du décor (noter, sur la photo de gauche, les cordes qui pendent en plein vide) et de la perspective de faire le saucisson au-dessus de rien, il faut une bonne marge pour se lancer sereinement dans la longueur sans être tenté de toucher aux points.

Bon allez, la nuit approche, on n'est pas là pour acheter du terrain. Les deux dernières longueurs (6b puis 6a) sont vite torchées et, même si ça n'enlève rien à leur beauté, je serais tenté d'enlever un petit point à leur cotation, histoire de chipoter. Le 6b ne comporte en effet qu'un pas en devers type "Espace Vertical" et l'ultime, une continuité pas très difficile sur des galets.

Au final, un bien beau voyage au cap Canaille et déjà l'envie d'y revenir. Merci Ced.

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sylvain 10/05/2011 22:10



Parcouru le 07 février 2010 avec François & Patrick, c'est vrai que le gaz de L6 est dément.


Dommage pour cette fois, on aurait bien pu se croiser, nous étions samedi au même endroit, pour une vire bien plus tranquillou (Corniches des Grands Ducs)


a bientôt



Mick et Val 10/05/2011 08:08



Oui, je rejoins ton ressenti sur ces 2 voies bien que j'avais faite la Fhara en étant juste dans le niveau et Damoclès en étant assez large dans les cots. Là où ça devient un peu grotesque c'est
que souvent ces histoires de cotations sont très liées à l'ouvreur et surtout à l'année d'ouverture. Presles en est un des exemple des plus parlant mais on retrouve ça ailleurs évidemment...à la
Concave par exemple dans les Calanques, ce n'est pas mal non plus plus ! Entre les 2 voies des années 80 et celles des années 2000 qui sont de part et d'autre il y a vraiment un monde. Enfin, bon
pas bien important tout ça (surtout après, le cul devant sont ordinateur :), mais parfois ça fait un peu couiner dans la voie !


A+


Mick.



samaurore 09/05/2011 12:59



Effectivement, les photos parlent d'elles même, c'est vraiment gazeux, une ambiance verdonesque avec la mer en dessous. Pour avoir grimpé de nombreuses fois au secteur du sémaphore ou dans les
voies qui sont sous la grotte du 14 juillet, je confirme que le rocher est trés particuler et qu'il faut tourner autour des prises. Une autre ambiance que les Calanques qui font toute la richesse
de ce littoral diversifié entre Marseille et La Ciotat. En tout cas les frères Tassan ont la grande forme pour avaler du 6c soutenu...



lta38 09/05/2011 21:09



Non, pas du 6c soutenu, juste quelques pas de 6c, non libérés d'ailleurs. Mais bon, on recommence à se faire plaisir dans le 6b et ça fait plaisir. a+



Mick et Val 09/05/2011 11:10



Salut Lio,


je vois que ça grimpe ces derniers temps ! :) Sympa cette voie voie même si on avait été un poil déçu par rapport à nos espérances. Le Cap Canaille a un peu l'inconvénient de son avantage je
trouve : une approche ridicule et confort, un équipement béton ++, des cots sympas (ce n'est pas Presles, on est donc d'accord :) mais du coup, ça ne laisse pas (à mon goût) la même saveur qu'une
journée dans les vraies Calanques que tu les appelles. :) Ceci dit, c'est parfait pour concilier famille et grimpe et tout de même quelle ambiance souvent dans ces voies ! Il faudra que tu ailles
faire Bleu comme la mer rouge, c'est vraiment la plus belle que l'on aie faite là-bas !


Sinon, en sais-tu un peu plus sur le projet de parc et les zones potentiellement interdites ?


Bonne continuation !


Mick.



lta38 09/05/2011 21:09



Salut Mick. Globalement d'accord avec toi, d'ailleurs tu poses implicitement la question de la cotation. Doit-on coter pareil une longueur avec un passage de xx et la même avec une suite de 10
passages de xx, donc pas plus dur dans l'absolu ?Et à en croire les ouvreurs et équipeurs, les avis divergent. Pour prendre deux exemples récents (Fhara Kiri et Damoclès), je considère à epsilon
près que les pas durs sont du même niveau. En gros, si tu sors Damoclès, en acceptant de te reposer sur les points à Fhara, tu sors aussi Fhara. Sauf que Fhara est bien plus soutenue en terme de
grimpe et prend plus de temps, fatigue davantage... et donc au final, c'est peut être plus dur.


En ce qui concerne les interdictions dans le futur PN Calanques, je n'en sais pas plus, personne ne le sais je crois. Il faut continuer à être vigilant mais pour l'instant rien n'est arrêté.
Bonne grimpe



dan 08/05/2011 17:19



Photos et commentaires de OUF!!!