Brame du cerf 2013 (V.1)

Publié le 2 Octobre 2013

Bon celle-là je ne suis pas prêt de l'oublier. Cela fait dix ans que je m'intéresse au brame du cerf. Je connais plusieurs sites, j'ai fait des observations, des photos, des repérages mais aussi beaucoup de ratés, de sorties sans rien voir, des moments où on est énervé d'avoir perturbé l'animal... J'ai appris. Je ne me considère pas comme un pro de cette "spécialité" mais j'ai appris quelques bases pour essayer de se confondre avec l'animal, essayer de l'approcher puis de se poster pour l'observer en minimisant le dérangement et si possible faire de (belles) photos. Jusqu'à présent, il m'a toujours manqué quelque chose niveau photo : soit l'attitude, soit le décor, soit la qualité d'image. Aujourd'hui, je rentre à la maison avec le sourire. Assurément ma plus belle sortie de brame : tant en écoute, en observation qu'en images. Pour des raisons évidentes je ne donnerai aucun indice sur l'endroit. Si ces images peuvent faire rêver, susciter l'émotion mais surtout rappeler qu'il faut préserver ce spectacle à tout prix, soit en observant à distance, soit en attendant d'avoir quelques bases de connaissances afin de ne pas déranger l'animal ou le moins possible, alors cet article aura atteint son but. Cette dernière condition permettra aux générations futures de profiter aussi de ce magnifique spectacle ; le cas contraire, le brame pourrait bien se cantonner en forêt inabordable, à des heures nocturnes... comme on l'observe déjà en de nombreux sites d'accès aisé. L'espèce étant en expansion, on aura peut-être la chance de l'observer sur plein de nouveaux spots dans les années à venir mais sachons lui réserver un bel accueil. Cela veut dire que si l'on cherche la proximité avec l'animal, ce ne peut être que par la technique de l'affût associé à une sérieuse connaissance de l'espèce et des techniques requises. L'approche se solde dans 99% des cas par un échec. Merci pour la nature et pour notre descendance qui en fait partie.

Retour donc sur cette journée. Durant l'approche de nuit, ça brame. La forêt résonne. Parfois tout près de moi. Etant parti très tôt afin d'en profiter, je n'hésite pas à m'arrêter pour écouter. A un moment, en pleine nuit noire, des cerfs brament à faible distance. J'en entends un s'exciter sur les branches. Il finit par être si proche que je l'entends respirer. Il s'éloigne légèrement et moi je poursuis ma route. La première observation est splendide : un douze cors brame en lisière de forêt. L'observation, superbe, se fera aux jumelles. Pas de photo ; l'aube point à peine. Quelques minutes plus tard j'observe une biche à découvert. Je la surveille longtemps, pensant qu'il y a peut-être un cerf derrière bien que je n'entende aucun raire. Tout à coup, un bruit de feuilles et il sort dans mon dos. Incroyable. Comment une telle bête peut ne faire aucun bruit et apparaître comme par magie à quinze mètres ? Ayant toutefois anticipé sur le bruit de feuilles, j'ai pu descendre la sensibilité d'un cran et, bien campé sur le monopode et sous le filet, voici la première image du jour (6400 ISO, 1/60è sec ; f/4)

02102013-IMG_3216.jpg

L'animal poursuit sa route et passe hors champ. Mon regard revient à nouveau sur cette biche et avec le jour qui se lève, je m'aperçois alors qu'à ses deux bosses, il s'agit d'un cerf né en 2012. Il ne risquait pas d'y avoir un cerf derrière ; ils n'ont pas encore adopté le mariage pour tous :)

02102013-IMG_3243.jpg

Bien que parti pour essayer de faire de la photo de cerf au brame, je décide de lui accorder un peu de temps. Pour deux raisons. Il est sur la trajectoire que je dois emprunter pour rejoindre l'endroit où je compte me positionner et je ne veux pas le déranger ; d'autre part, le décor est splendide.

02102013-IMG_3248.jpg

Les couleurs sont magnifiques. Cette fois, l'automne est entré en force.

02102013-IMG_3261.jpg

Il est quelque peu intrigué par le bruit des déclenchements mais rien de grave. Je suis immobile, un filet sur la tête, contre un épicéa et à contre-vent. Enfin il passe derrière une butte et je peux suivre le cheminement prévu... qui s'avèrera fort compliqué. J'avance à pas de loup dans la forêt en suivant les sentes des animaux qui permettent de progresser en limitant le bruit. Le vent est favorable. Il ne me reste plus qu'un talweg à traverser, un peu à découvert mais il est occupé par deux cerfs. L'un d'entre eux est un 8 cors qui a dû se rouler dans la boue.

02102013-IMG_3273.jpg

J'attends qu'il disparaisse dans les taillis mais, première erreur de la journée, le second s'est complètement déplacé sans bramer (et donc sans que je l'entende) et s'est retrouvé "au vent". Je l'entends accélérer le pas et s'éloigner. Il m'a détecté sans aucun doute par l'odorat. Quoi qu'il en soit, la voie est libre et me voilà à l'affût. Cela fait à peine cinq minutes que je suis installé que ça brame un peu au-dessus de moi. Connaissant le coin, je sais qu'"il" est dans une zone semi-ouverte magnifique. Comme le vent descend, c'est très tentant. Il brame très fortement, aussi, je décide de modifier les plans et d'essayer d'aller me poster sur sa trajectoire. Un peu de connaissance des lieux, un peu d'expérience mais ça ne suffit pas. Il faut aussi un peu de chance. Et la chance va sourire.

Je finis par l'apercevoir à bonne distance entre les arbres, suivant une biche et son faon de l'année. Ils se dirigent vers une large clairière ; aussi je tente ma chance. Je vais me poster à l'orée de celle-ci. Sous un arbre, filet sur la tête, j'attends. L'idéal serait qu'il sorte au bout de celle-ci, juste avant qu'elle ne plonge dans un talweg. Si ils passent dans le talweg, c'est mort je ne les verrai pas. Et bingo, ils sortent pile à l'endroit escompté. D'abord la biche, puis le faon. Je ne fais pas de photo, c'est beaucoup trop près. J'attends le cerf. Et le voici.

L'émotion est à son comble. Bien sûr, il est intrigué par le bruit du déclencheur mais aucun problème, il n'est pas perturbé, ni même la biche et le faon.

02102013-IMG_3293.jpg

Cela fait des années que je rêve d'observer et photographier un cerf de montagne à proximité dans un beau décor. Et bien voilà, c'est fait.

02102013-IMG_3307.jpg

Il avance et se dévoile en entier. Le cerf, symbole de la nature sauvage et préservée ?

02102013-IMG_3325.jpg

Il ne manque que le son.

02102013-IMG_3340.jpg

Le cerf passe derrière un résineux et brame ensuite hors de portée de l'appareil photo. Je profite alors de photographier la biche et le faon ; le bruit du déclencheur étant alors couvert par le raire.

02102013-IMG_3283.jpg

La proximité devient importante. Ne pas trembler. C'est incroyable la sensibilité de ces animaux. Le simple bruit de la stabilisation de l'objectif suffit à élever leurs oreilles !

02102013-IMG_3349.jpg

Vont-ils m'arriver "dessus" ?

02102013-IMG_3355.jpg

Pas loin ! Et puis ils repartent sur la gauche et passent hors de ma vision. J'entends le cerf bramer encore un bon moment. Il est 10h. Le soleil approche. Ca brame encore bien. J'observe des cerfs à distance.

02102013-IMG_3365.jpg

Ils se déplacent moins, se nourrisent, mais brament aussi de temps à autre.

02102013-IMG_3375.jpg

Quel décor !

02102013-IMG_3388.jpg

Le soleil arrive et gêne fortement mon poste d'affût. Je fais une dernière photo à distance. Les raires se calment.

02102013-IMG_3450.jpg

La vigilance est relâchée. Je grignotte un bout et sort la gourde. Je songe alors à refaire le chemin inverse et regagner le poste d'affût "prévu", celui où je ne suis resté que cinq minutes. Il a l'avantage de dominer la forêt avec quelques trouées. Si un cerf monte un peu, il peut sortir à portée d'objectif. J'ai à peine posé ma gourde qu'un bosquet bouge à quelques mètres. Ce n'est pas possible. Il n'y a quand même pas un cerf juste là à côté de moi qui serait arrivé dans ce terrain bruyant sans que je l'ai entendu ! Eh bien si. J'aperçois ses bois. L'appareil photo est posé au sol, j'ai tout juste le temps de le saisir et de le pointer dans sa direction qu'il apparaît.

02102013-IMG_3408.jpg

C'est une grosse bête mais avec une maigre ramure. Vu la distance, il ne peut peut pas échapper au bruit du déclenchement. Il faut vraiment que je me fasse une housse anti-bruit. Mais comme il n'a pas le vent et que je ne bouge pas, il poursuit tranquillement sa route et je l'observe encore plusieurs minutes sans pouvoir faire de photos à cause de la végétation.

La suite est plus habituelle : je regagne le point d'affût souhaité et ne verrai rien venir. 13h : je lève le camp. Ca brame encore énormément plus bas mais je rentre par le même chemin qu'à l'aller et ne verrai plus un animal. J'en profiterai toutefois pour faire des repérages aux lisières. Quelle matinée !

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost 0
Commenter cet article

Timothée 13/10/2013 12:05


Patience récompensée... Bravo !

lta38 13/10/2013 13:24



C'est un peu ça mais j'avoue que sur ce coup là, j'ai sans doute eu davantage qu'espéré. Merci à toi. Et au fait, bravo pour l'UTMB. Malgré mon entrainement, je pense que je coulerais une
bièle...



Tom 05/10/2013 08:52


Tu peut vraiment être fier de cette série, car ca arache !


Les images sont belle, le décor est somptueux, et le texte qui l'accompagne est au top !


 


Grand Bravo

lta38 05/10/2013 10:07



Merci pour vos messages. Il ne faut quand même pas oublier le facteur chance. Le mérite ? je sais pas. On (je) persévère dans plusieurs domaines. Parfois ça paye un peu plus que "mérité", parfois
un peu moins. Depuis le temps, je "mérite" sans doute de faire de belles images mais là je pense que j'ai quand même eu un gros coup de bol et que c'est presque arrivé "un peu vite". Ce sera très
très dur de faire mieux mais heureusement là n'est pas l'essentiel. Effectivement Denis, je ne m'en suis toujours pas remis.



Denis 04/10/2013 23:43


Je te l'ai déja dit, mais je le répète, d'autant que je n'avais pas tout vu: je crois que je n'ai jamasi vu d'aussi belles photos de brame! Quel décor!! grandiose!

*V* 04/10/2013 23:32


En effet c'est une superbe série, pleine d'émotion, autant dans le texte que dans les photos... Merci.

christèle guiton 04/10/2013 22:24


Les mots me manquent... De merveilleuses images, et surtout un texte magnifique qui en dit long sur l'amour et le respect que tu as envers la Nature. Je crois que cette rencontre est
l'aboutissement des nombreuses heures passées en forêt à observer le Roi. Ces instants privilégiés tu les mérites, la Nature sait se montrer généreuse quand on la respecte.


En tout cas avec tes photos et ton texte on s'y croirait, tu m'as fait voyager quelques instants Merci. J'espère que la Nature t'offrira encore de nombreuses rencontres comme celle-ci ;).


Cela me rappelle un fois ou je suis allée observer des chamois..., et ce jour là je suis tombée sur un loup, jamais je n'oublierais ce moment magique comme toi aujourd'hui.


A très bientôt.