Brame 2012 (V)

Publié le 6 Octobre 2012

L'idée était de retourner sur un de mes coins préférés de cerfs de montagne et d'aller se poster sur une place de brame

2012-10 8239

Lever du jour. Dans le mélézin et les pins épars, un petit 12 cors erre à la recherche de biches.

2012-10 8244

Langue pendante, il remonte tranquillemenrt l'alpage. Il ne nous a pas vus car heureusement, nous l'avions vu arriver et avons pu anticiper.

2012-10 8251

Malheureusement, pas d'image de brame. Lorsqu'il pousse un raire, il est soit masqué, soit de dos.

2012-10 8264

Il rejoint la vire habituelle et traverse sur l'autre versant où ça brame fort.

2012-10 8271

De l'autre côté, il y a du monde. Des cerfs, des biches et des daguets. Très nombreux. Trop nombreux et très alertes.

2012-10 8298

Les biches tournent la tête au moindre bruit suspect. Pas moyen de gagner le poste convoité.

2012-10 8302

C'est bien le problème ici. Quelle que soit l'heure de la journée, les animaux restent sur place et pour rejoindre le poste d'observation désiré, il est quasiment certain de les déranger.

2012-10 8310

En tout, nous avons pu observer au moins cinq mâles différents et pas mal de biches suitées ou non.

2012-10 8318

De bien belles observations mais ce n'est encore pas aujourd'hui que je rentrerai avec un belle photo d'un cerf en train de bramer. Et puis la moitié des images est foirée. Sans m'en apercevoir, j'ai dû bouger un réglage et de nombreuses photos sont prises en mode "S", i.e. en 3mp :-( C'est la première fois que ça m'arrive. Enfin, pas bien grave tout ça.

2012-10 8322

Le soleil se lève en même temps qu'un fort vent chaud qui va bousculer un peu les plans. Un casse-noix moucheté prend son envol.

2012-10 8332

Une vue serrée du mélézin qui commence à s'enflammer.

2012-10 8336

Et une autre plus large. Ici, c'est le biotope des cerfs de montagne mais ils ne sortiront pas dans ce beau décor.

2012-10-0987-copie-1.jpg

Il fait chaud. La plupart d'entre eux est maintenant couchée à l'ombre dans la forêt et quelques autres en pleine lumière haut dans la montagne au milieu des rochers. Inabordables mais ce qui n'empêche pas de les observer aux jumelles durant de longues minutes. Encore une belle journée au brame dans la montagne qui a revêtu son habit d'automne.

2012-10-0992-copie-1.jpg 2012-10 0993

 

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

BLEICHER VERONIQUE 08/10/2012 19:18


bonsoir ou se trouve se fameux observatoire du Serrou?

lta38 09/10/2012 12:50



Bonjour. Le Serrou se trouve en Vercors dromois, dans le secteur de la forêt d'Ambel. Je vous réponds en mp pour plus de détail, non pas que je souhaite garder ce site "secret" (il est tout sauf
secret étant donné sa fréquentation) mais tout simplement parce que je n'ai pas trouvé sur le net l'information sur sa situation donnée par les "aménageurs" du site. Je ne me permets donc
pas de le faire à leur place.


J'en profite pour faire deux remarques concernant le brame dont la fin approche malheureusement à grands pas.


- concernant le site du Serrou : ce bel espace naturel, depuis deux ou trois ans maintenant, a, selon moi, dépassé une certaine limite concernant la fréquentation. Victime de son succès et de sa
pub, les observations y sont un peu moins faciles. Je le fréquente depuis dix ans. A l'époque d'ailleurs, la zone de quiétude était moins grande et a été étendue en 2004 si mes souvenirs sont
bons. Il y a trois ans environ, les cerfs avaient "compris" qu'il sétaient "tranquille" dans cette zone et se montraient davantage. Cette année, la tendance commence peu à peu à s'inverser. De +
en + de monde sur les observatoires, de + en + de bruit, et de + en + de personnes qui ne respectent pas les limites. Le seul conseil que je peux donner à quiconque souhaite s'y rendre pour
s'imprégner de l'ambiance "brame", c'est d'éviter à tout prix le week-end et surtout le samedi soir. Il sera toujours possible de voir des cerfs mais on risque d'être déçu par le "chantier" à
côté. Parmi les "désordres" observés ou rapportés : portables qui sonnent (et conversations à voix hautes qui suivent !), enfants qui grimpent dans les arbres, personnes avec des gros phares qui
éclairent les clairières, observateurs qui entrent dans la zone interdite en direction d'un cerf, comme si celui-ci allait leur serrer la main (ça ce n'est que dans la chanson "un grand cerf") ou
tout simplement dialogues à voix haute sans retenue... sont autant de comportements qui compromettent la quiétude des lieux et n'aident pas à se sentir en harmonie avec l'instant. Je reste
(utopiquement) persuadé qu'on peut être cent et passer un bon moment mais cela arrive rarement.


- Plus généralement, je reçois chaque année de + en + de messages me demandant des précisions sur des places de brame. J'ai toujours répondu de manière la plus cordiale, le plus vite possible et
en prenant le temps nécessaire et je n'ai malheureusement que très rarement une réponse. J'en suis déçu (je ne demande pas forcément de dire "merci" mais au moins un petit retour). D'autre part,
je ne donne jamais un lieu d'observation de manière précise et ce pour deux raisons. Cela m'a souvent demandé plusieurs saisons de brame pour les découvrir et je pense que c'est la bonne
démarche, celle qui prend un peu de temps, demande un peu de travail pour un aboutissement et donc celle qui laisse le + de satisfaction. On est assurément plus heureux au sommet du mont Blanc
quand on l'a gravi de ses propres jambes que si on y est déposé en hélico. Le deuxième point, c'est que sans m'appartenir évidemment, pour les raisons évoquées sur la butte du Serrou, je (et tous
les observateurs/photographes ont le même souhait) ne souhaite pas que les gens se rendent par grappes sur les places où je fais mes affûts, ce qui compromettrait mes propres observations. C'est
un peu "de bonne guerre" cela rentre dans un ensemble. On respecte d'autant mieux un trésor qu'on a mis du temps à le trouver. En répondant ainsi, j'espère que chacun aura une démarche
naturaliste respectueuse en cherchant des places de brame et saura ensuite avoir la retenue nécessaire pour que d'autres puissent aussi en profiter.


Dans tous les cas, c'est avec grand plaisir que je continuerai à partager mes émotions dans la nature via ce blog et que je répondrai à toute demande de conseil. Mais de grâce ne me demandez-pas
les coordonnées GPS d'une place de brame ou d'un coin à champignons. Bon brame à tous.