D'or et de vert : la roche Brune

Publié le 26 Avril 2011

2011-04-2429---copie.JPG2011-04-2430---copie.JPG2011-04-2434---copie.JPGCertain(e)s bossent, d'autres s'acharnent encore sur le ski ou sont passé(e)s au VTT, ou encore hésitent avec cette météo. De mon côté, les skis ne sont pas rangés mais j'attends de la neige frâiche et l'envie est plutôt au rocher. Candice, toujours motivée, ne peut pas se libérer avant 17h. Soit. Nous irons visiter un site intermédiaire entre la couenne et la grande voie.

La roche Brune domine Voreppe, au-dessus du col de la Placette. 30 minutes de voiture depuis Grenoble centre jusqu'au hameau du Grand Ratz (peu de place de parking, respecter les propriétés et la circulation des engins agricoles) où vingt minutes de marche d'approche amènent au sommet, à plus de 900 m d'altitude où l'air est un peu plus frais : parfait pour grimper. L'accès aux voies se fait en rappel jusqu'à la vire intermédiaire, assez étroite et équipée en partie de cordes fixes. Il est difficile de savoir dans quelle ligne on descend ; aussi mieux vaut tirer un rappel (40 m en moyenne, parfois plus) jusqu'à la vire et se repérer sur celle-ci (noms parfois inscrits). En-dessous, un autre rappel de 50 m amène au bas de la face où quelques longueurs récentes (rocher exceptionnel, on dirait qu'on est les premiers à le toucher) ont été équipées.    

 

2011-04-2441---copie.JPG2011-04-2446---copie.JPGLe dièdre en 6b a l'air dément, le 6b/c à côté également. Pour l'heure (il est 18h30), on ne va pas taper dans du très dur afin de se familiariser avec le secteur et de sortir avant la nuit.

 

Nous commençons par "solo blues" qui vaut son 6a+ et qui est soutenue sur un beau rocher gris à trous jusqu'à une petite vire. Puis nous enchaînons avec "crépuscule", un nom tout trouvé pour l'actualité vue l'heure. Un beau 6a en dièdre avec des points un peu plus éloignés qu'en école. Le dernier pas n'a rien à voir avec le niveau de la voie si on va au goujon : c'est un peu plus engagé et nettement plus difficile. Il vaut mieux faire comme l'indique le topo (Dominique Duhaut, "escalades autour de Grenoble" ou "grimper en Isère") et traverser légèrement à droite (pas de point mais facile).

 

Retour à la vire médiane où nous décidons d'aller un peu à droite de la falaise où la paroi est plus haute. Candice doit débrancher le cerveau pour atteindre le troisième point de "plus gris que gris", un 6a+ avec deux passages retors (pas de cotation au rabais ici) où la chute est interdite à cet endroit (fort heureusement, c'est facile).

2011-04-2447---copie.JPG2011-04-2450---copie.JPGOn peut tirer d'une traite jusqu'en haut (longueur de 45 m bon poids) mais pour l'heure, c'est moi qui me colle à L4, un joli 5c/6a en fissure, à l'équipement un peu plus éloigné et mix entre goujons et pitons (mais ces derniers sont scellés au sika).

La sortie est facile dans un dièdre/cheminée ; en revanche, je n'ai pas trouvé de relais et ai dû le faire avec une sangle sur un arbre.

Timing parfait pour une sortie au sommet à 20h30, heure du coucher du soleil ce jour sur Grenoble.

Un bien beau secteur qui, malgré sa faible hauteur (100 m, 4 longueurs max), mérite à être connu par la qualité de son rocher, l'ambiance gazeuze et le cadre. En tout une quarantaine de longueurs relativement bien équipées mais il est préférable de venir avec un petit jeu de coinceurs et quelques sangles.

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article