Deux petites voies avant la pluie

Publié le 14 Mai 2011

2011-05-2754---copie.JPG2011-05-2758---copie.JPGCe week-end est annoncé pluvieux mais il semble y avoir une petite fenêtre le samedi matin. Jo est partant pour essayer de l'exploiter. L'objectif est d'être à 8h au pied des voies de la Cochette, petite falaise située dans le nord de la Chartreuse et où j'étais venu l'été dernier avec Daniel faire "Petit Piton", la facile classique des classiques.

A l'arrivée au pied des voies, en sortant le matériel, mon appareil photo débaroule vers le bas et disparaît dans la forêt. Je pensais qu'il allait s'arrêter mais que nenni, il file. Il me faut une vingtaine de minutes pour le retrouver, pensant d'ailleurs qu'il était définitivement perdu.

On attaque donc avec du retard à 8h30 et Jo est surpris par une belle averse dans la première longueur de "mouton noir". Confiant dans le ciel encore pas trop chargé, nous poursuivons et réussissons à gagner le sommet de cette voie sympathique et soutenue dans son niveau en essuyant deux autres petites averses. Mouton noir, c'est 4 longueurs : 6a ; 5c/6a ; 6a et 5b (dernière longueur de "Petit Piton).

2011-05-2764---copie.JPG2011-05-2760---copie.JPGOn en descend en deux rappels de 50 m, tous les deux relais. L'affaire est vite pliée. Seulement 1h30 après l'attaque, nous sommes de retour aux sacs et sous le soleil, ce qui nous encourage à aller voir une autre voie plus à gauche : "de l'eau et du bonheur", en espérant que ce sera plutôt du bonheur que de l'eau !

Cette voie ressemble à sa voisine en un peu plus soutenue. Globalement, l'équipement est bon mais il y a quelques points qu'un grimpeur juste au niveau trouvera à juste titre bien éloignés. Il faut donc rester concentré sur ce beau calcaire adhérent qui demande une bonne lecture. La voie fait 3 longueurs : 6a ; 5c ; 6a. Là encore, en deux rappels de 45 m à peine, on est de retour au bercail. Il est 11h45 et quand on regarde le ciel, on sent qu'on a optimisé le créneau.

Le temps de plier les cordes, de descendre à  la voiture et c'est le déluge qui s'abat sur la Chartreuse. Une matinée tip-top ! 

Voir aussi chez Jo

2011-05-2767---copie.JPG


Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

brigitte 15/05/2011 20:14



J'ai fait deux fois la première longueur de "De l'eau et du bonheur"
Magnifique escalede , mais comme tu dis, quand on est un peu juste, c'est un peu engagé. Les deux fois je me suis arrêtée là à R1, pour diverses raisons mais entre autre, une petite "usure" du
mental. Il aurait fallut que je grimpe en réversible, mais personne pour me relayer en tête, j'ai craqué



lta38 15/05/2011 20:23



Il y a un seul pas vraiment engagé dans L1 de "de l'eau et du bonheur" mais quel pas ! C'est, à mon sens, au départ de la partie en dalle (le surplomb de départ est facile, c'est comme à Espace
Vertical !) : le point est deux mètres en-dessous et tu as LE pas le plus fin de la longueur à faire avec des appuis sur les pieds pas très francs. Si tu voles au moment de mousquetonner le
suivant, tu prend six mètres mais surtout, tu viens taper la petite vire en-dessous et les dégâts peuvent être importants. C'est vraiment dommage ; la voie est magnifique. Il suffirait que le
point en-dessous soit un mètre plus haut.