Gélas express

Publié le 8 Août 2012

2012-08 0120 copie

Une petite matinée octroyée avec le Nico, les enfants se reposant de la belle journée de la veille. Direction, le minéral Gélas, point culminant des Alpes maritimes françaises du haut de ses 3143 m.

2012-08 0121 copie

Rapidement, l'ascension se déroule hors sentier, en suivant de vagues traces cairnées pas toujours au meilleur endroit. L'aube nous surprend sous le lac Blanc. J'ai déjà réalisé deux fois cette ascension : en novembre 1999 par l'arête est un peu alpine (PD) et en août 2000 par une voie d'escalade en terrain d'aventure cotée D+ en face ouest.

2012-08 0125 copie

Mise à part la partie terminale, je ne garde que peu de souvenirs de l'approche et j'ai l'impression de faire une nouvelle course.

2012-08 0126 copie

Le soleil nous surprend sur le Balcon où les souvenirs reviennent. Mais que de cailloux ! C'est pire qu'en Belledonne ; c'est dire !

2012-08 0128 copie

Le Gélas versant est. a gauche, le sommet sud ; à droite le point culminant. Entre les deux, l'infâme couloir "bouzin" de la voie normale (alpi F) par lequel il va falloir redescendre (si agréable sans doute l'hiver à skis). A droite, l'arête est de montée, annoncée un ton au-dessus du couloir. Mes souvenirs me rappellent deux ou trois petites longueurs tirées dans le niveau 3.

2012-08 0132 copie

Mais aujourd'hui, point de corde. C'est baskets et petit sac poche à eau avec coupe-vent et biscuits. Et basta. Enfin, en ce qui me concerne, Nico préférant prendre un sac de 80 litres avec une douzaine de polaires, dix litres d'eau et le matériel de bivouac au cas où.

2012-08 0134 copie

Finalement, ça passe super bien. Y'a juste une petite redescente avec un pas de 3. Si vous avez un peu le pied alpin, je conseille de monter par là. C'est pas plus dur (finalement, je cote F également) que la vn, ça permet de faire une boucle et on évite au moins dans ce sens les chutes de pierres. Si vous regardez bien, vous verrez les montagnes corses dans le lointain.

2012-08 0133 copie

C'est torché (salut au Viso au fond, autre "monstre" du sud). Mais je pensais aller plus vite. Un petit 1300 m de déniv seulement et je m'étais dit : 1h30 et c'est plié. Que nenni ! De la distance avec quelques longueurs, des pierriers qui ne permettent pas de courir sur la moitié de l'ascension, quelques mots échangés avec cinq autre ascensionnistes dépassés en cours de montée et puis l'arête finale qui dénivèle peu et sur laquelle il faut mettre les mains. 1h50 après le départ, nous foulons le sommet.

2012-08 0135 copie

Deux guignols au sommet. L'un en tee-shirt, l'autre avec en plus deux polaires.

2012-08 0144 copie

A la descente, j'ai l'impression que ça va plus doucement que dans l'autre sens. Retour au lac Blanc cette fois au soleil et on (enfin "on", c'est encore une de mes idées à la con) décide de varier les plaisirs et de descendre directement sur le lac Balaour au lieu de traverser vers Fenestre comme à la montée.

2012-08 0147 copie

Nico en position Jacob Delafon sur un plan de dalles lisses qu'il faut bien franchir.

2012-08 0148 copie

Mais ça passe et c'est beau et sauvage. On croise un troupeau de mouflons et on continue à tirer droit.

2012-08 0150 copie

Une dernière barre nous stoppe. Il faut remonter. Ah non, on va passer quand même. On trouve la faiblesse dans une cheminée de 10 mètres en 3. Ca passe !

2012-08 0159 copie

Le cadre magnifique des lacs Balaour. On y passerait la journée.

2012-08 0160 copie

On va d'ailleurs prendre notre temps et mettre les pieds dans l'eau. 

2012-08 0164 copie

Au lac Baloaour avec le Gélas en toile de fond. Allez, un peu de footing et c'est plié. 11h à la douche à St-Martin et prêts pour l'autre journée.


Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mickael26 13/08/2012 15:53


Salut,


La technique de descente Jacob Delafon a fait ses preuves, attention cependant à ne pas trop forcer dans cette posture 


A+


Mickaël 

lta38 18/08/2012 06:59



Faut pas pousser quand même