Grosse ambiance en Belledonne

Publié le 7 Décembre 2014

J'ai bouffé "du Belledonne" cet automne. Randonnées, cueilletes, escalades, brame du cerf et maintenant chasse d'images au-dessus de la mer de nuages et même ski. Si si. Bon la sortie ne restera pas dans les annales côté glisse (encore que ce fut très agréable) mais quelle ambiance !

12h15. J'attaques aux Quatre Chemins (n'ayant pas encore mis les pneus hiver, le Partner Tepee- une vraie merde sur la neige - patine dès le premier flocon sur la route et je reste bloqué 100 m en dénivelé sous le parking habituel). En même temps, en dix minutes, la montée est pliée à pied et je suis sur le chemin du lac du Crozet. Il fait froid et c'est l'hiver, 50 cm de neige en moins que la normale.

07122014-P1050038.jpg 07122014-P1050039.jpg

Mais bon, je ne regrette pas mon choix. Les skis légers, un sac quasi vide et avec une paire de baskets aux pieds, le portage passe comme une lettre à la poste. Je suis moins chargé que quand je vais grimper.

07122014-P1050044.jpg

J'ai même droit à une fenêtre de soleil à la sortie de la forêt.

07122014-P1050046.jpg

Paysage d'hiver féerique sous le lac.

07122014-P1050050.jpg

Je croise Julbont qui revient du pic du Loup. Il n'est pas surpris de me voir porter les skis même si sous le col de la Pra, le paysage paraît misérable pour le skieur. Il pense comme moi que ça va skier à la Pra.

07122014-P1050051.jpg

Et c'est effectivement le cas. Je chausse un peu au-dessus du refuge et remonte en plein brouillard. Heureusement que je connais le coin par coeur parce que sinon, il y aurait des problèmes de navigation. Il faut attendre 2400 voire 2500 m pour émerger car en effet, je crois sortir mais ça monte aussi vite que moi.

07122014-P1050061.jpg

Je monte tranquillement mais avec les conditions, ça dénivelle vite. 15h30. Je suis au sommet. Mais j'ai encore 1h15 avant le coucher du soleil. Le vent glacial est violent au sommet. Après l'ambiance hivernale de la montée, ambiance tempétueuse au sommet. Pas moyen d'y rester longtemps avec les petits gants que j'ai emportés. Va falloir prendre les vrais vêtements pour l'hiver. L'absence de neige ne doit pas faire oublier la date. Du coup, je laisse le sac au sommet (bien amarré !), je mets les peaux dans la poche et fais une première descente au soleil.

07122014-P1050081.jpg

Rebelotte donc pour un second sommet. Second parce qu'il ne doit pas y en avoir de troisième.

07122014-P1050083.jpg

Le vent est toujours là. Attendant les derniers feux, je décide de rester en mouvement et de visiter le plateau sommital. Direction le sommet est d'où j'ai une jolie vue sur la première descente.

07122014-P1050088.jpg

Les nuages sont vraiment remontés. Je suis limite limite.

07122014-P1050098

Je sors la housse du téléobjectif mais avec les doigts gelés et le vent, dans la manip', celle-ci me lâche des mains et part dans la face sud-est. Je hurle des tas de noms d'oiseaux et puis, il faut se rendre à l'évidence : je suis quitte pour tenter de le retrouver. Je chausse et go vers l'aval à toute vapeur. cette trosième descente, fort bonne, n'était pas prévue. J'arrive sur un replat où le matériel s'est immobilisé. Le télé est intact à l'intérieur. Ouf ! Il est 16h45. Il faut remonter au sommet puis retraverser le plateau vers l'ouest.

07122014-P1050119.jpg

17h10. C'est parti pour les premiers virages. 

07122014-P1050122.jpg

17h20. Après 100 m de slalom prudent entre les pierres sur de la neige dure, je suis juste au-dessus du lac Claret à 2100 m. Je repasse en mode baskets, change de chaussettes, grognotte un bout, organise le sac... La nuit est là. Je sors la lampe et retrouve mes traces vers le refuge puis remontant au col de la Pra. 18h au col. Grosse ambiance. Nuit, vent fort, petite neige à l'horizontale, solitude absolue. Un véritable luxe. Un des plus longs portages de retour que j'ai pu faire et pourtanbt, un des plus agréables.

Je rentre en trotinnant sur une petite neige amortissant tous les pas. Un régal même avec les skis sur le sac. 18h45 au Quatre Chemins. Ca n'a pas chômé. Bon il n'aurait pas fallu se faire une entorse parce qu'avec ces conditions, je passais la nuit dehors. Mais la forme est là et la cheville gauche guérie à 98%. C'est bon ça !


Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0
Commenter cet article