Haro sur les feux tricolores. 14 octobre 2010

Publié le 14 Octobre 2010

feu tricoloreNous sommes en 2010. L'informatique gère la plupart de nos données. A une époque où le développement durable est dans toutes les bouches, on essaie de faire comprendre aux gens, plus ou moins intelligemment, qu'il faut limiter ses déplacements en voiture et préférer d'autres moyens de transports à chaque fois que c'est possible. Je suis d'accord.

Depuis la création de ligne C du tramway à Grenoble, le nombre de voitures sur les Grands Boulevards aurait quasiment été divisé par deux. Si tel est le cas, bravo. C'est très bien.

Le nombre de vélos, à défaut d'augmenter significativement ne faiblit pas. Les trains de l'agglo sont bondés aux heures de pointe. C'est une bonne chose.

Mais alors, comment se fait-il qu'aux heures creuses, celles où la circulation est totalement fluide voire quasi nulle comme la nuit, traverser Grenoble demande plus de temps qu'avant ? Comment se fait-il que ça bouchonne à certaines intersections alors que le trafic réduit ne l'explique pas ?

Pour connaître très bien ma ville et son plan de circulation, j'ai une réponse sans aucun doute : une gestion des feux tricolores proche du 2/20 ! La plupart des grandes artères proposent des rotations aussi longues (si ce n'est plus !!!) que les petites rues qui les coupent ! La coordination des carrefours est nulle. La palme d'or revient au boulevard Jean Pain avec une anti-synchro abominable. La gestion serait-elle confiée à des ingénieurs non ingénieux ?

Alors, je lance un appel à la ville. Je suis disponible, à titre gratuit, pour faire part de mes observations dans le détail mais je vous en prie, pitié, faites quelque chose. Continuez à tout faire pour limiter voire réduire le nombre de voitures en ville mais de grâce, faites en sorte que la circulation soit la plus fluide possible quel que soit le nombre de véhicules. N'oublions-pas qu'il vaut mieux que ça roule plutôt de de s'arrêter toutes les 30 secondes en terme de pollution. Autre avantage indiscutable : en synchronisant la circulation aux carrefours, moins d'énervement, moins de feux grillés, moins de risques d'accident. On ne verrait plus aussi des véhicules accélerer à fond en vue d'une intersection parce que le conducteur sait que sinon, il va attendre des plombes. Tout ça, c'est certes très con pour quelques minutes de grapillées et bien le symbole de notre époque "pressée" mais c'est ainsi que ça se passe. Et en même temps, où est l'intérêt de faire s'arrêter un véhicule pour rien ?

Le plus évident serait une gestion électronique intelligente. De jour, augmenter sensiblement le temps des feux verts sur les grands axes. Ca pinaillerait un peu pour s'engager sur ces derniers mais ensuite, ça déroulerait. Aux heures creuses, mettre les feux au rouge avec capteurs placés du mieux possible en amont : à l'arrivée d'un véhicule à la vitesse de 50 km/h ou moins, le feu passe au vert. Cela éliminerait du même coup les fous furieux qui descendent à fond le boulevard Gambetta (j'en ai vu un à plus de 150 km/h si si... de nuit... je n'avais pas ma mitraillette sur moi) car ils seraient obligés de descendre sous les 50 pour déclencher le vert suivant. C'est quand même pas très compliqué non ?

Le nombre de véhicules brûlant les feux rouges (j'ai l'impression qu'ils augmentent d'année en année), devenu très important sur Grenoble, est, à n'en pas douter, dû en partie à cette très mauvaise gestion. Même si chacun reste à 100% responsable de sa propre conduite, comment ne pas considérer une part de ce non respect du code la route, comme étant à créditer aux gestionnaires de la circulation urbaine ? De même que l'enseignant a une part de responsabilité sur l'humeur de ses élèves, de même que le patron a une part de responsabilité sur la qualité de travail de ses employés, les gestionnaires des feux tricolores ont aussi leur part de responsabilité sur l'humeur des automobilistes et la prise de certaines décisions.

PS : j'espère que tout ça n'est pas dû à une volonté de la ville de pénaliser volontairement l'automobiliste, soit pour le pousser à l'erreur (je n'y crois pas car je ne vois que très peu de réprimande au niveau des carrefours à feux - par contre, celui qui roule à 91 km/h sur la rocade...), soit pour le décourager de prendre sa voiture (cela ne m'étonnerait point mais ce serait un bien mauvais choix : la seule retombée de cette mesure dont on soit absolument certain est bien l'augmentation de la pollution et des accidents !)

Rédigé par lta38

Publié dans #humeur

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

neigerome 23/03/2011 14:54



pas d'interraction ?


il me semble que devant le cinéma c'est un sacré noeud.


Nous en avons parlé et la régle est la priorité aux trams, bus semitag, transisère puis les voitures. Hormis lors de grosses perturbations et là l'opérateur du pc feux prends la main afin
d'activer l'onde verte mais sous le regard noir des opérateurs semitag (gros décalage sur l'ensemble du réseau tram, bus de ce fait)



lta38 23/03/2011 15:01



Oui effectivement, je l'avais oublié celui-là. Mais pour les autres feux du boulevard, anti-coordonnés, je ne comprends pas. En ce qui concerne le carrefour Chavant, je suis d'accord pour la
priorité aux TC (comme partout d'ailleurs) mais même de nuit, quand il n'y a ni bus ni tram, on attend des plombes à ce carrefour en entrant dans la ville alors que la petite rue le long du
cinéma (parallèle au tram), passe deux fois au vert même si personne ne sort.



neigerome 22/03/2011 18:57



Bonsoir,


Je viens d'avoir la réponse d'un voisin qui bosse au PC feux de la ville de Grenoble.


La mauvaise fluidité est liée en partie à la suppression des ondes vertes (vert à l'ensemble des feux sur une avenue). Depuis le développement des lignes tramway dans Grenoble, ces derniers sont
prioritaires d'ou la disparition des ondes vertes.


Un des choix politique de M Destot avait été lors de son premier mandat de réduire la circulation automobile dans Grenoble par diverses mesures :


stationnement payant

phasage à l'entrée de la ville



voici les informations que j'ai pû glaner



lta38 23/03/2011 13:17



Merci pour ces informations. Cependant, je suis dubitatif sur certains points. Prenons l'exemple du boulevard Jean Pain : pas d'interraction avec le tram et des feux anti-coordonnés. Raison ?



neigerome 26/12/2010 23:03


Un autre domaine à explorer sur grenoble, les vélos en libre service (vélov à lyon à proximité).
Il me semble que cela à dynamiser l'atout vélo dans cette agglomération.
Dommage que pour des raisons liés à l'attribution des marchés public, certains élus de Grenoble aient refusés ou n'aient pas poussé vers le développement de tels offres...
@ suivre


jerome 26/12/2010 14:54


excellent
je vais en faire part à mes voisins et collègues du pc feux de la ville de grenoble
peut être auront ils une explication

et vive le vélo, roller, marche à pied dans l'une des villes les plus plate de France


lta38 26/12/2010 22:52



Ah je veux bien avoir un retour de professionels gérant les feux tricolores.
Quant aux modes de déplacements doux, même si Grenoble fait souvent la une pour ses vélos, ses transports en commun, il y a encore beaucoup trop de voitures. Quand on a moins de 30 minutes de
vélo à plat pour se rendre sur son lieu de travail et que notre boulot ne nécessite pas le transport d'objets lourds ou volumineux, la voiture est accessoire et le vélo devrait être l'engin de
déplacement. Mais c'est encore majoritairement la voiture qui est utilisée, y compris à Grenoble.



Cricri le Cyclo 17/10/2010 08:01


Article plein de bon sens... Bravo pour cette rédaction