L'ambiance d'un affût aux tétras (II)

Publié le 9 Mai 2013

Il a plu une partie de la nuit et il pleut encore. Pas facile de s'équiper dans cette minuscule tente et impossible dene pas toucher les bords. L'humidité intérieure s'aggrave. 4h45. Je ne peux plus attendre. J'avais prévu d'être à cette heure-ci dans la tente affût. Si jamais les coqs arrivent avant moi, cela va compliquer la donne.

La neige fond vite à cette époque, surtout sans regel et avec pluie. Je n'arrive pas à voir les traces de la veille. De nuit dans le brouillard je progresse à tâtons en direction de la tente. Heureusement je la retrouve rapidement. Je m'installe et commence l'attente. Pas si longue finalement. Avec du retard, sans doute à cause de la météo, les premiers coqs se font entendre vers 5h30 mais assez loin. Et puis d'un seul coup en voilà un qui atterrit tout près, exactement là où j'ai relevé les traces prometteuses la veille. Puis un second, puis un troisième. Rapidement c'est grande ambiance autour de la tente affût : danses, chants "roucoulements" et shuintements "tchou-ichhhhhhhhhhh". Malheureusement, il n'y a pas de lumière et surtout, le brouillard rend toute photo impossible, ou presque.

2013-05-1196.jpg

C'est un spectacle pour les yeux et les oreilles mais pour la photo, on repassera.

2013-05-3307.jpg

Vers 6h30, la pluie se remet à tomber de manière un peu plus soutenue. Les coqs se calment et se déplacent après être passés à cinq mètres de la tente dans mon dos. Je les entends mais loin. 7h45. Le brouillard se déchire enfin mais les coqs restent à bonne distance.

Je commence à me dire que ce sera terminé pour aujourd'hui. Quand tout à coup l'un d'entre eux se pose tout près. Il chante avec vigueur mais se trouve en partie masqué par l'épicéa qui touche ma tente. Je l'observe merveilleusement bien par l'ouverture latérale mais je ne tente pas de déplacer l'appareil car ce serait trop risqué. J'attends. Tout à coup, un autre coq vient à sa rencontre. Il se déplace alors en direction de celui-ci et entre dans mon champ de vision.

2013-05-3337.jpg

Il est un peu plus loin que les deux autres tout à l'hure et puis la lumière n'est pas démente mais voici donc ma première photo de coq faite dans de bonnes conditions.

2013-05-3345.JPG

Belle attitude sur celle-ci et une meilleure gestion des noirs. Il faut dire que noir sur blanc, cet oiseau avec la neige ne rendent pas facile la vie du photographe.

2013-05-3360.JPG

Il roucoule encore un peu puis va rejoindre son congénère un peu plus bas ; ils seront masqués par une bosse du terrain et ne réapparaîtront un peu plus tard qu'à une distance trop importante pour la photo. On en restera donc là pour ce premier affût aux tétras, un peu décidé à l'arraché mais qui finalement, me laissera un excellent souvenir. J'espère déjà pouvoir y revenir avant la fin des pariades.

2013-05-1227.jpg 2013-05-1197.jpg

10h. C'est le calme plat et le brouillard refait son apparition. Je plie bagage. C'est alors qu'en chemin, je rencontre des tritons alpestres sur la neige, magnifiques amphibiens que j'essaie de prendre en photo.

2013-05-1205-copie-1.jpg

Vu de dessus.

2013-05-1216.jpg

Gros plan de tête.

2013-05-1266.jpg

En se mettant de profil et un peu en deça on arrive à faire ressortir son magnifique ventre orange.

2013-05-1265.jpg

Le s100 se débrouille vraiment bien pour ce genre de proxi photographie.

Voilà qui conclut agréablement cette matinée parmi les coqs. Le plus difficile sera finalement la descente avec les skis et le sac à dos de 25 kg. Je manque à chaque virage de me casser la gueule mais finalement, je tiendrai debout !


Rédigé par lta38

Publié dans #tétras-lyre

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michel Puissant 16/05/2013 15:44


Salut Lio,


Je vois que le climat "printannier" n'arrange pas les affûts tétras..... pour ma part, quatre affûts et nuits sous tente sur la neige et un seul, le premier avec une lumière potable, rageant !
mais par contre en vidéo, une sequence d'un renard qui se vautre au milieu de la place de chant (une douzaine de coqs) alors qu'il neige sans que ça ne les dérange plus que ça, un goupil vraiment
bizarre pour m'avoir mordu à un doigt à travers la tente alors qu'il essayait de défoncer la paroi et une autre fois, arrivé en douce le long de la tente, j'étais en train de finir d'enlever mes
coques les pieds dehors qu'il m'a mordu le bout du pied, bien m'en a pris de garder les chaussons ! Il est venu quand même quatre fois essayer de me défoncer la tente sans doute attiré par
l'odeur de nourriture......


Salut à toi et à ta petite famille.

lta38 16/05/2013 21:12



Salut Michel. Content d'avoir de tes nouvelles. Vous avez de drôles de bestiaux dans la Yaute !!!! Il m'est arrivé une fois d'avoir un renard venu fouiller dans mon sac mais pas au point de me
mordre. J'ai hâte de voir ta vidéo. Bon courage pour la suite avec ce temps - n'ayant pas peur des mots - de merde !!!



Mickael26 11/05/2013 12:00


Salut,


Bon ben tu ne t' en sors pas mal compte tenu de la lumière.


Je dis souvent que la belle photo c' est la cerise sur le gâteau, je n' ai pas souvent eu l' occasion de voir des parades dans de bonnes conditions et ces rares fois c' était de loin, alors les
voir d' aussi près ça doit déjà être pas mal... et puis faut bien que tu en gardes sous le pied pour la (les) prochaine(s) fois ! ! !


Et merci pour le making of on s' y croirait presque


A+


Mickaël


 

lta38 13/05/2013 12:31



C'est exactement ça. C'est déjà beau de les voir de si près sans les déranger et il faut garder la motiv' pour y retourner !