Luxe, calme et volupté

Publié le 15 Décembre 2013

Inutile de chercher un titre : ce beau nom de voie d'escalade fera parfaitement l'affaire, tout en résumant assez bien ce que nous avons ressenti en grimpant un 15 décembre. Trois mois que je n'ai pas touché le rocher ; au moins autant pour Candice. Bon, nous n'arrivons quand même pas en touristes. Un bon nombre de séances de résine cet automne et pas mal de 7a/7a+ (et même un 7b - peut-être un peu commercial...) enchaînés donc nous n'hésitons pas à partir pour une voie soutenue.

15122013-IMG_4019.jpg 15122013-IMG_4024.jpg

Ce n'est pas non plus de l'extrême mais il va falloir poser ses pieds sur le gris. Ca change de la salle. On est rapidement dans le bain. Si le 6a de départ est une simple formalité, le 6c de la longueur suivante fait mal et nous vaudra à tous les deux un repos. Quand on voit avec quelle facilité on fait les 6c en résine, ça calme. Heureusement, nous grimpons avec sac de hissage ce qui fait que même en second, on se fait plaisir sans avoir à porter le fardeau.

15122013-IMG_4031.jpg 15122013-IMG_4036.jpg

Le sourire revient dans L3 où le 6c s'enchaîne. Il faut ensuite franchir un toit bien équipé pour tirer les deux points nécessaires et poursuivre dans un magnifique 6c+ sur un mur jaune.

15122013-IMG_4048.jpg 15122013-IMG_4053.jpg

L5 (6b+) est peut-être la plus belle longueur sur un pilier fantastique. A partir de L6 (6b), le soleil tente de nous abandonner sur cette facette sud-est mais il n'y parviendra que quelques minutes. Idem dans L7 (6b+ majeur) et L8 (court 6a+) qui nous amène sur le plateau.

15122013-IMG 4056 15122013-IMG_4057.jpg

Ne pas se laisser prendre au jeu des cotations. Ici, on est à Presles et toutes les longueurs grimpent. La voie est cotée EDinf et elle le mérite. Même si on ne grimpe jamais dans le 7, les longueurs sont soutenues avec un pas très obligatoire (6c/6c+ obl) bien délicat dans L5. On n'a pas le choix ici. Le point est sous le pied et il faut passer sans tricher.

Retour par le plateau bien enneigé, beaucoup plus que dans le Grésivaudan. Avec une trentaine de centimètres au sol à 1000 m d'altitude, le Vercors reste un des massifs les mieux enneigés. Tous les domaines de ski nordiques sont ouverts.

Merci à BBX pour cette magnifique voie et un équipement irréprochable. Il faudrait juste remettre un point pour diminuer l'obligatoire de cette L5, obligatoire qui n'était pas à l'origine et dû à une prise clé qui a cassé.

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0
Commenter cet article

Mick 20/12/2013 10:41


Assurément une belle voie mais je ne sais pas ce que tu en penses mais j'avais été un poil déçu par rapport aux nombreuses éloges qu'on lit un peu partout.


Sinon, sur le topo de Brass que j'avais ce jour-là, L2 est côtée 6b ! La blague ! Je trouve que c'est presque plus dur que la longueur au dessus du toit. D'ailleurs, à m'époque, je n'avais pas
essayé mais as-tu tenté de libéré le toit qui est annoncé en 7a "seulement" ? J'ai le souvenir d'un truc qui paraissait bien dur...


A+


Mick.

lta38 20/12/2013 22:51



Les goûts et les couleurs, c'est toujours discutable. Pour moi, c'est une très belle voie, au même titre que "les guenilles" ou "la discrète" juste à côté. Mais si je devais établir un
classement, elle arriverait probablement en troisième position d'un chouïa. Et les trois restent derrière "bal masqué". L2 remontée à 6b+ sur le Duhaut mais c'est encore pas assez. 6c est un
minimum. Oui du même niveau que la longueur au-dessus du toit donnée 6c+. Quant au toit, pas essayé en libre. 7a... Ca me fait rire. En salle, avec un tel dévers, ça en serait presque rando. Le
problème c'est que sur un passage aussi court, c'est souvent coté bloc et là, y'a plus grand monde au portillon. Pour ma part, ça m'a paru hors de ma portée.



Manu 17/12/2013 10:13


Majeur comme voie !


Et avec les températures, le soleil en ce moment, que du bonheur ...


Profitez bien.