midi/deux, Collet, brouillard etc...

Publié le 24 Janvier 2013

Les jours se suivent et se ressemblent. Encore un bien bon midi/deux aujourd'hui. Quelle chance de pouvoir le faire. Pourtant, je suis crevé. La grippe tourne autour des écoles, je manque aussi de sommeil. A 11h30, je n'ai qu'une envie : aller me coucher. Mais je me laisse tenter par une montée "là-haut" au soleil d'autant qu'à 1000 m, on est dans la purée de pois. Cyril est dans le même timing. Il a bien la caisse ; aussi je pense que je vais non seulement en baver mais que je n'arriverai pas à suivre. "Salut, ça va" ? "Non je suis nase, je manque de sommeil". "Moi aussi" (Cyril vient d'être Papa). Ouf me dis-je, on ne devrait pas monter trop vite.

DSCN3154-copie-1.jpg

La première photo est prise du sommet. Pas eu le temps de faire mieux. Heureusement que "l'animal" était fatigué. Des pointes à 24m/min sur l'alti, une trentaine de minutes pour faire les 550 m qui nous séparent du sommet avec une portion qui ne dénivelle pas trop au départ. Ouf, j'ai réussi à suivre. On se laisse tenter par la NE. On prend au plus raide. On fait gaffe par habitude dans le départ à 40° et puis, sûrement aussi parce que l'accident qui a coûté la vie à 4 skieurs suite à l'avalanche du 5 décembre 2010 est resté dans les mémoires. Je suis persuadé que c'est une des raisons qui fait que cette pente est aujourd'hui moins parcourue qu'avant. C'est pourtant la plus belle de Pravouta. La E et la SW sont surtracées. La dent de Crolles bien trafollée aussi mais ici, c'est vierge et nous posons les deux premières traces dans une neige qui mérite la note de 20/20.

DSCN3155-copie-1.jpg

Au bas de la pente, ça ne pinaille pas. Remise des peaux et on passe le col des Ayes, cette année bien sage en raison des nombreux flux de nord. Par flux de sud, la corniche est souvent dangereuse avec sa plaque quasi systématique.

DSCN3157-copie-1.jpg

On retrouve le brouillard qui monte qui monte. Comme on a un peu de rabio, on se refait une est de Pravouta jusqu'à l'arête puis feu en bas. Pas de photo : moins de cinq minutes pour regagner le parking. Dans le nuage, c'était moins bien que hier où la visibilité était fort bonne malgré le ciel couvert au Collet d'Allevard avec Emie.

DSCN3115.jpg

Au-dessus c'était bien meilleur avec un franc soleil mais le plafond remontant jusque vers 2000 m a fini par engloutir presque toute la Chartreuse dans l'après-midi. C'est ce qui a posé des problèmes d'orientations à mon ami Nico qui aurait pu passer la nuit en grande Chartreuse, finissant par retrouver une trace le ramenant au coeur du massif avec sa voiture de l'autre côté. Allez zou, je mets en ligne et je file l'emmener récupérer sa caisse au Coq.

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article