Retour à la Meije

Publié le 5 Août 2013

05082013-IMG 2884

Huit ans que je n'y étais pas revenu. C'est quand même le sommet mythique de l'Isère (la face sud est en Isère, la nord dans les Hautes-Alpes qui reste, côté la Grave, une aberration administrative). Je l'ai découvert pour la première fois en 1998. Avec mon frère Cédric, Philou (Boric) et Nico Cardin, nous avions bivouaqué au sommet après l'arête du Promontoire avant de poursuivre le lendemain par la traversée.

Allez, quelques images d'archives, ça ne nous rajeunit pas tout ça !

1998-07-01_lta.jpg

Sommet pour l'équipe.

1998-07-03_lta.jpg

Nico le matin au réveil du bivouac.

1998-07-04_pbo.jpg

De retour à la Bérarde.

Revenons à nous moutons. Second passage à la Meije avec Jojo en juillet 2000. Un temps excécrable et le névé du bas de "nous partirons dans l'ivresse" coule sans arrêt. Il m'est impossible de franchir la première longueur recouverte de glace. Nous nous consolons avec l'arête ouest (depuis la brèche) jusqu'au sommet puis redescente par l'arête du Promontoire. Une bien belle course.

Enfin en 2005. Avec Manu. Cette fois, c'est la Pierre Allain qui attire notre convoitise. 14h au sommet, 20h au refuge. Quelque chose comme minuit à la Bérarde. Ca fait une bien belle journée en haute montagne (voir course numéro 4).

Et depuis absolument rien. Depuis quatre ans que Nath et Frédi gardent le refuge, je ne leur avais pas encore rendu visite. Il fallait absolument faire quelque chose. Stan m'envoie un SMS : "Fais-tu quelque chose la semaine prochaine ?". Aussitôt, je lui "vends" un petit tour à la Meije.

05082013-IMG_2889-copie-1.jpg

Nous partons légers, l'idée étant de faire des voies qui se descendent en rappel. Nous programmons "reine de la nuit" pour l'après-midi du premier jour et "nous partirons dans l'ivresse" le second. Après un départ à 8h de la Bérarde, à 10h30, nous sommes déjà au Promontoire. Le beau temps stable (alors que des orages sont prévus pour la fin de journée du lendemain et du vent fort de sud-ouest) et l'heure nous incitent à inverser les plans. Nous profitons du soleil au refuge et les discussions vont bon train avec Nath et Frédi.

13h. Bon allez, c'est pas tout mais on a un peu de boulot pour l'après-midi.

05082013-IMG_2891.jpg

Approche en plein soleil dans un décor de rêve.

05082013-IMG_2897.jpg

Quand je dis léger c'est léger. On ne va quand même pas subir la punition de la montée en grosses jusqu'au Promontoire pour un bout de névé ! Ce type d'association (30€ pour les crabes à baskets) convient parfaitement pour l'approche de ces voies.

05082013-IMG_2905.jpg 05082013-IMG_2903.jpg

La voie maintenant : douze longueurs homogènes dans le 5. Quelques passages de 5c, un de 6a.

05082013-IMG_2909.jpg 05082013-IMG_2922.jpg

L'équipement est bon sur spits. Néanmoins, dans les passages <5b, il est éloigné. Si on est juste dans le niveau 5c, quelques coinceurs pourront rassurer. Nous n'en avons pas utilisés bien qu'ayant un petit jeu sur le baudrier.

05082013-IMG_2914.jpg 05082013-IMG_2917.jpg

Ambiance très haute montagne entre Râteau et Grande Ruine.

05082013-IMG_2924.jpg 05082013-IMG_2923.jpg

Le rocher est un magnifique granit très sculpté. L'escalade se fait tout le long sur de bonnes prises et doit bien se faire en grosses. Très peu de prises douteuses : rocher vraiment excellent.

05082013-IMG_2926.jpg

Dernière longueur pour sortir au "sommet" après avoir croisé Jacques et Thibaut qui attaquaient les rappels.

05082013-IMG_2931.jpg

Il est 17h. Le temps est au beau fixe. On prend un peu le temps ici à près de 3700 m d'altitude. Tout en bas, la Bérarde d'où nous venons. 

05082013-IMG_2930.jpg 05082013-IMG_2936.jpg

Il va toutefois falloir se résigner à attaquer les rappels. Dix rappels dans du terrain pas tout à fait vertical avec pas mal de reliefs pour coincer la corde. Il faut prendre son temps et bien réfléchir oùla faire passer. Plus bas, nous rattrapons Jacques et Thibaut qui ont justement coincé leur corde. Méfiat d'autant que nous avons oublié de prendre un couteau en cas de besoin. Finalement, la suite se déroule sans accroc et à 19h30 nous sommes les pieds sous la table au refuge.

Une fort belle journée après un départ de Grenoble la matin mais finalement en ayant pris le temps de se poser et de profiter de la montagne. On a de quoi laisser venir tranquillement le deuxième jour.


Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article