Sans nuit ni cauchemar

Publié le 9 Juin 2011

Ce sont les premiers mots de Jo au retour de cette magnifique voie soutenue dans la paroi de St-Egrève. Après avoir été enchanté par "Domi création" il y a une semaine tout pile, me voilà déjà de retour sur ce secteur pour une autre ligne encore plusd soutenue. Un départ assez tardif, une rocade qui bouchonne et une fois au pied de la face, on préfère ne pas perdre de temps. Il aurait fallu s'échauffer dans deux longueurs plus cool auparavant mais le timing risquait fort d'être compromis. On attaque donc directement par le premier 6c de "nuit de cauchemar".

Vue de dessus, c'est un océan de dalles avec des pas encore pas faciles (6b) mais le dur se situait dans le surplomb inférieur. Jo peut même aller jusqu'à lâcher les deux mains.

2011-06-3015---copie.JPG2011-06-3016---copie.JPG


Je pique une photo à Jo pour illustrer cette longueur vue du bas, bien surplombante. Fort heureusement, les prises sont relativement grosses et aucun mouvement n'est vraiment dur. La difficulté consiste à l'enchaîner d'une traite mais avec un ou deux repos, ça passe très bien.ndc1.jpgDans L2, je pars par erreur dans "Orgeat". Pensant me reposer dans le 6a de notre voie, me voici dans un (bon - les cotations du coin ne sont pas réputées "données") 6b mais surtout, avec des points éloignés. Et par-dessus le marché, on trouve un pas obligatoire juste avant un mousquetonnage. Autant dire que j'essaie d'être concentré dans cette longueur où l'on ne triche pas : petit mouvement dynamique sur un supposé bac, accompagné d'un petit cri de soulagement et le vol de 8 bons mètres est évité. Malgré un peu d'engagement, cette longueur reste superbe voire majeure. Au relais, la vue devient agréable sur Saint-Egrève.2011-06-3012---copie.JPGL3, également en 6b (bien soutenu dans cette difficulté) est commune avec domi création. Je l'ai faite en second la semaine dernière et j'en connais donc les clefs. Les deux passages durs sont à la sortie du petit surplomb situé 10 m au-dessus du relais et juste avant le relais de sortie. Dans les deux cas, pensez-bien à rester le plus à droite possible. Une fois (deux fois pour ce coup-ci) n'est pas coutume, je pique encore une photo à Jo pour illustrer la sortie du petit surplomb de L3ndc3-copie-1.jpg

2011-06-3019---copie.JPGVue du haut, on aperçoit la dalle grise de sortie qui est tout simplement somptueuse. Au R3, nous croisons deux cordées qui descendent en rappel après la très classique voie des gosses mythiques.

La quatrième et dernière longueur annoncée 6a/b dans tous les topos est une erreur. Philippe (Peyre) m'avait prévenu : "c'est au moins 6c". Et je confirme. Pour le coup, je n'ai pas compris comment passer dans la traversée qui est vraiment dure.

C'est donc avec beaucoup de regret que j'ai pris quelques points d'aide.

Je dirais donc que c'est au moins 6c et serais curieux d'avoir l'avis de quelqu'un qui grimpe dans le 7.

3 rappels efficaces (25, 25 et 50 m) nous ramènent au bas de la paroi.

"Sans nuit, ni cauchemar" dira Jo dont on peut avoir les impressions ici.

En résumé, une voie majeure : 6c ; 6b ; 6b ; 6c (6b obligatoire).

 

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article