Solo-repérage aux Contamines

Publié le 14 Juillet 2011

Dans l'idée d'y venir le lendemain avec Val, je profite de ce début d'aprem pour aller faire un tour sur la falaise d'escalade de la Duchère aux Contamines-Montjoie afin de me rendre compte de sa praticabilié après 36 heures de pluies. Une fois au pied, il y a pas mal de résurgences mais des cordées sont quand même engagées sur des portions paraissant sèches. Comme j'ai du temps et du matériel, je vais voir.

2011-07-3900.JPG2011-07-3899.JPG


La première longueur est laborieuse : l'auto-assurage sur corde à double me gonfle vite. Au premier relais, je plie un brin : je grimperai auto-assuré sur un seul brin. La paroi n'est pas franchement verticale et l'escalade facile. Les longueurs sont souvent sur-cotées (du moins celles dans lesquelles je grimpe) dans l'excellent topo "vallée de l'Arve". Je suis rapidement rodé : à chaque mousquetonnage, je prends le mou nécessaire pour atteindre le point suivant, etc. C'est le plus difficile car l'esimation n'est pas évidente. Si on en prend trop, on augmente la hauteur de la chute potentielle ; si on n'en prend pas assez, on va se faire bloquer. Il doit y avoir moyen d'élaborer un système qui coulisse tout seul avec une sangle de torse et une poulie. A expérimenter une prochaine fois.

Le solo-auto-assuré est un peu fastidieux car une fois au relais, il faut descendre en rappel dénouer la corde au relais inférieur (qui fait office d'assureur) puis remonter une nouvelle fois avec la poignée jumar. Pour cela, une corde statique supplémentaire serait bienvenue.

2011-07-3904.JPG2011-07-3901.JPG


Quoi qu'il en est, deux petites heures après le départ et ayant eu le temps de converser tranquillement avec la cordée qui me précédait et celle qui me suivait, je me retrouve au sommet de la paroi après avoir gravi les huit longueurs (3b/4b/4c/5a/5a/5a/5a/5a) de la voie "le nain jaune" (avec quelques variantes dans le haut). Une très belle escalade sur un gneiss poli par l'érosion : un peu de dalle mais finalement pas mal de réglettes et quelques fissures. Une corde à simple de 50 m suffit et permet de réchapper à n'importe quel relais, tout en doublant les longueurs à la montée si on gère bien le tirage. Sinon, 30 m à simple suffisent si on est sûr de sortir (encore qu'on pourrait réchapper à R1, R4 et R6).

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article