Traversée du Vercors, J2

Publié le 19 Décembre 2010

2010-12 1186 - copie

Lever 7h. Finalement, malgré la température négative de la nuit dans la cabane, bien au chaud dans nos duvets, le réveil n'est pas très difficile.

Le thé, préparé la veille dans le thermos est encore brûlant. Un bon petit dej et l'équipe est déjà sur pied. Un coup de balai dans la cabane que l'on laisse nickel chrome, on met les peaux et c'est reparti. Dehors, l'ambiance a changé. Le vent du sud s'est levé, dégarnissant les crêtes et la température a nettement augmenté. Il doit faire entre 0° et -5°C. On est rapidement échauffé en faisant la trace en direction du nord. Il n'y a aucune trace et il faut s'efforcer de ne pas perdre le GR grâce au balisage parfois espacé. On prend le temps de bien valider chaque portion car la forêt se muscle et la visibilité n'est pas des meilleures.

2010-12 1195 - copieAprès une courte portion de descente, il ne faut rater une première intersection suivie d'une courte mais raide montée.

2010-12 1196 - copieAprès celle-ci, nous cheminons sur un joli plateau semi-boisé dominant la clairière abritant la cabane de Tiolache du Milieu, qui aurait pu nous accueillir la nuit précédente.

2010-12 1199 - copieS'ensuit 100 m de descente où nous otons les peaux puis une nouvelle traversée à peine ascendante jusqu'à l'entrée dans le canyon des Erges. Nous le redoutons car avec le faible enneigement, cette entaille réputée caillouteuse qui doit nous offrir 300 m de descente en dénivelé pourrait bien massacrer les semelles de nos skis.

2010-12 1204 - copie

L'entrée dans le canyon est facile à trouver. Finalement, la descente sera très ludique et en étant prudent, on ne touchera qu'une ou deux fois.

2010-12 1210 - copieLe soleil revient (en même temps que la chaleur) dans la clairière du pot du Play. Nous y faisons la pause déjeuner malgré l'heure précoce : il est à peine onze heures. Ca discute, ça discute et on en oublie presque qu'il reste encore du chemin.

2010-12 1216 - copie

Après un chemin en légère descente où ça glisse assez bien, nous entrons dans la grande clairière de Darbounouse. La lumière est exceptionnelle avec ce vent du sud. La neige commence à coller et nous bottons.

2010-12 1220 - copie

Etant donné les conditions et le chemin ultra caillouteux jusqu'à Carette nécessitant sans doute un rephoquage, du bottage et n'évitant pas les pistes de fond par la suite, nous décidons d'aller au plus court en tirant droit.

2010-12 1222 - copie

Nous rejoignons les pistes de fond de la Coinchette où il n'y a pas foule. Malgré ce retour à la civilisation via une piste dammée, on se fait plaisir car c'est vraiment sauvage. Seul un groupe de trois skatteurs nous dépasse au sommet de la Coinchette. Nous poursuivons la descente jusqu'à l'intersection suivante. Nous avions encore l'espoir de finir en trançant dans la forêt via Château-Julien ou une crête voisine mais devant l'absence de sous-couche, la neige qui colle et les divers petits bobos aux pieds (pas si confortable ces chaussures), nous poursuivons par les pistes où nous croisons la famille Bouvat venue faire du fond sur ce magnifique domaine.

2010-12 1223 - copie

La descente jusqu'à Bois Barbu est décevante : pas trop de monde mais une neige collante, des skis non fartés qui ne glissent pas et beaucoup d'énergie pour un passage qui aurait dû se faire presque sans effort. Mais peu importe, l'essentiel est ailleurs. La traversée est réussie dans des conditions excellentes de neige, de météo et d'entente entre les membres de l'équipe.

2010-12 1224 - copie

Boubou nous propose la navette voiture jusqu'aux Jarrands (merci l'Ami) mais on préfère finir autonomes en coupant par les champs sur les Olivets, descente qui n'est pas sans intérêt par les paysages traversés.

2010-12 1225 - copie

On y fait les dernières courbes avant de retrouver le second véhicule dont le gasoil a enfin dégelé. La fin de journée est encore longue. Jeannot, rempli de générosité, les mains pleines d'essence et en sang, va bricoler le moteur (un vrai mécano) d'une twingo en panne pendant près d'une heure afin de permettre à son propriétaire de démarrer. Les dernières tâches sont réparties : l'un rentre à Méaudre et va rendre le matos loué pour l'occasion grâce à Sylvain, le local (mais absent de l'étape - merci à lui pour les tuyaux) pendant que les autres vont récupérer le véhicule (pas très écolo tout ça) au col de Rousset avant de revenir sur Grenoble. Merci les amis pour ce moment partagé et le partage des tâches : Sylvain pour les tuyaux donc, Jojo pour la loc du matos et l'organisation bouffe, Jeannot pour la bouffe et la navette voiture, Marco pour la navette voiture. Et moi dans l'affaire ? Eh bien j'étais le GPS, monsieur "IGN" et initiateur de l'idée. Une belle équipe. Les internautes ne trouveront pas d'intérêt sans doute dans ces dernières lignes mais ce blog étant aussi destiné aux amis, je ne pouvais m'en affranchir.

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mick 23/12/2010 09:33


Salut Lio,

bien belle traversée en effet. Les photos du 1er jour sont vraiment très classes (il faut dire qu'il y avait une lumière exceptionnelle ce jour là !)...ce doit être assez magique de tracer dans de
tels paysages.
Concernant le matos, visiblement tu as loué des skis de fond. Pour en avoir fait beaucoup quand j'étais ado ce n'est quand même pas un peu laborieux pour tracer dans la fraîche ? Des skis de
randonnée nordique n'aurait pas été plus agréables ?
Juste une autre question une version plus "alpine" (un peu à la manière de ce que tu avais fait le 1er mai 2008) plus près de la ligne de crête ne te tentais pas ? Ou est-ce un peu fastidieux et
peu adapté dans le Vercors ?
En tout cas, il faudra bien que je "m'y colle" à ces traversée de massifs, ça me fait de plus en plus envie !
Encore bravo et bonne continuation.


lta38 23/12/2010 10:35



Salut Mick. on a eu de la chance avec la météo car ce doit être rare de tracer. Je n'ai peut être pas assez détaillé contrairement à ce que j'ai dit sur Volopress mais non nous n'avions pas des
skis de fond ce qui aurait effectivement été une galère. Nous avions des skis nordiques de 60 mm au patin avec carres et zone à écailles sous le patin. Avantages : poids (1800 g fix comprise),
débattement et pas besoin de remettre les peaux pour de petites remontées intermédiaires. Par contre, je n'ai pas trouvé les chaussures très adpatées. J'ai eu davantage d'ampoules qu'avec des
chaussures de ski de rando et surtout j'ai eu froid aux pieds ce qui ne m'arrive jamais. Sans parler de la non-tenue en descente. Bref, un manque d'habitude aussi sans doute.


Pour une traversée plus alpine, ce n'était pas prévu pour cette fois-ci où nous visions justement du nordique pour changer et avec l'avantage de s'affranchir du problème des avalanches (et du
matos à emporter qui va avec). Mais il aurait de toutes façons fallu des skis-cailloux car le Vercors avait bien été pelé suite au précédent redoux. Dernier point, bien sûr que ça peut se faire
en skis de randos avec sommets au passage mais d'abord ça rallonge pas mal et en plus, ça reste quand même majoritairement nordique, un peu comme la traversée de Chartreuse que j'avais faite en
décembre 2008.


Joyeux Noël à la petite famille.



stefane 21/12/2010 09:50


Après ta traversée de Chartreuse et de Belledonne, voici celle du Vercors; La boucle "circum" grenobloise est bouclée; merci pour les photos; celles du J1 sont vraiment somptueuses; on a de la
chance d'habiter par ici !!
En tout cas , ce que tu fais nous inspire, merci......


lta38 22/12/2010 19:55



Merci pour ce message qui me pousse à poursuivre le partage commencé sur ce site il y a plus de 10 ans et dont un des objectif est de susciter l'envie d'y aller. La boucle peut effectivement être
bouclée mais il y a tant de traversées à faire, même dans ces massifs ultra connus de ma part. J'ai notamment d'autres projets de traversées en belledonne et Chartreuse pour cet hiver, si les
conditions veulent bien sourire. A suivre donc.