Oh la bonne idée ! (II)

Publié le 10 Décembre 2015

Suite aux observations de la veille (5 cm de fraîche à 1900 m ; 10 cm au-dessus de 2200 m, sur une sous-couche ferme jusqu'à 2200 m en tous versants et très hauts en versants ensoleillés), je décide de retourner dans le secteur de la Jasse avec l'idée d'allier soleil et poudre en allant visiter le versant sud-ouest de la dent du Pra probablement vierge de traces.

Oh la bonne idée ! (II)
Oh la bonne idée ! (II)
Le plaisir de tracer, combe ouest de la Jasse, vierge. Ca promet pour la suite.

Le plaisir de tracer, combe ouest de la Jasse, vierge. Ca promet pour la suite.

Une fois au sommet, je jette un oeil en versant nord et vois deux gugus remonter le petit couloir nord. Je reconnais de loin Nico (que je savais dans le secteur). Avec Damien, ils ont fait la dent du Pra et remontent à la Jasse. Je leur hurle qu'il faut aller faire du sud (= soleil + poudre). Plutôt que de les attendre, je plonge dans la froideur et l'ombre du couloir nord, fais quelques virages, passe auprès d'eux, continue encore dans le cône bien poudreux puis remets les peaux vers 2200 m. Je remonte dare-dare à bloc et les rejoins au sommet.

La petite équipe réunie est fin prête pour la descente en face sud

La petite équipe réunie est fin prête pour la descente en face sud

Oh la bonne idée ! (II)
Pliée en deux minutes : poudre sur dure : nickel

Pliée en deux minutes : poudre sur dure : nickel

On remet les peaux et direction la dent du Pra. La forme est là et ça monte vite. Je m'octroie même un petit aller-retour sur une section en très bonnes conditions en attendant les copains qui ont déjà plus de 2000 m dans les pattes. Repeautage en direction du sommet. 16h. Il ne va pas falloir traîner pour attraper le coucher de soleil au sommet de la Jasse. Bien content de pouvoir chausser au sommet même de la Dent. Cet endroit est tellement caillouteux ; on se demande comment ça passe aussi bien avec seulement deux chutes de trente centimètres puis une dizaine de centimètres humides et enfin une dernière dizaine de poudre dessus. Pas de photo de la montée suite à un problème de mise au point (manuelle) de l'objectif fisheye alors vissé sur le GM1. Faut que je fasse gaffe à ça. Je m'en aperçois au sommet et rectifie le tir pour la dernière heure colorée.

Partie supérieure de la Dent : un régal

Partie supérieure de la Dent : un régal

Et ça continue encore et encore

Et ça continue encore et encore

En-dessous, ça promet aussi (en regardant bien, on aperçoit la trace de l'aller-retour du hamster du groupe)

En-dessous, ça promet aussi (en regardant bien, on aperçoit la trace de l'aller-retour du hamster du groupe)

Toujours très bon malgré un ou deux cailloux qui nous surprennent, à pleine vitesse. Faut quand même faire gaffe et calmer ses ardeurs.

Toujours très bon malgré un ou deux cailloux qui nous surprennent, à pleine vitesse. Faut quand même faire gaffe et calmer ses ardeurs.

Arrivée au replat du Vénétier. Restent 350 m à monter. Le temps de remettre les peaux, 16h20.

Arrivée au replat du Vénétier. Restent 350 m à monter. Le temps de remettre les peaux, 16h20.

Oh la bonne idée ! (II)
On est passé au jaune

On est passé au jaune

Puis on passe à l'orange

Puis on passe à l'orange

Oh la bonne idée ! (II)
Et enfin au rose

Et enfin au rose

Oh la bonne idée ! (II)
Violet même pour les dernières. Allez, encore une bonne descente de près de 1000 m de dénivelé jusqu'à Pipay histoire de finir en fanfare cette belle après-midi et ses 2300 m de bon ski. Qui l'eut cru ?

Violet même pour les dernières. Allez, encore une bonne descente de près de 1000 m de dénivelé jusqu'à Pipay histoire de finir en fanfare cette belle après-midi et ses 2300 m de bon ski. Qui l'eut cru ?

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost 0
Commenter cet article