Publié le 16 Mai 2019

Non ; il ne s'agit pas d'un amoncellement de cadavres pour vautour mais du nom d'un sommet de Belledonne, situé juste à côté du Grand Charnier (d'Allevard). Du matin car le soir est prévue une collective au Grand Colon. L'idée était donc de profiter d'une bonne neige et du dernier jour de grand soleil (quatre jours d'affilés, c'est rare en ce moment) sans s'exténuer pour le soir.

Première montée tranquille sur les pistes du Collet puis descente en cours de transformation en est à 8h. Remontée au Petit Charnier par le col de Claran et l'arête nord : je suis passé à pied sans crampons mais il est préférable de les avoir pour quelques passages assez raides. La neige reste dure et j'étais bien en appui sur les pointes de chaussures. Avec ces conditions, il ne faudrait pas "benner" en versant est... La descente en est était parfaite à 9h. J'ai pu skier très bas. Les limites d'enneigement continu se situent vers 1500 m en versant nord ; et il reste encore pas mal de neige en deçà. Troisième et dernière remontée aux Plagnes avant le retour par les pistes encore enneigées jusqu'à la fin du mois sans aucun doute. Pas un virage à jeter !

Arête nord du Petit Charnier

Arête nord du Petit Charnier

Le Grand depuis le Petit : pas pour aujourd'hui

Le Grand depuis le Petit : pas pour aujourd'hui

Neige parfaite

Neige parfaite

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse, #Belledonne

Repost0

Publié le 15 Mai 2019

Cette fois, c'est du sérieux. Les filles ont bien déjà fait quelques grandes voies avec des manip et tout ça mais ça restait du domaine du facile. Là-aussi mais cette fois, on passe dans des parois un peu plus hautes, un peu plus impressionnantes et des difficultés qui imposent de grimper un peu (5c). Surtout quand on ne mesure qu'un mètre trente.

Direction donc les rochers de l'Homme avec Emie qui a réalisé pas mal de sorties en salle cet hiver et réalisé jusqu'à 5c en tête. Du haut de ses neuf ans, je dois dire qu'elle a bien assuré après un premier passage morpho où elle ne me voyait pas puis une dalle lisse où j'ai pu l'aider en raison de prises vraiment éloignées. Merci à JMC pour ce secteur Espace mais je profite pour rappeler que malgré le travail de l'ouvreur, on n'est pas à l'abri de chutes de pierres et notamment à cause des bouquetins, de plus en plus nombreux dans les voies (et sans assurage s'il vous plaît).

Bref, un très bon moment.

PS : pour l'assurage (30 vs 65 kg), j'ai utilisé un gri-gri directement fixé sur le relais. Elle n'avait qu'à donner le mou ; en cas de chute, le choc se reportait sur le relais et non sur elle directement.

Première grande voie
Première grande voie
Première grande voie
Grimpe
Grimpe
Grimpe
Grimpe

Grimpe

Sommet !

Sommet !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi, #Belledonne

Repost0

Publié le 13 Mai 2019

Troisième passage sur cet itinéraire que j'avais hésité à qualifier du plus beau de Chartreuse la fois précédente. Assurément, c'est en tous cas un des beaux de Chartreuse avec une boucle intégrale, variée (hors sentier, chemin "roulant", arête rocheuse alpine...), sauvage, le tout aux portes de la ville et avec un dénivelé raisonnable (moins de 1100 m). Vite fait, quelques remarques pour bien en profiter :

- départ de Mont-Saint-Martin
- montée par le pas du Sappey : le sentier n'existe plus en partie basse en raison de l'exploitation forestière. Il faut monter dans la forêt un peu au sud de l'aplomb du pas du Sappey en suivant au départ les pistes forestières puis dans la forêt elle-même (clairsemée, pas de passage "sanglier") en tirant progressivement vers le nord où on retombe sur le sentier, suffisamment marqué pour ne pas le rater (quelques vielles marques bleues)
- arête des rochers de l'Eglise RAS
- A la sortie de la forêt, traverser à droite jusqu'au pied de l'arête sud des rochers de Chalves : la gravir intégralement
- Début de descente en partant vers le nord : sente déversée. Attendre de préférence la mi-mai pour être sûr de ne pas trop être gêné par la neige ce qui pourrait être dangereux
- Retour par le sentier du pas de l'Ane, RAS

Sur les rochers de l'Eglise
Sur les rochers de l'Eglise
Sur les rochers de l'Eglise

Sur les rochers de l'Eglise

La tour de l'Oeillon
La tour de l'Oeillon
La tour de l'Oeillon

La tour de l'Oeillon

Sur l'arête sud
Sur l'arête sud

Sur l'arête sud

Partie finale, facile
Partie finale, facile
Partie finale, facile

Partie finale, facile

Sommet
Sommet

Sommet

Début de descente

Début de descente

Derniers feux, vers le pas de l'Ane
Derniers feux, vers le pas de l'Ane
Derniers feux, vers le pas de l'Ane
Derniers feux, vers le pas de l'Ane

Derniers feux, vers le pas de l'Ane

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive, #escalade-alpi, #Chartreuse

Repost0

Publié le 12 Mai 2019

Mi-mai. A-t-on encore la motivation pour le ski ? Pour ma part, cela fait maintenant plusieurs années que la mi-avril me donne envie de passer à autre chose et, comme j'ai toujours envie de skier de temps à autre, après une pause en mai, je ressors les skis parfois jusqu'en juillet. Mais ski ou pas, il est intéressant de faire un point neige pour tous les randonneurs qui, comme moi, ont horreur de marcher dans la neige. C'est en général le cas des skieurs qui, après avoir pu comparer les deux modes de déplacement, forcément, n'ont vraiment pas envie de laisser deux fois plus d'énergie pour gagner un but de randonnée encore enneigé.

Cette année, il y a une grosse différence entre les Alpes du nord et des Alpes du sud. Au sud, la neige a reculé jusqu'à plus de 2000 mètres en versants nord et très haut en versants sud. On est déjà passé en mode été et, mis à part quelques départs comme le pré de Mme Carle, il faut porter les skis malgré des parkings à des altitudes très élevées. Au nord, c'est encore un peu l'hiver. Depuis 2010 (excepté 2011), je note que les printemps sont vraiment frais et humides avec un décalage d'un "petit hiver" vers le mois de mai. Le proverbe "en avril, ne te découvre pas d'un fil, en mai, fais ce qu'il te plaît" n'est plus vraiment d'actualité.

Cette année, Belledonne est probablement le massif le mieux enneigé des Alpes françaises. Ce n'est pas un scoop et généralement, la chaîne "savoyo-iséroise", affiche les cumuls les plus importants et une des meilleures conservation dans les grands vallons orientés nord-ouest de la partie nord du massif. Cela ne fait pas l'affaire des randonneurs piétons.

Nous sommes allés le vérifier sur le secteur du Collet-d'Allevard avec les filles : sur les pistes, l'enneigement démarre encore à 1450 m en versant nord et reste continu. Plus généralement, on trouve la neige partout entre 1500 et 1600 m et cela devrait perdurer encore un peu. Contrairement à la Chartreuse où on peut désormais se rendre en baskets sur tous les sommets (qui ne dépassent que rarement les 2000 m il est vrai) en minimisant les sections enneigées, Belledonne oblige à marcher quasiment en continu dans la matière blanche au-delà en 1600 m sauf dans les adrets raides.

D'un certain côté, on ne boude pas notre plaisir à profiter en glissant de ce "petit hiver". Et c'est pas dit que les filles ne soient pas motivés pour y goûter à nouveau avant l'été !

Montée au soleil
Montée au soleil
Montée au soleil

Montée au soleil

Ca s'amuse

Ca s'amuse

Pas la meilleure neige pour descendre mais l'essentiel était ailleurs
Pas la meilleure neige pour descendre mais l'essentiel était ailleurs

Pas la meilleure neige pour descendre mais l'essentiel était ailleurs

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #nivo-météo, #ski-glisse, #Belledonne

Repost0

Publié le 11 Mai 2019

Tiens, il fait encore beau. Malgré un samedi annoncé médiocre voire orageux, il fait plutôt clair quand je suis disponible vers 14h30. Le temps de prendre deux ou trois trucs et de monter au parking et le ciel se charge un peu sur le Vercors mais rien de méchant. Quand j'arrive au pied du pas de l'Oeille, une averse de grésil me cueille. Rapidement, elle traverse vers l'est et se dirige vers Belledonne. Ce n'est pas le grand beau mais rien de menaçant. En tous cas de ce côté-ci. Quelques mètres avant de déboucher sur le plateau sommital de la Dent, j'entends une détonation. L'orage semble être plus au nord sur la Chartreuse. Lorsque la vue se dégage, c'est subitement bien noir en direction de Saint-Pierre. Il ne me reste que deux minutes pour aller toucher la croix. Un peu avant d'y arriver, je trouve que la lumière faiblit. Je me retourne... c'est vraiment noir sur le trou du Glaz, pas loin. Un éclair tombe alors pas très loin, dans cette direction.

Tant pis pour les tous derniers mètres. Demi-tour et zou. Je m'engage dans le pas de l'Oeille, fais quelques mètres puis m'arrête faire trois photos lorsque l'averse de neige devient violente. Au moment où je jette un coup d'oeil en direction de la crête d'où je viens, vingt mètres au-dessus en dénivelé, un violent éclair s'y abat. J'ai eu chaud au cul. Je ne m'attarde pas et m'éloigne des arêtes en rattrapant un randonneur solitaire croisé dans le pas de l'Oeille à l'aller et avec qui je ferai la descente mi-course mi-glissades sur névés tout en conversant.

La foudre, pas loin
La foudre, pas loin
La foudre, pas loin

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive, #Chartreuse

Repost0