Publié le 13 Décembre 2018

Traditionnelle sortie du jeudi. Régis pose sa matinée et Thibault se joint à nous. Objectif : tracer et faire du beau ski, de six heures à midi. On se laisse tenter par un départ de Prabert. L'idée est de traverser le pas du Pin pour skier le couloir est, réalisé avec le frangin en 1997 alors que personne ne le connaissait. Depuis, il est régulièrement tracé mais moins souvent que le couloir ouest par lequel on y accède car plus raide et imposant de repasser un col pour revenir. "Malheureusement", la veille, je "tombe" sur une photo de mon ami JP : ça ressemble fort à ce couloir est. Et comme l'idée c'est de tracer...

6h30. La petite équipe démarre à la frontale ; l'objectif reste le même car on espère qu'il n'y ait pas eu d'autres passages et qu'on pourra emprunter une autre branche vierge pour accéder au couloir. C'est le cas à l'attaque : seules deux traces partiellement effacées par le vent s'engouffrent dans le goulet de montée. Celui-ci est en excellentes conditions de poudreuse tracée. Aussi, il n'est pas possible d'offrir la trace à des poursuivants sans l'avoir préalablement saccagé. La première descente se fera au petit jour dans ce couloir côté ouest donc. Du coup, on remonte pour basculer en est et comme prévu, sans être gêné par les deux traces de nos prédécesseurs grâce à une entrée juste au nord et un autre couloir inférieur. On se laisse descendre assez bas côté Rivier car la neige est bonne.

L'idée est ensuite de remonter vers la dent du Pra mais comme elle est tracée, je laisse glisser les peaux plus à droite et on termine à une antécime de la Belle Etoile, le signal du Vouteret. Dommage que l'éclaircie n'ait pas duré. Le brouillard nous incite à quitter les peaux juste en-dessous du sommet. Descente excellente, passés les cent premiers mètres, excellents aussi côté neige mais un peu gênés par le brouillard. Il ne reste qu'à remonter au col de l'Aigleton et de finir en optimisant la descente pouvant être assez chaotique (beaucoup de blocs non recouverts, boarder cross avec quelques cailloux apparents).

Pas grand chose à jeter côté ski. La quantité est limite mais la sous-couche est efficace et la neige de surface légère en presque toutes orientations. Un beau "tricotage" de près de 2300 mètres de dénivelé.

Pas du Pin, montée côté ouest
Pas du Pin, montée côté ouest

Pas du Pin, montée côté ouest

Vers le signal du Vouteret
Vers le signal du Vouteret

Vers le signal du Vouteret

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 12 Décembre 2018

Je l'ai déjà dit quelque part sur ce blog, sans doute à plusieurs reprises, mais j'éprouve un grand plaisir à faire la trace. Pour le skieur de randonnée, ce n'est pas ce qu'il y a de plus "rentable". Plus la neige est profonde, plus on se régale à la descente mais aussi plus on en bave et on traîne à la montée. C'est pourquoi les skieurs de compétitions ne s'embarrassent généralement pas à faire la trace et s'entraînent souvent en station ou sur des ultra-classiques. Si j'aime bien aussi en profiter, j'apprécie encore plus de tracer, surtout quand, comme en ce moment, la trace n'est vraiment pas pénible à faire.

Aussi, ce matin, je délaisse Pravouta trop tracé à mon goût pour monter à la dent de Crolles. Olivier l'avait tracée la nuit précédente mais avec le vent, tout était presque à refaire ce qui n'est pas pour me déplaire. Cette fois-ci, le sommet est atteint. L'aube est somptueuse. Je descends en nord puis remonte aux rochers du Midi : la quantité de neige est encore un peu juste pour remplir tous les trous (gaffe aux sciallets !!!) ; en revanche la qualité est top. Seconde descente en ouest puis remontée à la Dent pour revenir par le pas de l'Oeille.

C'est que j'avais un impératif de retour en milieu de matinée afin de préparer la suite : les filles attendaient leur retour à la glisse pour cette nouvelle saison elles-aussi. Cette fois-ci, ce sera Chamrousse... quasiment pour nous tous seuls ! Et une neige d'excellente qualité, sur et entre les pistes pour quelques traces également pour les plus petits. 

Pas de l'Oeille vers 7h45. On commence à y voir clair

Pas de l'Oeille vers 7h45. On commence à y voir clair

Depuis le sommet ouest

Depuis le sommet ouest

Aube rosée sur les hauts plateaux de Chartreuse après la première descente

Aube rosée sur les hauts plateaux de Chartreuse après la première descente

Montée aux rochers du Midi

Montée aux rochers du Midi

Entre les rochers du Midi et la Dent, vue versant Grésivaudan

Entre les rochers du Midi et la Dent, vue versant Grésivaudan

La croix givrée

La croix givrée

Le pas de l'Oeille pour moi, comme je l'aime

Le pas de l'Oeille pour moi, comme je l'aime

Chamrousse, piste des crêtes

Chamrousse, piste des crêtes

Dommage pour le petit voile : il faisait bien frais

Dommage pour le petit voile : il faisait bien frais

Un peu de poudre pour Emie

Un peu de poudre pour Emie

Belle lumière de fin de journée

Belle lumière de fin de journée

Dernier run. Un beau mercredi à la neige !

Dernier run. Un beau mercredi à la neige !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 10 Décembre 2018

Il est rare que j'aborde un billet sous cet angle mais là, ça fait vraiment plaisir. Prenez un début d'hiver prometteur puis, comme souvent, redevenant capricieux dans nos montagnes. Mettez un coup de chaud début décembre qui remet la moyenne montagne à zéro : une petite déprime semble poindre... Heureusement, un week-end "grosse neige" est annoncé. Et finalement, non, ça ne pose que dix centimètres. La déprime ? Sauf que dans la nuit, la fin de l'épisode pose quarante sur les Préalpes avec de la douceur puis du vent soit une sous-couche qui englobe tous les cailloux. Mieux ; par-dessus, une journée de traîne qui rajoute quinze à vingt de poudre.

Et là, on a sans doute le meilleur rapport montée/descente : trace sans difficulté, ski d'hiver, de neige froide mais sans effort. Du vrai ski de goret. On s'en met plein les narines. Un truc de fou ! En montant ce soir-là faire un Pravouta pour prendre la température, j'ai été complètement surpris par ces conditions de maboul. Du coup, après une première descente, je suis remonté.

Une fois en bas, malgré la petite neige, la nuit, la solitude... je me suis laissé tenté vers la Dent (de Crolles). Quelle descente ! Grouink grouink on vous dit !!!: Les sangliers de Chartreuse sont de sortie et malgré le beau soleil d'aujourd'hui, je ne regrette pas de bosser, d'autant que je vais avoir l'occasion d'y retourner très vite. Franchement, cette sortie nocturne était dantesque. Une ambiance incroyable et du ski pour lequel les cinq étoiles de skitour ne suffisent pas !!! J'ai même failli remonter une sixième fois si j'avais pu prévenir le camp de base de mon retour plus tardif que prévu. Quel ski et quelle ambiance, je me répète !

Grouink grouink on vous dit !!!

Grouink grouink !!
Grouink grouink !!
Grouink grouink !!
Grouink grouink !!

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 9 Décembre 2018

Ne sont pas incompatibles. Prenez une paire de baskets avec membrane Gore-tex et rajoutez une petite guêtre évitant que la neige ne s'engouffre par-dessus et voici de quoi courir dans la neige les pieds au sec. Bon, il ne faut pas non plus y passer des heures, surtout dans la profonde car la neige finit tôt ou tard par gagner. De même, il vaut mieux de la poudreuse que de la neige humide. Mais ce dimanche, en attendant l'épisode neigeux en cours, cet équipement m'a permis de revenir du mont Saint-Mury sans avoir été incommodé par l'humidité et le froid. Une belle balade un peu "sportive" dans la neige : dix centimètres de fraîche sur une sous-couche dure à partir de 1600 mètres. On espère que l'épisode de la nuit sera prometteur.

Equipement tout à fait adapté

Equipement tout à fait adapté

Montée dans une ambiance hivernale

Montée dans une ambiance hivernale

Beaux rayons de soleil en fin de journée

Beaux rayons de soleil en fin de journée

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive

Repost0

Publié le 5 Décembre 2018

Rien d'exceptionnel ; les "pros" font ça en quelques sorties. Mais c'était un peu le chiffre symbolique de l'année pour les filles, en terme de kilométrage à vélo. Etant donnée la pluralité de leurs activités, et particulièrement pour Emie qui est encore aux roues vingt pouces et donc limitée à 16-17 km/h, il fallait peut-être une trentaine de sorties dans l'année, intercalées entre le ski, la randonnée, l'escalade... et tout le reste. A quelques kilomètres du but, peu importe s'il n'était pas atteint au kilomètre près et même peu importe tout court, j'arrive à la conclusion, si on pouvait en douter, qu'on peut faire des tas de choses avec ses enfants, sans les pousser dans l'exploit, la compétition, l'extrême. Ce que je fais avec mes filles, n'a rien d'exceptionnel pour elles. N'importe quel enfant en bonne santé pourrait le faire, bien encadré. Elles ne grimpent pas du 6c, ne font pas du piquet sur les pistes, n'ont jamais fait 2000 mètres de dénivelé d'une seule traite...

Pendant toutes ces années, du porte-bébé ventral à la traversée du Danemark à vélo ou un 3000 en alpi-rando autonome, nous nous sommes tout simplement fait plaisir en le partageant en famille. Les doutes, il y en a eu. Des moments de désaccord aussi. Mais aujourd'hui, je ne regrette pas une seule seconde mes choix. A deux, trois ou à quatre, toutes les sorties restent du pur bonheur et je suis certain que, même si elles venaient à prendre une toute autre route, que ces expériences auront été une belle école de la vie. C'est pourquoi je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin, tant qu'il y aura du répondant.

Parlant de compte, on arrive donc à 960 km de vélo cette année 2018 qui n'est pas tout à fait terminée, et une soixantaine de sorties toutes activités confondues pour elles. Pour cette dernière, nous avons réussi à "faire du neuf" près de la maison en utilisant les transports en commun : vélo jusqu'à la gare de Brignoud, train jusqu'à Pontcharra et retour à la maison en pédalant. Un circuit agréable, entièrement sécurisé de Pontcharra à Tencin (voie verte en cours de création entre Pontcharra et le Cheylas ?) puis sur des chemins agricoles entre la Terrasse et Bernin. Seule la portion pour traverser l'Isère entre Tencin et la Terrasse est partagée avec pas mal de véhicules qui roulent vite.

Une fois n'est pas coutume, images prises à l'IPhone sans passage dans Lightroom...

Objectif 1000
Objectif 1000
Objectif 1000
Objectif 1000
Objectif 1000

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #vélo

Repost0