Publié le 18 Mars 2018

Bis repetita. La veille, coup de fil de Jean-Marc avec qui on s'essaie de s'en faire une au moins une fois par an. Je lui propose un petit tour dans "mon jardin".

Je suis toujours frileux sur la nivologie, d'autant que la météo reste au brouillard comme en plein hiver. Le brouillard est un facteur (très) aggravant : on ne peut pas anticiper. On a beau connaître, on peut aussi se planter et s'exposer dans des pentes sournoises alors qu'il existait un passage plus "safe".

Très rapidement, je prends conscience, en connaissant parfaitement les lieux, du caractère instable des pentes. Les moindres talus dans lesquels j'éprouve toujours un peu de méfiance d'autant que j'y viens parfois seul, sont partis la veille ou dans la nuit.

Nous n'insisterons pas et nous cantonnerons à cette bosse qui n'atteint pas 2000 mètres en remettant deux fois les peaux et traçant, dans une neige très hivernale, trois lignes différentes avant de se laisser glisser jusqu'à la voiture.

Pour la petite histoire, nous avons sondé sur un replat à 1700 m d'altitude, loin de toute action du vent et donc assez objectif, 250 cm de neige. L'hiver n'est pas prêt de se terminer. Les animaux se réveillent (avons vu chamois, chevreuil, cerf, aigle royal...), les oiseaux chantent mais les marmottes vont se retrouver sur la neige, de même que les danses des tétras. Le printemps commencé depuis plus de deux semaines et définitivement dans quelques jours côté calendrier, n'est pas prêt d'être là.

Pour finir, petit tour sur mon habituel spot à nivéoles (altitude = 850 m) qui est à son "apogée" avec trois semaines de retard sur la moyenne observée ces dernières années.

Belle trace de montée
Belle trace de montée
Belle trace de montée
Belle trace de montée

Belle trace de montée

Bonnes descentes
Bonnes descentes

Bonnes descentes

1700 m = 250 cm

1700 m = 250 cm

Les nivéoles
Les nivéoles
Les nivéoles
Les nivéoles
Les nivéoles

Les nivéoles

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 17 Mars 2018

Pas moyen d'avoir une éclaircie !!! Mon ami Joël des Alpes du sud me disait au téléphone "on se croirait dans les Alpes du nord" !!! Si même Ubaye, c'est pas terrible, alors je vous laisse imaginer dans l'Isère !

Si on attend le soleil pour sortir, on ne ferait pas grand chose cet hiver. Alors zou ! Au lieu de se plaindre, on chausse les skis et on se dirige sur des terres connues ; par manque de visibilité, c'est toujours bien de savoir où l'on pose les spatules et de ne pas rajouter un problème supplémentaire, déjà qu'il y a l'instabilité du manteau neigeux à gérer. Au final, on se retrouve à quatre avec Nico, Eric et Marco et même cinq avec Julien rencontré sur place. Peu de visibilité mais du bon ski et la prudence qui nous fait terminer, après un premier Pravouta, sous les falaises de la Dent sans pousser jusqu'au pas de l'Oeille.

Quel temps !
Quel temps !
Quel temps !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 16 Mars 2018

J'avais raté le créneau de la veille. Ce matin, je charge le Backland 95 en test dans le coffre et rejoins Lio au parking à 6h. Sommet une heure plus tard après avoir tracé 10 à 20 cm de neige fraîche légère tombée sans vent et reposant sur un fond ultra souple. Autant dire que si ce ne sont pas les gerbes de poudre des images publicitaires, c'est sans doute la meilleure qualité de ski qui soit. Aucune difficulté, c'est stable et aucune fatigue à la descente. On avalerait des milliers de mètres de dénivelé non stop si les montagnes étaient plus hautes pour nous l'offrir ! 7h20 au parking. Retour à la case départ et boulot.

Avant taf
Avant taf

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 15 Mars 2018

Week-end dernier reposant pour ma part en raison d'une météo déprimante et de la visite de mes parents en pleine forme. L'occasion de faire un petit point sur la fin de l'hiver qui se profile, quoique...

On l'a dit à maintes reprises, cet hiver est un des plus enneigés que l'on ait connu. Il peut difficilement tomber davantage de précipitations ; ce qui fait sans doute la différence avec les hivers d'antan (et les névés d'été à basse altitude), ce sont les températures hivernales globalement plus fraiches (et donc accumulation de davantage de neige) et celles du printemps et de l'été. Ce sera une clé de l'enneigement estival qui permettra (ou non) un bilan de masse positif des glaciers.

En attendant, quelques observations personnelles :

- Le jour le plus froid de l'hiver (et étant donnée la date, il est peu probable que l'on fasse mieux maintenant) restera le 28 février avec -10°C en Grésivaudan, secteur peu propice aux grands froids et -20°C à 1800 m.

Le printemps ?

Côté enneigement, ce qui est remarquable, c'est l'homogénéité selon les massifs. Aucun n'est lésé, des Alpes aux Pyrénées. A moyenne altitude (1300 m), ce sont les Savoie les mieux loties car ayant reçu à chaque fois avec plus de retard les coups de redoux. Les Hautes Alpes ont aussi été davantage protégées mais n'ayant pas bénéficié de grosses chutes de neige vraiment avant mi-décembre, elles avaient pris du retard. Selon Météo France, c'est Belledonne qui est le massif le mieux enneigé à partir de 2000 m ce qui ne me surprend pas étant donné son aptitude à accumuler les précipitations. En revanche, les commentaires qui accompagnent les quantités de neige restent peu loquaces. Belledonne : "l'enneigement reste correct" !!! Queyras : "l'enneigement est excellent" pour des quantités annoncées près de deux fois moindres !!

Simulation enneigement Belledonne

Simulation enneigement Belledonne

Alors, le printemps va-t-il démarrer ? On aurait pu le penser le week-end dernier et en ce début de semaine avec des températures douces. On a même ressorti le vélo et, pour ma part, les baskets pour un petit tour derrière la maison.

Footing du matin et les prémices du printemps (jonquille, primevère, perce-neige)
Footing du matin et les prémices du printemps (jonquille, primevère, perce-neige)
Footing du matin et les prémices du printemps (jonquille, primevère, perce-neige)

Footing du matin et les prémices du printemps (jonquille, primevère, perce-neige)

Balade à vélo sur les coteaux avec Emie

Balade à vélo sur les coteaux avec Emie

Mais finalement non ! Le calendrier ne fait pas tout. Pire, avec mars, nous sommes entrés depuis deux semaines dans le printemps météo. Et pourtant ! Malgré le petit coup de foehn de ce matin en Chartreuse, la neige est de retour. Et Guillaume Séchet et son équipe nous prévoient jusqu'à douze degrés sous les normales la semaine prochaine !

Oups !!

Oups !!

Les ruisseaux frayent leurs chemins en Chartreuse, creusant des tranchées dans la neige (observation au col de Porte lors d'une sortie ski de fond ce jour)

Les ruisseaux frayent leurs chemins en Chartreuse, creusant des tranchées dans la neige (observation au col de Porte lors d'une sortie ski de fond ce jour)

Pour finir, le raté de ce soir. 16h45 à l'embranchement de la route menant au col du Coq, habillé et les skis dans la voiture, il tombe des trombes d'eau. L'éclaircie promise en fin de journée ne devrait pas arriver avant le coucher du soleil. Je jette l'éponge. 17h30. A la maison, je jette un coup d'oeil à la webcam de Fond-d'Urle (Vercors ouest). Une large bande bleue se profile à l'horizon. Elle ne devrait pas avoir le temps d'arriver ici... Et finalement si ! Magnifique rayon de lumière sur la Chartreuse à 18h15. On ne gagne pas à tous les coups. Du coup, le matériel étant déjà prêt, ce sera pour le lendemain matin à l'aube !

Belledonne ce soir-là
Belledonne ce soir-là
Belledonne ce soir-là

Belledonne ce soir-là

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse, #paysages, #nivo-météo

Repost0

Publié le 14 Mars 2018

Ce mercredi, c'est grand beau. Les filles sont motivées pour aller skier l'après-midi et puis, j'ai aussi des skis à tester. Alors, c'est encore un choix de proximité et comme la route du col du Coq est toujours fermée en Chartreuse et qu'il me faudrait 50 minutes pour rentrer en faisant le tour, ce n'est plus de la proximité. Du coup, ce sera en face.

Et compte tenu de la nivologie délicate de ces derniers jours, j'opte pour la classique de la Jasse, d'autant plus bien vue que je fais la trace ce qui est rare sur cet itinéraire ultra fréquenté. Au sommet, le vent de sud est bien présent. Descente illico sur Aiguebelle d'une seule traite avec les Salomon Explore 95 en test. Une tuerie cette descente. Allez, on va arrondir le dénivelé à deux kilomètres verticaux alors zou, on remet les peaux et re-sommet à 10h. Seconde descente toute aussi démente. Un peu de portage pour finir ; d'ici la fin du mois, on pourra se garer à la Betta à 1280 m.

Superbe matinée de ski et bis repetita l'après-midi sur les pistes des Sept-Laux avec le nouveau Black Crows camox Freebird. Un peu taquet en ce moment entre le boulot et les bonnes conditions alors ce billet sera millimaliste. J'espère que les habituels lecteurs de ce blog rigueur ne m'en tiendront pas.

Replat du Venetier. L'Himalaya derrière !

Replat du Venetier. L'Himalaya derrière !

Seconde montée plein soleil

Seconde montée plein soleil

Trace de descente. Dix courbes, c'est au moins cinq de trop.

Trace de descente. Dix courbes, c'est au moins cinq de trop.

Du monde qui arrive en milieu de matinée

Du monde qui arrive en milieu de matinée

Entrée de la forêt. Les Explore 95 au banc d'essai.

Entrée de la forêt. Les Explore 95 au banc d'essai.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0