Publié le 6 Juillet 2021

Il est toujours intéressant de noter la diversité d'espèces (animales) sur un même site. Au-delà d'un même secteur, on verra ici un petit panel de ce qu'on peut observer par procuration sur un seul et même point : 2 à 4 caméras à quelques mètres de distance sur une crête semi-boisée permettent ce retour a posteriori et sans déranger ou presque : il faut bien aller relever les cartes mémoires de temps à autres (tous les 2-3 mois) et on a aussi le risque d'inquiéter un animal par exemple à cause du claquement de la lentille (passage du mode nuit au mode jour). On dira que cela reste un dérangement très limité.

A noter qu'il y a également tous les petits passereaux (mésanges, roitelet, pinsons...) qui déclenchent eux aussi le dispositif mais que je n'ai pas mis sur cette image récapitulative car non reconnaissables sur l'image voire à peine visibles. Une première perso pour les bartavelles (dommage pour leur position complètement dans l'angle) et pour l'aigle. La carcasse de cerf a bien servi au renard tout l'hiver, exclusivement de nuit (alors que j'ai très souvent des renards en vadrouille de jour) et parfois au loup, au sanglier, à l'aigle... Il manque à l'appel le grand corbeau, pourtant assez charognard.

Diversité

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux, #loup

Repost0

Publié le 5 Juillet 2021

Chacun sa recette. Pour certains, ça se passe tranquille sur le canapé à regarder la télévision. Ca peut m'arriver... mais très rarement. La meilleure façon de passer une soirée reste pour moi l'extérieur, quand le corps ET les yeux s'expriment. Et c'était sans doute la soirée à saisir cette semaine.

Départ avec la télécabine de Chamrousse compte tenu de l'heure puis descente aux lacs Robert avant de rejoindre le pied du Grand Eulier. La voie Gaspard, astucieusement équipée par Philippe Halot, gagne l'antécime en 6 longueurs. A noter que Philippe avait bien annoncé "5" pour le passage raide de la quatrième longueur. Sur c2c, la longueur est notée... 4c. Je n'avais pas osé mettre plus que 5a dans mon topo Belledonne escalade mais dans ce niveau de difficulté, les égaux des uns et des autres ayant peu d'importance, mieux vaut mettre un peu trop que pas assez. D'autant qu'ici, pour les petits, le passage n'est pas forcément évident car ils n'ont pas la bonne prise main du premier coup. 5b (sur un pas) ne me choquerait pas.

Après le bout d'arête facile, nous sommes au pied du mur final (50 m, faisable en deux longueurs) où nous hésitons entre l'un ou l'autre des trois lignes. Finalement, ce sera la centrale "Hal orange...", là encore, souvent sous-cotée. On peut considérer que nous avons deux (très jolies) longueurs en 5b. Après avoir fait la première en tête (histoire de m'assurer qu'il n'y ait pas de piège, mes souvenirs datant un peu), je redescends et c'est Stella qui mènera la cordée jusqu'en haut. Pas d'exploit, rien d'exceptionnel mais la fierté du Papa de voir les progrès et l'autonomie, et d'entendre, au moment où, pas tranquille, je donne quelques conseils d'une voie inquiète : "Papa, fais-moi confiance !".

Poser les paires, installer le relais et assurer deux seconds. Voilà, c'est fait. Repas du soir au sommet et descente sous la plus belle des lumières, dans la quiétude de la montagne d'un soir de semaine de début d'été. Magique !

Lacs Robert

Lacs Robert

Gaspard partie basse
Gaspard partie basse

Gaspard partie basse

Partie haute, variante "Hal orange..." (photos : Emie Tassan)
Partie haute, variante "Hal orange..." (photos : Emie Tassan)
Partie haute, variante "Hal orange..." (photos : Emie Tassan)

Partie haute, variante "Hal orange..." (photos : Emie Tassan)

Beau moment au sommet
Beau moment au sommet
Beau moment au sommet

Beau moment au sommet

L'Eulier sur le retour par les Pourettes

L'Eulier sur le retour par les Pourettes

Randonnée bucolique pour boucler
Randonnée bucolique pour boucler
Randonnée bucolique pour boucler

Randonnée bucolique pour boucler

Avant la glace à l'Ecureuil

Avant la glace à l'Ecureuil

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #escalade-alpi

Repost0

Publié le 3 Juillet 2021

Il est décidément compliqué de prévoir l'intensité et le moment de ces pluies de type "orageuses" que nous subissons depuis près d'un mois. L'idée était de partir de Saint-Pancrasse et de donner quelques coups de pédales sur la route des plateaux de Chartreuse et ce, jusqu'à Chapareillan, avant de revenir par la vallée. Je serai alors l'esclave pour remonter chercher la voiture, probablement à pied par le sentier du facteur, en rentrant ou le lendemain matin.

Mais avec cette météo taquine, l'idée de se retrouver au plus loin de la maison (60 km quand même en tout) au moment des possibles intempéries ne m'enchante guère. Du coup, on part pour un petit aller-retour, en cédant aussi à la mode (gravel). Ce sera la piste de ski de fond depuis l'ancien centre Rocheplane jusqu'au col de Marcieu puis retour par la route. Arrivés à Marcieu, le ciel est clément. Nous poursuivons mais sans vouloir aller au bout car le choix du gravel nous aura fait perdre pas mal de temps : davantage de dénivelé et une vitesse moyenne beaucoup plus lente sur le non-goudron. Nous descendons sur la Flachère.

Au final, de bons coups de pédale, pas de pluie (tout au plus quelques gouttes) et quand j'esclave remonte le sentier du facteur pour aller récupérer le véhicule, il se prend la plus grosse averse de la journée. Le soir, ce sera grand beau et plus un nuage !

Montée de Rocheplane

Montée de Rocheplane

Traversée par la piste forestière vers Marcieu
Traversée par la piste forestière vers Marcieu

Traversée par la piste forestière vers Marcieu

Au pied du Grand Manti

Au pied du Grand Manti

Ravito. Le chef d'équipe avait oublié sa gourde !

Ravito. Le chef d'équipe avait oublié sa gourde !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Chartreuse, #vélo

Repost0

Publié le 2 Juillet 2021

Non je n'ai pas encore emmené les filles à l'aiguille Dibona et encore moins sur cet itinéraire. Mais en venant une nouvelle fois sur ce parcours initiatique des Trois Pucelles, je me suis dit qu'il y avait là un parcours pouvant servir de référence comme voie test pour une cordée. Une sorte de visite "obligatoire" pour valider un niveau acceptable pour "aller plus haut".

Evidemment, il ne s'agit de faire un passeport ou un permis d'aller en montagne. Ce dernier (?) espace de liberté doit le rester mais encore une fois, on a aussi la responsabilité de s'y engager avec un niveau minimum pour éviter de se mettre en danger mais aussi éviter de mettre en danger les autres par embouteillage. Il est toujours rageant de subir l'orage du soir alors qu'on avait le niveau de l'éviter. Sans compter que justement parce que la montagne est un espace de liberté, on n'a pas envie d'être contraint par une autre cordée. Et d'être chez soi en début de nuit alors qu'on aurait pu l'être en milieu d'après-midi... Seulement voilà ; par expérience, je sais que toutes les cordées n'ont pas la décence de laisser passer celles qui vont plus vite ce qui génère parfois tension voire prises de tête. Des émotions qu'on cherche justement à éviter en montagne.

Le parcours effectué ce jour est parfait pour se tester en raison des nombreuses manip'. Jugez plutôt :
- Attaque en face ouest : rappel de 20 m
- Progression à corde tendue sur vire jusqu'à la sortie du couloir Grange
- Longueur de 3 jusque sous une brèche
- Rappel de 15 m pour arriver sous la brèche Thorant

- Petite longueur de 3 jusque sous la dent Gérard en passant la brèche
- Longueur de 4c sur le pilier de cette dernière
- Longueur de 2 pour aller au sommet.
- Désescalade de la longueur de 2
- Rappel pour la longueur de 4c
- Passage d'une petite brèche : longueur de 5a à la montée puis désescalade de 10 m.
- Marche sur vires
- Longueur de 3
- Arête facile jusqu'au rappel de la Grande Pucelle
- Rappel 12 m
- Longueur 4c
- Courte désescalade
- Descente finale en 2

On pourrait imaginer comme horaires de base (de et jusqu'à la salle à manger) à ne pas dépasser : 3h30 pour une cordée de 3 ; 2h45 pour une cordée de 2, comprenant la pause au sommet de la dent Gérard.

L'endroit a vu s'entraîner tout le gratin grenoblois du siècle dernier. D'ailleurs, j'y ai croisé avec le plus grand plaisir mon idole Bichon (Alain Rebreyend), 84 ans excusez du peu, sortant du couloir Grange avec son petit fils (et un ami de ce dernier). Tranquille !

Sortie du couloir Grange

Sortie du couloir Grange

La lame de la dent Gérard. La longueur en 4c est sur le fil du pilier jaune

La lame de la dent Gérard. La longueur en 4c est sur le fil du pilier jaune

Sortie du 4c plein gaz

Sortie du 4c plein gaz

Sommet dent Gérard

Sommet dent Gérard

Dernière brèche. On peut aussi y installer une tyrolienne pour éviter le rappel

Dernière brèche. On peut aussi y installer une tyrolienne pour éviter le rappel

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Vercors, #escalade-alpi

Repost0

Publié le 30 Juin 2021

L'aigle royal (Aquila chrysaetos) est le moins majestueux que les grands vautours. Il est plus fréquent que le magnifique gypaète. A titre personnel, je l'observe très régulièrement et bien plus souvent que le faucon pèlerin. Il vient rarement toiser de près l'observateur comme peuvent le faire les vautours. On l'observe souvent seul ou en couple, plus rarement à trois avec le jeune ce qui en fait un moment moins spectaculaire que lorsque les vautours s'enroulent par grappes. Et pourtant, c'est pour moi le rapace diurne le plus "noble". Il ne s'agit pas de hiérarchiser les espèces mais l'observation d'un aigle royal est celle qui me marque le plus parmi ces grands planeurs.

Il faut dire qu'avec quand même ses plus de deux mètres d'envergure en moyenne, il est loin d'être "ridicule" ; et puis il y a sans doute ce qu'il représente pour notre faune de montagne. Une image de puissance. Une gueule "d'enfer". Bref, le royal, c'est le plus "grand" ! Il porte bien son nom. En "courant" sur des arêtes, une fois aussi en sortant de la tente avec les filles lors d'un bivouac, enfin une dernière fois lors d'un affût au brame du cerf, j'ai eu la chance de l'observer quelquefois de très près posé : des rencontres qui marquent.

Lors de cette balade des Férices à Arpingon, le couple local m'a fait de belles apparitions, rendant cette randonnée sauvage encore plus belle.

Les aigles d'Arpingon
Les aigles d'Arpingon
Les aigles d'Arpingon

Les aigles d'Arpingon

Paysages de fin de journée
Paysages de fin de journée
Paysages de fin de journée
Paysages de fin de journée

Paysages de fin de journée

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #randonnée sportive, #animaux

Repost0