Publié le 27 Janvier 2018

Si on a tous un besoin de découverte d'espaces nouveaux, on aime aussi se retrouver en terrain connu avec ses petits plaisirs. Un des miens est de faire la trace à la Dent de Crolles en neige poudreuse ce qui ne m'était pas encore arrivé cette saison. En partant de nuit ce matin, je ne pensais aller qu'à Pravouta. Et puis finalement... Voyant les conditions de neige sûres...

Je sors au sommet à 8h pile. Les 20 cm de neige fraîche sont très légers ; aussi on sentira le fond dur à la descente. Peu importe : ce plaisir de tracer en montée était le plus important. A noter au passage le remplissage exceptionnel du pas de l'Oeille qui se rapproche des valeurs de 2013.

Une fois en bas je remets les peaux pour tracer Pravouta. Comme prévu, je serai à la maison pour le petit déjeuner à 9h. Le week-end peut commencer.

Sommet de la Dent. La croix n'est pas givrée. L'aube colorée ne perce que sur le Mont-Blanc

Sommet de la Dent. La croix n'est pas givrée. L'aube colorée ne perce que sur le Mont-Blanc

Plein nord : Grand Som, Scia, Malissard

Plein nord : Grand Som, Scia, Malissard

Descente de la Dent à 8h, bien avant le lever du soleil

Descente de la Dent à 8h, bien avant le lever du soleil

Remontée à Pravouta

Remontée à Pravouta

Ambiance hivernale à Pravouta : ça ne va pas durer avec l'isotherme zéro à 2700 m sur ces pentes sud de moyenne montagne

Ambiance hivernale à Pravouta : ça ne va pas durer avec l'isotherme zéro à 2700 m sur ces pentes sud de moyenne montagne

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 24 Janvier 2018

Je n'ai pas encore eu vraiment l'occasion de photographier le massif de Belledonne due ce mois de janvier dont les hauts sommets sont plâtrés comme jamais. On se croirait en Himalaya. En attendant de meilleures images, en voici quelques unes prises avant et après cette jolie session de ski de bord de piste au Collet-d'Allevard. Cet hiver ne finit pas de nous surprendre : elles se sont régalées dans de la transformée. Cela reste vraiment la neige la plus facile à skier. A noter la grosse différence entre le bas très peu enneigé (autour de 70 cm à 1400 m alors qu'il y en a le double en face en Chartreuse) en raison de perturbations sûrement atténuées et des coups de redoux, et le haut où les piquets des Plagnes à 2000 m (plus de deux mètres de hauteur me semble-t-il) dépassent à peine. La petite cabane sur le replat a presque disparu.

GPB au réveil

GPB au réveil

GCA tel l'Alpamayo

GCA tel l'Alpamayo

Puy Gris et Comberousse : où sont les rochers ?

Puy Gris et Comberousse : où sont les rochers ?

Sommet des Plagnes

Sommet des Plagnes

Très belle neige hors des pistes

Très belle neige hors des pistes

L'ancienne piste du coq, aujourd'hui abandonnée. Peut-être vingt ans que je ne l'avais pas parcourue !

L'ancienne piste du coq, aujourd'hui abandonnée. Peut-être vingt ans que je ne l'avais pas parcourue !

Berlanches, Grandes Lanches, Gleyzin...

Berlanches, Grandes Lanches, Gleyzin...

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse, #paysages

Repost0

Publié le 23 Janvier 2018

Après trois hivers au début d'enneigement capricieux, 2018 stoppe la série. Jamais content pourra-t-on entendre car les stations ne sont pas forcément aux anges : neiges parfois dures en raison des coups de redoux, gros dangers d'avalanches, pistes fermées, sécurisation importante des domaines, touristes restant au chaud avec cette météo... Un petit point après deux mois et demi de précipitations, soit à près de la moitié de la période d'accumulation.

- Des quantités importantes sur tout les massifs avec un enneigement un peu moindre sur Mercantour, Ubaye et Queyras où il demeure toutefois supérieur à la moyenne, notamment à basse altitude.

- A 1500 m d'altitude, c'est d'abord au sud puis à l'ouest (Vercors notamment en raison des redoux plus violents qu'ailleurs) qu'on trouve le moins de neige : autour de 50 cm

- Sur l'Isère (hors Vercors donc), les Bauges et le nord des Hautes-Alpes, le manteau oscille entre un mètre et un mètre cinquante à cette même altitude.

- L'enneigement va croissant sur les Savoie : le Tour, au-dessus de Chamonix, détient peut-être le record avec 2m35 de neige au sol à 1500 m d'altitude.

- En haute montagne, on retrouve les mêmes caractéristiques avec des quantités qui vont crescendo du sud au nord tout en se stabilisant à partir de l'Isère jusqu'aux Savoie : De Belledonne au Mont-Blanc, l'épaisseur au sol est remarquable pour la date, sachant que ça devrait continuer à s'accumuler jusque fin avril avec 3m50 à 4m50 de neige au sol selon les endroits.

Il est intéressant de comparer (même s'il manque trois semaines pour un comparaison objective) les données Météo France sur le massif du Mont-Blanc cette année (en bas) et en Chartreuse en 2013 (en haut - attention, les lignes sont décalées en raison des altitudes différentes des massifs).
Il est intéressant de comparer (même s'il manque trois semaines pour un comparaison objective) les données Météo France sur le massif du Mont-Blanc cette année (en bas) et en Chartreuse en 2013 (en haut - attention, les lignes sont décalées en raison des altitudes différentes des massifs).

Il est intéressant de comparer (même s'il manque trois semaines pour un comparaison objective) les données Météo France sur le massif du Mont-Blanc cette année (en bas) et en Chartreuse en 2013 (en haut - attention, les lignes sont décalées en raison des altitudes différentes des massifs).

Grand Pic de Belledonne et Grande Lance de Domène blancs de blanc ce matin
Grand Pic de Belledonne et Grande Lance de Domène blancs de blanc ce matin

Grand Pic de Belledonne et Grande Lance de Domène blancs de blanc ce matin

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #nivo-météo

Repost0

Publié le 21 Janvier 2018

Une fois de plus, la pluie est de retour jusque vers 2000 m sur l'Isère. Elle est annoncée en seconde partie de ce dimanche et anéantit les espoirs de continuer à faire de la poudre avec les bonnes conditions actuelles. Les stations de sport d'hiver qui croulent sous la neige notamment sur les Savoie et globalement partout ne sont si enjouées de voir toute cette neige : les sécurisations sont systématiques, les skieurs pas si nombreux et les domaines souvent ouverts partiellement.

Pour le skieur de randonnée, c'est compliqué et, de manière générale, on n'a jamais mis aussi peu les pieds en altitude que depuis un (bon) mois. Pour ma part, une bonne vingtaine de sorties à skis en deux mois, très souvent d'excellente qualité et nous ne sommes qu'au premier tiers de la saison. L'enneigement sera à coup sûr excellent au printemps. Quand les stations auront fermé, il y a aura encore des mètres de neige...

La motivation était en baisse ce matin et en même temps, je me disais qu'il y aurait sûrement un bon coup à jouer avant la pluie. Départ un poil tardif (10h) mais au final, ce sera une excellente sortie. Départ 1100m, trace bien humide dans un mélange de neige et d'eau jusqu'à 1400 puis une petite poudre sur un fond humide loin d'être désagréable jusqu'à 1600 m. Au-dessus, d'excellentes conditions et surtout, une très bonne visibilité. Après avoir croisé un chevreuil, des cerfs, une chevêchette et un chamois, je sors sur une bonne à 1950 m d'altitude. Première bonne descente jusqu'à la cote 1550 où je retrouve ma trace. Remise des peaux et c'est reparti. Arrivé à la bosse, j'ai bien envie de pousser plus haut car la neige est stable (je dirais qu'on est en risque 2 jusque vers 2000 m au moins). C'est assez rare ici mais la neige a bien collé à la contre-pente raide qui domine la bosse ; je pourrai donc descendre à skis... si toutefois j'arrive à monter. Je n'ai ni piolet, ni crampons et c'est bien raide avec une sous-couche bien dure. Fort heureusement les pas marquent. Je sors plus haut sur l'arête à plat ventre puis rejoins un couloir en excellente neige jusqu'à son origine vers 2050 m. Une nouvelle ligne et un ski excellent m'amènent à nouveau à 1550. Il est à peine 13h ; aussi, je repeaute une nouvelle fois et vais réussir à sortir cinquante mètres plus haut, dans la branche de gauche du couloir mais sans sortir au sommet qui me domine car d'un seul coup, les quantités de neige mobilisables deviennent importantes : c'est la limite des dernières pluies probablement. Encore du très bon ski puis plus collant sous 1600 m mais toujours bon. A partir de 1400, c'est vraiment de la colle et il faut parfois pousser un peu sur les bâtons sur la piste forestière. Qu'importe ! 1500 m de très bon ski sur les presque 2000 au total : un créneau très bien rentabilisé et qui va permettre de mieux faire passer la pilule de la lessive à venir. Bon, on en reparle dans une semaine...

A 1700 m, des conditions excellentes

A 1700 m, des conditions excellentes

Ca fait plaisir de voir l'hiver

Ca fait plaisir de voir l'hiver

Ambiance au top et belle visibilité

Ambiance au top et belle visibilité

Plus haut, remontée à pied d'un petit couloir

Plus haut, remontée à pied d'un petit couloir

Neige excellente à la descente

Neige excellente à la descente

Allez, on remonte une troisième fois

Allez, on remonte une troisième fois

Ma trace se recouvre un peu à chaque montée

Ma trace se recouvre un peu à chaque montée

Dernière descente

Dernière descente

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 20 Janvier 2018

Le meilleur ski, entendez par là, en terme de qualité de descente, reste dans nos têtes comme celui que l'on pratique en grosse poudre ou en neige de printemps parfaite moquette. Le premier, c'est sans doute le plus jouissif mais il demande une grosse trace à la montée et reste un peu physique à la descente. Le second, c'est le plus facile.

Il reste une troisième possibilité qui consiste à avoir une sous-couche ferme mais pas trop dure (ce qui arrive lorsque par exemple de la neige fraîche a été humidifiée récemment par de la pluie), surmontée de quinze à vingt centimètres de neige poudreuse froide. On obtient un savant mélange des critères sus-cités : gros plaisir à la descente, geste facile, auquel on rajoute un traçage facile à la montée et un risque d'avalanche souvent limité. Et c'est peut-être ainsi les meilleures conditions que l'on puisse trouver si on souhaite combiner ces trois critères : plaisir, facilité, sécurité.

Ces conditions, elles se rencontraient provisoirement en Chartreuse ce samedi matin, que ce soit dans le pré de la dent de Crolles, ou sur la face sud-ouest de Pravouta. La face est, quant à elle, était un poil moins bonne avec un fond plus dur mais on chipote ! Des conditions qui se prêtaient au "tricotage", jeu du skieur de randonnée qui consiste à exploiter un secteur en remettant plusieurs fois les peaux.

Petit coup de pinceau au lever du jour mais on ne verra pas le soleil, une fois de plus

Petit coup de pinceau au lever du jour mais on ne verra pas le soleil, une fois de plus

Goulet ouest de la Dent : excellent. D'une traite sans le moindre effort. On aimerait qu'il soit trois fois plus long.

Goulet ouest de la Dent : excellent. D'une traite sans le moindre effort. On aimerait qu'il soit trois fois plus long.

La belle arête sud de Pravouta

La belle arête sud de Pravouta

Avec Aurélien, rencontré dans la deuxième montée et avec qui je ferai la deuxième descente et la troisième montée

Avec Aurélien, rencontré dans la deuxième montée et avec qui je ferai la deuxième descente et la troisième montée

En-dessous de 2000 m, les quantités sont un peu inférieures à celles de Haute-Savoie et de Tarentaise (coups de redoux arrivant plus tôt) mais les épaisseurs sont quand même importantes

En-dessous de 2000 m, les quantités sont un peu inférieures à celles de Haute-Savoie et de Tarentaise (coups de redoux arrivant plus tôt) mais les épaisseurs sont quand même importantes

Nouvelle zone de protection tétras en versant nord-est de Pravouta.

Nouvelle zone de protection tétras en versant nord-est de Pravouta.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0