Publié le 14 Octobre 2017

Cette fois-ci direction les Bauges pour un tour en versant sud du Nivolet que je n'avais jamais fait. Départ du parking de la Doria, bien calme avec approche jusqu'à la cascade éponyme où un passage câblé (quelques échelons) permet de passer derrière la cascade (corde vivement conseillée pour les enfants).

Ensuite, sentier sans histoire jusqu'au pied de la rampe finale qui ramène sur le plateau cinquante mètres (en dénivelé) sous l'immense croix sommitale. Idem pour la petite corde pour la rampe (câbles et barres de fer). Contraste au sommet avec un brouhaha inhabituel en arrivant. Des dizaines et des dizaines de randonneurs. En regardant la carte, j'ai vite compris : il existe un accès avec presque zéro dénivelé moyennant une petite heure de marche à plat depuis le Revard, lui même accessible en quinze minutes de voiture depuis Aix-les-Bains. Fort heureusement, nous avions fait la grosse pause en face sud au niveau d'un joli plateau herbeux. Du coup, un rapide panorama au sommet et zou, on s'en va. A l'unanimité (les filles sont à la "bonne" école :D), toute notre équipe n'a pas envie de se retrouver en montagne avec tout ce bruyant raffut. Si le présence humaine ne me dérange pas, ce qui me gêne au plus haut point, c'est le bruit généré. Il m'apparait complètement décalé de venir dans ces endroits pour se ressourcer et de n'être sensible qu'au sens visuel. J'apprécie tout autant les cris des oiseaux, le "chant" d'un torrent, le silence relatif que la vue d'une belle forêt colorée ou de cimes enneigés. Il ne me viendrai pas à l'idée de me comporter en montagne comme sur la terrasse d'un bistrot.

Départ très automnal

Départ très automnal

Passerelle sous les cascades de la Doria

Passerelle sous les cascades de la Doria

Variante acrobatique (corde indispensable pour les enfants) qui passe derrière la cascade supérieure
Variante acrobatique (corde indispensable pour les enfants) qui passe derrière la cascade supérieure

Variante acrobatique (corde indispensable pour les enfants) qui passe derrière la cascade supérieure

Montée des prairies face sud du Nivolet. 650 m de dénivelé en tout
Montée des prairies face sud du Nivolet. 650 m de dénivelé en tout
Montée des prairies face sud du Nivolet. 650 m de dénivelé en tout
Montée des prairies face sud du Nivolet. 650 m de dénivelé en tout
Montée des prairies face sud du Nivolet. 650 m de dénivelé en tout

Montée des prairies face sud du Nivolet. 650 m de dénivelé en tout

Passage ludique pour sortir

Passage ludique pour sortir

Petit promontoire aérien à la sortie des échelles

Petit promontoire aérien à la sortie des échelles

La vue du sommet (sans le bruit)

La vue du sommet (sans le bruit)

Une jolie forêt pour descendre mais un sentier passablement glissant (feuilles + rochers patinés)
Une jolie forêt pour descendre mais un sentier passablement glissant (feuilles + rochers patinés)
Une jolie forêt pour descendre mais un sentier passablement glissant (feuilles + rochers patinés)

Une jolie forêt pour descendre mais un sentier passablement glissant (feuilles + rochers patinés)

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive

Repost0

Publié le 12 Octobre 2017

Nouveau jeudi soir en montagne, cette fois pour un Grand Colon express que Candice n'avait jamais fait. Il était temps de réparer cet oubli. Les couleurs sont déjà sur la "pente descendante" en moyenne montagne alors que nous ne sommes même pas à la mi-octobre mais c'était encore bien beau. Aller-retour classique depuis les Quatre Chemins.

Départ forestier

Départ forestier

Dans la traversée au-dessus de la cabane
Dans la traversée au-dessus de la cabane

Dans la traversée au-dessus de la cabane

Puis la seconde partie de la traversée pour rejoindre l'épaule
Puis la seconde partie de la traversée pour rejoindre l'épaule

Puis la seconde partie de la traversée pour rejoindre l'épaule

Pause sommitale contemplative
Pause sommitale contemplative

Pause sommitale contemplative

Coup d'oeil sur les lacs Merlat, Bernard, Longet, David et Claret. A gauche, la Grande Lauzière

Coup d'oeil sur les lacs Merlat, Bernard, Longet, David et Claret. A gauche, la Grande Lauzière

Pause pour sortir la lampe après avoir quitté l'épaule à la descente.
Pause pour sortir la lampe après avoir quitté l'épaule à la descente.

Pause pour sortir la lampe après avoir quitté l'épaule à la descente.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive

Repost0

Publié le 11 Octobre 2017

Qui a dit que le brame était fini ? En montagne, les cerfs continuent à être actifs au moins jusqu'à la fin du mois. Et une fois le pic passé, comme chaque année, je pars en quête de nouveaux secteurs afin de découvrir de nouveaux horizons et peut-être échafauder de nouveaux plans pour la saison 2018 afin de varier les angles de prises de vues et d'éviter la répétition des lieux.

Beaucoup de photos aujourd'hui. Pas forcément les plus belles mais de quoi refléter les nombreuses rencontres du jour dont pas mal de jeunes cerfs. Et pour la petite histoire, ça bramait jusqu'à midi, heure à laquelle j'ai dû redescendre à la hâte récupérer les filles gentiment accueillies pour le midi chez Lucie. Merci à toi !

Dès les premières lueurs du jours, les premières observations
Dès les premières lueurs du jours, les premières observations
Dès les premières lueurs du jours, les premières observations

Dès les premières lueurs du jours, les premières observations

Un cerf descend tranquillement dans un couloir

Un cerf descend tranquillement dans un couloir

Le même, un peu plus bas

Le même, un peu plus bas

Soudain, alors que je remonte une petite crête, un raire tout près. Ce jeune était en train de défoncer un arbuste et ne m'avait pas détecté. Après un quart d'heure en pleine pente et dans une position précaire, il finira par me repérer

Soudain, alors que je remonte une petite crête, un raire tout près. Ce jeune était en train de défoncer un arbuste et ne m'avait pas détecté. Après un quart d'heure en pleine pente et dans une position précaire, il finira par me repérer

Une belle observation dans un couloir. un cerf et de nombreuses biches (pas toutes présentes sur la photo). Vilaines images en plongée mais beau moment de proximité sans dérangement.
Une belle observation dans un couloir. un cerf et de nombreuses biches (pas toutes présentes sur la photo). Vilaines images en plongée mais beau moment de proximité sans dérangement.

Une belle observation dans un couloir. un cerf et de nombreuses biches (pas toutes présentes sur la photo). Vilaines images en plongée mais beau moment de proximité sans dérangement.

Je croyais que ce huit cors m'avait vu mais mon placement était idéal. Ce tête à tête a duré un moment avant qu'il retourne avec ses biches à quelques mètres de là

Je croyais que ce huit cors m'avait vu mais mon placement était idéal. Ce tête à tête a duré un moment avant qu'il retourne avec ses biches à quelques mètres de là

Un cerf plus gros traverse un autre couloir visible depuis le même endroit sur une arête secondaire

Un cerf plus gros traverse un autre couloir visible depuis le même endroit sur une arête secondaire

Une crête que je guettais. C'était évident que c'était un passage

Une crête que je guettais. C'était évident que c'était un passage

Jeune cerf et biches en pleine montagne

Jeune cerf et biches en pleine montagne

Deux cerfs et biches au soleil

Deux cerfs et biches au soleil

Jeune cerf sur une crête en altitude

Jeune cerf sur une crête en altitude

Sur le chemin du retour, ce cerf ne me verra pas contre toute attente

Sur le chemin du retour, ce cerf ne me verra pas contre toute attente

Il va rejoindre une harde en contrebas où il y aura de l'animation

Il va rejoindre une harde en contrebas où il y aura de l'animation

Une belle animation même ! Que je devrai quitter à mon grand regret cause timing. Je vais revenir, c'est sûr !

Une belle animation même ! Que je devrai quitter à mon grand regret cause timing. Je vais revenir, c'est sûr !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0

Publié le 9 Octobre 2017

Ce mois d'octobre est anormalement riche en pluies d'étoiles filantes. En début de semaine, il fallait observer la constellation du Dragon. Ce que nous avons fait lundi soir avec Stella en allant pour allonger dans nos sacs de couchage à 1500 m d'altitude. Nickel pour affronter les trois degrés du moment.

Et ce matin, il fallait guetter le Taureau. Cela devrait fonctionner encore quelques jours par ailleurs. Le prochain événement (très) remarquable aura lieu autour du 21 octobre. Il faudra surveiller Orion (donc pas avant le milieu de nuit et avant le lever du jour). On peut s'attendre jusqu'à vingt météores par heure provenant du sillage de la comète de Halley. 

Et en plus, il fait et va continuer de faire beau !

Une fort belle soirée malgré la pollution lumineuse
Une fort belle soirée malgré la pollution lumineuse
Une fort belle soirée malgré la pollution lumineuse

Une fort belle soirée malgré la pollution lumineuse

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages

Repost0

Publié le 8 Octobre 2017

Après une nuit en pointillés en raison de l'activité des animaux venant parfois tout près (parfois réveillé par un brame à proximité), stupeur à six heures : il neige. Je trouvais que mon sac zéro degrés confort approchait de ses limites. J'en ai la réponse. Je reste un moment sous le tarp puis, vers sept-heures, lorsque cela se caler, je plie et descends d'un cran. Je me poste sous un pin à l'abri d'une éventuelle nouvelle averse et surveille la place de brame bien fréquentée. Il a fallu beaucoup, beaucoup de discrétion pour arriver là mais je m'installe avec la satisfaction de n'avoir encore rien dérangé. Le point de vue sera parfait jusqu'en milieu de matinée.

Le premier cerf est assez loin mais se fait entendre

Le premier cerf est assez loin mais se fait entendre

Idem pour le second, image un peu croppée

Idem pour le second, image un peu croppée

Un groupe de biches se rapproche
Un groupe de biches se rapproche

Un groupe de biches se rapproche

Suivi par un joli cerf au pelage foncé. Des images prises au 100D. Je deviens difficile avec le plein format mais forcé de constater que le piqué n'a rien à voir
Suivi par un joli cerf au pelage foncé. Des images prises au 100D. Je deviens difficile avec le plein format mais forcé de constater que le piqué n'a rien à voir

Suivi par un joli cerf au pelage foncé. Des images prises au 100D. Je deviens difficile avec le plein format mais forcé de constater que le piqué n'a rien à voir

Idem pour cette image en plongée avec ces deux biches suitées qui sortent juste en contrebas devant un cerf
Idem pour cette image en plongée avec ces deux biches suitées qui sortent juste en contrebas devant un cerf

Idem pour cette image en plongée avec ces deux biches suitées qui sortent juste en contrebas devant un cerf

10h30. Les animaux ont quitté la place et sont, soit plus haut dans les couloirs, soit plus bas dans la partie semi-boisée. Je décide d'aller me poster cent mètres plus bas sur un lieu de passage important avec une petite fenêtre. Je descends le plus discrètement possible et arrive à quelques mètres du lieu en question. Soudain, un raffut. Un animal m'a sans doute détecter juste en-dessous dans un bosquet. Je me mets en mode fantôme en attends, au cas où. En fait, c'est un cerf qui s'excite sur un bosquet. Et puis, il monte, je vois ses bois. Il vient droit sur moi et débarque à moins de cinq mètres. C'est hyper impressionnant. Une bien grosse bête. Je ne peux rien faire car suis contre un tronc sans aucun autre camouflage que ma veste bariolée. Il me voit et d'un seul coup, se retourne et pars dans un fracas de branches. On ne le reverra pas de sitôt. Je gagne la place où je comptais me poster et attends. J'observe au loin des animaux qui passent de temps à autre à découvert. Soudain, un raire. Tout près. Des biches arrivent. Le cerf est juste derrière. Ce sera l'image de la journée.

Descente vers le second affût avec une jolie vue d'un côté

Descente vers le second affût avec une jolie vue d'un côté

Le cerf qui s'approchera trop près

Le cerf qui s'approchera trop près

Des biches passent. Un raire derrière.

Des biches passent. Un raire derrière.

Quelle puissance ! L'animal me lance un regard. Il a bien identifié quelque chose d'anormal mais ne fuira pas.
Quelle puissance ! L'animal me lance un regard. Il a bien identifié quelque chose d'anormal mais ne fuira pas.

Quelle puissance ! L'animal me lance un regard. Il a bien identifié quelque chose d'anormal mais ne fuira pas.

Il reste à bramer dans les vernes et continue de se déplacer tranquillement derrière les biches

Il reste à bramer dans les vernes et continue de se déplacer tranquillement derrière les biches

L'arrivée du soleil ne calme pas les ardeurs. Voici un nouveau cerf en plein alpage.

L'arrivée du soleil ne calme pas les ardeurs. Voici un nouveau cerf en plein alpage.

Ou encore ce chamois

Ou encore ce chamois

En contrebas, une petite fenêtre pour apercevoir un autre cerf

En contrebas, une petite fenêtre pour apercevoir un autre cerf

Ca bouge dans tous les sens

Ca bouge dans tous les sens

Encore un !

Encore un !

13h30. C'est maintenant le grand calme. Je traverse la zone dans laquelle les animaux ont l'habitude de se remiser mais après les observations de la matinée, ils ne devraient pas y être et arrive sans encombres à l'endroit où je vais installer mon affût pour la fin de journée afin de varier les angles de prises de vues. Et c'est parti pour le farniente au soleil derrière le filet. L'occasion aussi de ranger le sac et faire sécher les affaires (le tarp notamment). Dès que la lumière déclinera, je n'aurai qu'à ranger le matériel photo et le filet et je pourrai partir afin de ne pas rentrer trop tard. Soirée qui sera finalement très calme. Seul l'habituel treize cors viendra timidement pousser quelques rots en lisière. Je plie un peu plus tôt que prévu et rentre peu après le coucher de soleil. Une belle expérience à renouveler l'année prochaine en cherchant d'autres postes d'affût.

Un endroit très prisé par les cerfs

Un endroit très prisé par les cerfs

Les problèmes de la focale fixe avec ce chamois qui passe à moins de dix mètres

Les problèmes de la focale fixe avec ce chamois qui passe à moins de dix mètres

Brève apparition du treize en fin de journée

Brève apparition du treize en fin de journée

A ce jour, je totalise cent-quarante heures de terrain cette saison. Il faut se donner les moyens pour rapporter de belles images. Je suis satisfait de ces sorties car les repérages ont payé et j'ai pu rapporter des images d'animaux évoluant dans leur (beau) milieu, d'animaux en action et quelques plans plus serrés. Il manquerait quelques photos de "familles". La saison n'est pas finie mais les jours durant lesquels les animaux donnent de la voix vont devenir plus sporadiques en raison de l'avance prise cette année. Un piège photo reste en place afin de suivre un endroit tout particulièrement et donner de précieuses informations sur l'évolution de l'activité. Avec les jours qui raccourcissent à vitesse grand V, on note déjà une augmentation des mouvements durant la période pré(post)-nocturne.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #brame du cerf

Repost0