Publié le 13 Juillet 2017

Nouvel affût (très) matinal sur un secteur favorable au loup sur lequel nous avions déjà essayé. Une heure après le lever du jour, ni loup, ni ongulé. La fois précédente, un accompagnateur italien semblant bien renseigné nous avait dit qu'en temps normal, les cerfs sont dans le secteur et qu'il avait observé trois jours auparavant une attaque de loup. Mais avec cette chaleur, les animaux sont soit plus haut en altitude, soit en forêt.

Des traces de loup de la nuit sur le sentier (par endroit poussiéreux) nous poussent à aller donner de la jumelle plus haut. Tout le long de la montée, nous suivons ces traces. Nous sommes donc sur la bonne route. Les ongulés sont là, par dizaines dans l'alpage.

Chardon bleuChardon bleu

Chardon bleu

Jeune pie-grièche écorcheur

Jeune pie-grièche écorcheur

Il est passé là cette nuit !

Il est passé là cette nuit !

Une des cabanes ("stazzo") du parc, fermée

Une des cabanes ("stazzo") du parc, fermée

Encore une trace du grand prédateur, un peu plus ancienne. La preuve qu'il passe souvent par ici !

Encore une trace du grand prédateur, un peu plus ancienne. La preuve qu'il passe souvent par ici !

Troupeau de biches

Troupeau de biches

Un autre

Un autre

Les yeux scrutent le moindre versant, le moindre vallon. Il faudra se résoudre une fois de plus à ne pas rencontrer le sommet de la chaîne alimentaire. En bouclant par le sommet puis par un autre versant moyennant trois kilomètres de route pour finir, nous continuons de découvrir les lieux et les sentiers des Abruzzes.

On ne montera pas plus haut

On ne montera pas plus haut

Autre cabane dans la redescente côté ouest sur Opi

Autre cabane dans la redescente côté ouest sur Opi

L'après-midi, alors qu'il fait chaud mais que des cumulus apportent enfin un peu de répit, nous faisons le tour de Villetta Barrea, le village des cerfs.

Biche cherchant la fraîcheur elle-aussi

Biche cherchant la fraîcheur elle-aussi

Nous apprenons l'existence d'un poste d'observation dominant une vallée régulièrement fréquentée par le loup et ne nécessitant que... deux minutes de marche. Nous allons y passer la soirée et pas mal de temps avant de rentrer. Au menu de ce soir, un beau coucher de soleil, du cerf, du sanglier, du renard...

Coucher de soleil depuis la zone d'affût

Coucher de soleil depuis la zone d'affût

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages, #animaux, #balade

Repost0

Publié le 12 Juillet 2017

Après une nuit où nous serons réveillés deux ou trois fois (mais à chaque fois fausse alerte - rappel : nous attendions l'ours), nous "affûtons" à nouveau à l'aube avant de partir en milieu de matinée pour une randonnée découverte sur le monte Rotondo et même plus haut.

A la mi-journée, une chaleur accablante nous force à redescendre. Même à 2000 m d'altitude, je n'ai pas souvenir d'avoir eu aussi chaud. L'arrivée dans la hêtraie est un soulagement. Les trois-cents dernières mètres (de dénivelé) en plein cagnard finissent de nous achever.

Petite photo de début de nuit (encore en crépuscule astronomique) alors que la Lune se lève et éclaire déjà les sommets

Petite photo de début de nuit (encore en crépuscule astronomique) alors que la Lune se lève et éclaire déjà les sommets

Lys orangé

Lys orangé

Cerf assailli par les mouches

Cerf assailli par les mouches

Sommet du monte Rotondo. A gauche, le lac de Barrea

Sommet du monte Rotondo. A gauche, le lac de Barrea

Le beau talweg sud-ouest

Le beau talweg sud-ouest

Baignade dans le lac au retour. Quelle chaleur !!!

Baignade dans le lac au retour. Quelle chaleur !!!

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages, #animaux, #balade

Repost0

Publié le 11 Juillet 2017

Après trois jours sur des sites de présence régulière du loup, nous décidons d'explorer plus en profondeur un secteur favorable à l'ours. Le circuit va s'improviser au fil de la journée en fonction du terrain.

Nous remontons d'abord un vallon qui contraste avec tout ce qu'on a vu jusqu'ici : une végétation verte et luxuriante ainsi qu'une fraîcheur exceptionnelle (les deux vont sans doute ensemble). La découverte d'une trace de passage d'ours (crotte de la nuit) est un grand moment car c'est assez excitant de savoir qu'un ours est passé ici même quelques heures avant vous. Nous nous installons dans le secteur et attendons...

A la mi-journée, il faudra se résoudre à rentrer sans l'avoir vu.

De belles clairières dans la hêtraie

De belles clairières dans la hêtraie

Apollon

Apollon

Du matos bien côté à l'argus :D :D

Du matos bien côté à l'argus :D :D

Cette plante qui ressemble à notre joubarbe aussi

Cette plante qui ressemble à notre joubarbe aussi

Il est là. Il s'est nourri de carottes, sans doute chipées sur les sites de nourrissage des ânes et des chevaux

Il est là. Il s'est nourri de carottes, sans doute chipées sur les sites de nourrissage des ânes et des chevaux

Il est passé par ici

Il est passé par ici

On est prévenu

On est prévenu

Ce site est régulièrement fréquenté par l'ours mais avec cette chaleur, l'activité est sans doute rapidement nulle en journée. A notre retour, nos informateurs nous apprennent que l'ours a été vu la veille à proximité d'une source et qu'à quelques kilomètres de là, il a sévi chez un revendeur de miel. Peut-être le même. En tous cas, un autre secteur assez favorable. Aubaine : la source est pile sur la limite du parc. Nous décidons de remonter en fin de journée et de passer la nuit sur place... Sans succès une fois de plus.

20h30. Encore une petite heure à attendre ; ensuite, il faudra se mettre dans le duvet. Ceci étant, avec la pleine Lune, si l'ours vient la nuit, peut-être le verrons-nous

20h30. Encore une petite heure à attendre ; ensuite, il faudra se mettre dans le duvet. Ceci étant, avec la pleine Lune, si l'ours vient la nuit, peut-être le verrons-nous

20h50. L'occident s'embrase

20h50. L'occident s'embrase

La nuit commence

La nuit commence

Même sans rencontrer l'animal convoité, ces moments restent de grands moments d'immersion avec la nature.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux, #paysages, #balade

Repost0

Publié le 10 Juillet 2017

Lever alors qu'il fait encore nuit mais la pleine Lune nous dispense d'utiliser la frontale. Une arête nous amène au sentier rejoignant la Meta depuis le monte Miele. Avant de gravir ce sommet prisé sur lequel des frontales redescendent déjà, nous faisons un aller retour au sud par le sauvage "sentier" menant à la Metuccia. Direction ensuite la Meta, pays du chamois des Abruzzes. Il ressemblerait comme deux gouttes d'eau au nôtre s'il n'y avait pas ces longues cornes.

Des biches nous fuient au lever du soleil

Des biches nous fuient au lever du soleil

Une ombre sur la crête

Une ombre sur la crête

Deux beaux chamois sous le sommet de la Meta

Deux beaux chamois sous le sommet de la Meta

Cache-CacheCache-Cache

Cache-Cache

Gros plans : adulte et éterlouGros plans : adulte et éterlou

Gros plans : adulte et éterlou

Lumière blafarde. Deux images qui auraient "pété" au lever du jour
Lumière blafarde. Deux images qui auraient "pété" au lever du jour

Lumière blafarde. Deux images qui auraient "pété" au lever du jour

Tout est dit

Tout est dit

Vue vers le sud sur le mont Tartaro

Vue vers le sud sur le mont Tartaro

La suite est assez cocasse. Nous décidons d'emprunter l'arête nord menant au mont Tartaro. Une magnifique chevauchée hors sentier mais facile, au milieu des chamois. Nous rencontrons deux Italiens à proximité de ce sommet, ayant eu la même idée que nous mais dans l'autre sens. Nous poursuivons sur l'arête est avant de descendre par la forêt en navigant à vue jusqu'à la voiture. Une longue "expédition sauvage" au milieu des cerfs.

Nous apprendrons par la suite que cette zone est totalement interdite. Ce blog relate ma vie en montagne ; il doit aussi retracer les erreurs. La carte dont nous disposions "Parco d'Abruzzo, Iter Edizioni" au 1:25000 ne mentionnait qu'une réserve intégrale à l'est du monte Marsicano. En réalité, il vaut mieux utiliser la carte "officielle" su parc (au 1:50000), ou en tous cas l'avoir en complément. Sur celle-ci, il est mentionné toute la partie du parc située en réserve dite intégrale et elle est importante. Dans cette réserve, l'accès est autorisé... mais uniquement sur les sentiers balisés. Une situation que nous ne connaissons pas en France puisque la seule véritable réserve intégrale (Lauvitel en Ecrins) est tout simplement exempte de passage humain (et n'occupe qu'un petit territoire). Avec un autre randonneur remontant hors sentier la vallée Lunga et faisant fuir tout le troupeau de biches (350 têtes !!!!!), nous étions donc cinq "hors-la-loi" ce jour-là. La question qui me vient à l'esprit est : serait-ce aussi des Italiens mal renseignés ou s'écarter des sentiers est-il toléré dans la mesure où l'on ne court pas après les bêtes ?

350 biches et cerfs en deux gros troupeaux (!!!) Du jamais vu par chez nous
350 biches et cerfs en deux gros troupeaux (!!!) Du jamais vu par chez nous

350 biches et cerfs en deux gros troupeaux (!!!) Du jamais vu par chez nous

Une vielle chèvre garde les cabris

Une vielle chèvre garde les cabris

Eterlous

Eterlous

Cinq cerfs et pas mal d'andouillers. Ils avaient l'air accablés par la chaleur

Cinq cerfs et pas mal d'andouillers. Ils avaient l'air accablés par la chaleur

Ce groupe-là a fini par nous repérer après de longues minutes d'observation

Ce groupe-là a fini par nous repérer après de longues minutes d'observation

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux, #randonnée sportive, #paysages

Repost0

Publié le 9 Juillet 2017

Premier jour véritable sur place. Le programme est chargé. Lever 3h30 pour être à 5h à l'affût (le soleil se lève trente minutes plus tôt que chez nous, orient oblige) sur une zone où le loup est observé régulièrement. Arrivés au parking, il y a déjà deux voitures. Autant dire qu'à cette heure-ci, ils ne peuvent avoir que le même objectif que nous. Nous rattrapons un groupe d'italiens fort sympathiques. Tout le monde sera finalement fort discret sur la zone en question, sur laquelle nous n'observerons pas le moindre animal.

Retour dans la vallée en milieu de matinée. Il fait déjà bien chaud. Une sieste plus tard et c'est parti en direction d'un bivouac sur le mont Miele, sommet à près de 2000 m d'altitude situé en limite du parc nationale dans lequel le bivouac est interdit. Proche de l'endroit convoité, après une montée forestière pas trop chaude (tout est relatif), nous tombons sur une carcasse. L'idéal pour attendre le loup. Durant cette longue attente, nous passons au crible le moindre pan de montagne aux jumelles. Les cerfs sont omniprésents. Nous en comptons plus de cent cinquante. Mais de loup point. Nuit fantastique à la pleine Lune.

Lever du jour sur une zone "à loup"

Lever du jour sur une zone "à loup"

Nico cherche activement... en vain

Nico cherche activement... en vain

L'après-midi, montée dans une magnifique hêtraie en direction de monte Miele

L'après-midi, montée dans une magnifique hêtraie en direction de monte Miele

Sommet de monte Miele lors d'un affût infructueux près d'une carcasse. Fin de journée et vue sur la Meta, le point culminant des lieux

Sommet de monte Miele lors d'un affût infructueux près d'une carcasse. Fin de journée et vue sur la Meta, le point culminant des lieux

Biches du soir. Nous sommes repérés

Biches du soir. Nous sommes repérés

Lever de Lune.

Lever de Lune.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux, #balade, #paysages

Repost0