Publié le 7 Février 2021

Tout le monde a pu voir les images de ce redoutable coup de sirocco donnant un air de fin du monde à nos montagnes. Si on y a bien droit de manière régulière, je n'ai pas le souvenir d'un phénomène d'une telle ampleur, en tous cas sur la neige.

Au passage, on se rappellera des 22 et 23 juillet 2009 qui resteront dans les mémoires. Le matin du 22, après une nuit déjà anormalement chaude, un fort effet de foehn se met en place. Le temps est couvert ; je me souviens d'une lumière jaunâtre et d'un air complètement saturé de poussières. Ce couvercle se poursuit toute la nuit et la station météo de Saint-Martin-d'Hères ne descendra jamais en-dessous de 31°C !!! Au petit matin, les habitants suffoquent dans des appartements surchauffés, déjà difficiles à supporter quand la température ne descend "que" dix degrés plus bas !!! Il faudra la mise en place d'une cellule orageuse en fin de journée du 23 pour mettre un terme à cette horreur. Ne cherchez pas de record dans les annales ; c'est Menton qui détient le record officiel (pourtant moins chaud) car les données enregistrent la température la plus basse de la journée (il me semble même entre 18h et 18h) et celle-ci sera redescendue en-dessous des 30°C en l'approche des orages du deuxième jour... Mais il est possible que cette nuit du 22-23 juillet 2009 à Grenoble soit la plus chaude jamais enregistrée dans l'hexagone sous notre climat actuel !

Rien de tout cela ce samedi, et même des températures qui n'avaient rien d'exceptionnel à Grenoble avec un maxi à "seulement" 12°C (vs 20°C mercredi dernier, déjà beaucoup plus remarquable pour un début février). En revanche, ça commençait à faire beaucoup plus mal en altitude : Chamrousse à 1800 m, accusait ce samedi d'une Tmin à 7°C et d'une Tmax à 9°C. Spectaculaire en plein hiver !

Mais le plus spectaculaire était cette remontée de sable du Sahara. Encore une fois, de mémoire, je n'ai pas le souvenir d'en avoir vu autant. Les skieurs y sont allés de leurs images, garanties sans effet sépia. Impressionnant ! Les commentaires ont été nombreux ; et se dire que tout cela n'est que passager avec l'arrivée de la neige qui redonnera un paysage de saison. C'est bien le cas ce matin puisque des précipitations modérées se produisaient à 1300 m d'altitude et étaient même amenées à s'abaisser.

Alors, oublié et seulement noté précieusement dans les tablettes cet épisode de sable ? Pas certain. Car si les chutes de neiges vont sans doute continuer à s'accumuler durant l'hiver, que va-t-il se passer ensuite ? A partir du mois d'avril, le bilan neige/fonte devient déficitaire à 1500 m d'altitude puis, au fil des jours, de plus en plus haut. Sur quelle neige allons-nous skier ? Comment sera le paysage ? Blanc ? Vraiment ? La neige fond, se transforme, se tasse. Mais le sable reste. Il finira toujours plus ou moins en surface. Aurons-nous des images de montagnes orange durant tout le printemps ? Cette "couverture" aura-t-elle un effet albedo ou absorbant ? Si une grosse épaisseur de pierres (sur un glacier) comme de copeaux de bois (pour garder la neige d'une station) a un effet protecteur par isolation, en revanche, une fiche couche sombre ne jouera pas ce rôle et, au contraire, se réchauffant plus vite, pourrait avoir un impact sur la fonte de la couche de neige qu'elle surmonte. Je m'en remets aux avis éclairés des spécialistes.

Pour finir, on notera la loi des vases communicants. De Noël à fin janvier, je constatais des températures proches des nôtres en Norvège, à altitude égale évidemment, alors que globalement, on a un "glissement" de l'ordre de 1000 m d'altitude : le froid était davantage centré sur nous. Mais depuis fin janvier et le changement de temps noté depuis ce jour, les choses se sont radicalement inversées. Si vous cherchez où est l'air froid, jetez un coup d'oeil sur le sud de la Norvège où les températures sont descendues bien bas, y compris sur la côte ouest. A Bergen par exemple, où les températures sont proches de celles de Grenoble entre mi-novembre et début février, le thermomètre est en permanence dans le négatif et descend fréquemment sous les -10°C sur cette période. Et des secteurs intérieurs qui piquent : Røros ou Grotli oscillent depuis une semaine entre -13°C au plus "chaud" de la journée et -36°C !! Et ce n'est pas parce que nous sommes sous des latitudes élevées qu'il fait normalement si froid : n'oublions pas que nous restons proche de l'Atlantique (mer du Nord) et donc, soumis aux effets réchauffants du Gulf Stream. La Norvège n'a rien à voir avec la Sibérie !

Chamrousse (Isère, France) le 6 février 2021

Chamrousse (Isère, France) le 6 février 2021

Chamrousse le 7 février

Chamrousse le 7 février

Vague de froid norvégienne

Vague de froid norvégienne

Vague de froid norvégienne
Vague de froid norvégienne
Vague de froid norvégienne

Vague de froid norvégienne

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #nivo-météo

Repost0

Publié le 2 Février 2021

Ce créneau s'annonçait très serré. Et plus on s'en approchait, plus il semblait improbable. Devant monter à Saint-Martin (d'Uriage), je tente quand même le coup tant qu'à être (quasi) sur place. La station de Chamrousse a appelé son domaine de ski (aménagé) "Mountain park". C'est également l'endroit le plus adapté (géographiquement parlant) pour essayer la nouvelle chaussure de la firme grenobloise Gignoux, basée à Saint-Martin. Cette chaussure se nomme justement la Mountain.

Alors, malgré la neige qui s'annonce fort mauvaise, je me trouve une bonne excuse pour monter là-haut. Bilan : il a plu jusqu'à plus de 2000 m puis reneigé, re-plu. Il faut cheminer dans 40 cm de colle. A la montée, la trace est faite ; en revanche, à la descente, sans le damage, c'est une catastrophe. Certains skieurs (sans doute d'un niveau moyen) redescendent à pied par moments...

Pour un véritable essai, on repassera, mais en attendant, voici un petit aperçu de cette chaussure :

- Coque en carbone, comme la Black et les Race, autres modèles de la marque.
- Chausson par Palau. A la différence de celui de la Black (pour la Race, c'est un bikini), il est plus épais, plus molletonné, plus confortable et sans doute plus isolant contre le froid. Sa durée de vie devrait également être meilleure. Il semble jouer un rôle supplémentaire (par rapport à celui de la Black) dans le maintien du pied pour la descente. Il ne dispose pas de semelle intérieure par contre.
- Laçage intérieur : serrage du coup du pied par cordon avec petit bloqueur ainsi que par un scratch. De ce fait, c'est un peu plus long à préparer qu'une chaussure classique où une fois qu'on a mis le pied dans les chaussons, on passe directement aux crochets.
- Serrage extérieur : le laçage intérieur remplace ainsi le collier inférieur. En revanche, l'unique collier supérieur de la Black est remplacé par un double collier permettant un appui plus marqué et situé nettement plus haut. Un petit bloqueur évite le glissement des deux languettes tibiales. A la descente, la Black était redoutable en torsion mais manquait d'appui frontal. Le changement est radical avec la Mountain ; on s'en aperçoit avant le premier virage. Elle devrait correspondre aux skieurs qui "envoient" en appui languette.
- Etanchéité totale grâce à une guêtre qui remonte très haut, bien plus haut que sur n'importe quelle autre chaussure. Ce point était insuffisant sur les Race et perfectible sur la Black.
- Passage montée/descente par simple abaissement de levier. Le levier est fixe mais on peut choisir l'inclinaison (deux réglages) et demander de faire monter un levier dynamique. Idem Race et Black
- Inserts Low-tech évidemment, compatibles Ultimate 3 à l'avant (biseautés).
- 740 g par pied (vs 600 g pour une Black et 500 g pour les Race).
- 1850€ TTC, livraison UE

A noter qu'il est tout à fait possible de l'essayer. Contact : https://pierregignoux.fr/produit/mountain/

Ne pas se fier aux images : neige ultra lourde quasi inskiable
Ne pas se fier aux images : neige ultra lourde quasi inskiable

Ne pas se fier aux images : neige ultra lourde quasi inskiable

Combo léger descente : Gignoux Mountain + Dynastar F-Team (89 au patin) + Gignoux U77
Combo léger descente : Gignoux Mountain + Dynastar F-Team (89 au patin) + Gignoux U77
Combo léger descente : Gignoux Mountain + Dynastar F-Team (89 au patin) + Gignoux U77

Combo léger descente : Gignoux Mountain + Dynastar F-Team (89 au patin) + Gignoux U77

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #matériel, #ski-glisse

Repost0

Publié le 1 Février 2021

Ils ont bien bossé ces plâtriers. Aussi bien qu'en janvier 2018. C'était déjà bien visible sur les sommets autour d'Allevard mais encore mieux depuis le Grésivaudan avec les lumières de l'après-midi.

Images faites avec le 100-500 RF.

Plâtre
Plâtre
Plâtre
Plâtre
Plâtre
Plâtre
Plâtre
Plâtre
Plâtre
Plâtre
Plâtre

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #paysages

Repost0

Publié le 31 Janvier 2021

Elle n'avait pas été anticipée. C'est finalement le bulletin de samedi qui laissait entrevoir cette belle fenêtre. Avec les températures qui allaient rapidement remonter en journée, il fallait être réactif dès le matin. Ce ne fut globalement pas le cas si j'en crois mon arrivée à 9h30 sur ce sommet fréquenté, sans la moindre trace.

La tactique du jour concernait également (et surtout) le risque d'avalanche. Pour éviter de se casser la tête (voire les dents), il suffisait de rester sous 2200 m et d'être vigilant dans les pentes dépassant les 30-35 degrés. Par ces conditions, je m'abstiens de les remonter et ne traîne pas en descente, en évitant les sections raides trop soutenues.

Me revoici donc sur Allevard. En même temps, le ski y est tellement bon... Sans oublier que pour la qualité, il fallait aussi rester au-dessus de 1500 m et donc, éviter la majorité des départs du Dauphiné, souvent bien bas.

Des rencontres sympathiques, quelques animaux (chamois, lagopède...) et de belles courbes avant le réchauffement de la mi-journée, et le tempête prévue le lendemain.

Ephémère fenêtre
Ephémère fenêtre
Ephémère fenêtre
Ephémère fenêtre
Ephémère fenêtre
Ephémère fenêtre
Ephémère fenêtre
Ephémère fenêtre

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #ski-glisse

Repost0

Publié le 27 Janvier 2021

Il n'aura pas fallu bien longtemps pour voir en direct la réalisation des prévisions de la veille. Départ de la maison à 13h30 ; il semble neiger sur Belledonne mais pleuvoir sur la Chartreuse. Lorsque je dépose les filles au foyer de fond du Barioz à 1400 m, c'est un crachin breton qui s'invite. Fort heureusement, celui-ci ne dure pas. Je redescends poser la voiture au col du Barioz quelques 300 m de dénivelé plus bas et monte au pas de course pour les rattraper. Avec la température et l'humidité ambiante, le t-shirt est à tordre. Je les rejoins sous le petit mur vers 1700 m et nous terminons ensemble l'ascension du Grand Rocher sous une petite neige humide mais avec une bonne visibilité et, chose rare ici, absolument seuls.

Le haut de la descente est plutôt bonne mais la neige commence à s'humidifier et sous 1700 m, ça colle un peu. Fort heureusement, avec les nombreux passages de la veille sur cette course ultra classique, la suite est complètement damée et le ski restera très agréable jusqu'en bas. 

16h au col du Barioz. Encore une jolie petite sortie pour elles. Leur premier "demi" Grand Rocher seules (la seconde moitié avec leur père donc) et vraiment seules (car la montagne était pratiquement vide d'humains) et une descente presque deux fois plus longue que la montée. Voici qui achève leur première partie de saison avec tout pile dix sorties à skis de randonnée. Tout en étant très modestes, ces sorties auront mis en évidence leurs progrès :
- Rythme "client" (ou "Toponeige") de 400 m/h en montée arrêts compris, sur des profils au demeurant peu raides.
- Bon ressenti au niveau accroche des peaux dans les passages raides
- Geste de la conversion (amont) efficace en cours d'acquisition
- Manip' rapide acquise : levier, talonnière, peau, chaussage
- Appropriation des neiges profondes

Juste à temps
Juste à temps
Juste à temps
Juste à temps
Juste à temps

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #ski-glisse

Repost0