Publié le 14 Juin 2021

Depuis une semaine, on peut enfin légalement profiter des couchers de soleil en montagne. Celui-ci était fort joli, du haut de l'échine du Grand Rocher et face au Mustagh Ata local. Légalement, tant il est vrai que le couvre-feu du soir et encore plus celui du matin ne semblent pas respectés par les "montagnards", sans compter les dérogations des uns et des autres. Notre activité demeure trop marginale pour que nos politiques aient pensé l'intégrer dans leurs mesures. La faute également aux montagnard eux-même, non regroupés en une fédération solide comme le sont les chasseurs par exemple. Car "faire de la montagne" est tout autant (voire davantage) d'utilité publique que la chasse (autre débat : la chasse est-elle vraiment d'utilité publique ?). "Faire" de la montagne nous apporte un équilibre mental, un bien-être intérieur, un entretien physique, le tout, in fine, permettant de lutter plus efficacement contre les maladies et donc, favorable à tous de par l'allègement des contraintes sociales financières : assurance maladie, suivi de dépressions...

La lutte contre le coronavirus aura échoué sur au moins un point : celui de démontrer qu'être heureux, faire les choses qu'on aime faire ou encore prendre soin de son corps, étaient des facteurs importants de lutte contre cette nouvelle maladie. On aura désigné, au moins pour un temps, les libraires facultatives mais le Mac Do' indispensable. On aura autorisé la concentration dans les grandes surfaces commerciales mais interdit la dispersion dans la nature. Faute de mettre en place une formation, une information mais aussi un véritable contrôle des mesures sanitaires, on aura interdit de nombreuses choses qui n'auraient, au pire rien changé, au mieux, joué un rôle dans la lutte contre la maladie. Contre ce virus mais aussi contre d'autres maladies : cardio-vasculaires, cancers...

En attendant la suite des événements, on peut "voyager" officiellement dans nos montagnes jusqu'à 23h (enfin, heure de retour chez soi - à noter le coucher de soleil à 21h30 au solstice d'été dans nos Alpes). Et si on ne souhaite pas braver la loi, s'y poser et y dormir. C'est la bonne période pour fuir les chaleurs de la vallée.

Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu
Couvre-feu

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #humeur, #paysages

Repost0

Publié le 13 Juin 2021

C'est reparti pour un tour. Nous voici sur le granite des Sept-Laux avec François... quelques idées dans la poche. La première est abandonnée car... des plaquettes sont déjà en place. La seconde également car le pilier convoité nous est apparu trop décousu. L'art de porter les plaquettes et le perfo pour rien mais cela fait intégralement partie du "jeu".

Mais qu'est-ce que le coin est beau. A défaut d'informations nouvelles, en voici d'anciennes : voici le secteur équipé l'automne dernier. D'ici la fin du mois, on devrait pouvoir y aller sans marcher dans la neige. Et en voici sur les conditions d'accès : ce jour on trouvait encore de la neige dans le "cul de la vieille", nécessitant de passer parfois à côté du chemin (des randonneurs peu à l'aise) et sur le plateau, on trouvait de la neige presque en continu à partir du refuge. A noter la débâcle des lacs qui commence mais on a encore un peu de temps. Patience patience ; avec les chaleurs en cours, on devrait bientôt pouvoir y aller pieds au sec.

Exploration et accès
Exploration et accès
Exploration et accès

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #escalade-alpi

Repost0

Publié le 12 Juin 2021

Voici un bien bel oiseau de nos montagnes, très peu connu du grand public. Autrefois appelé merle de roche, sans doute de par sa ressemblance - forme, dimensions, chant - avec le merle noir ou les grives, il a désormais pris un dérivé de son nom scientifique "Monticola" afin d'être détaché de ce rapprochement car il fait partie de la famille des muscicapidés qui regroupe entre autres les gobemouches, rossignols, rouges-gorges, rouges-queues, tariers, traquets...

Le monticole de roche est essentiellement insectivore et vit dans les pentes ensoleillées de nos montagnes, à proximité de la roche. Il aime se percher sur un promontoire bien en vue pour chanter. Ses couleurs sont chatoyantes. 

Voici donc un petit album de cet oiseau, fidèle à ma façon de faire, i.e. replacer l'animal dans son biotope

Le monticole de roche, mâle
Le monticole de roche, mâle
Le monticole de roche, mâle
Le monticole de roche, mâle
Le monticole de roche, mâle
Le monticole de roche, mâle
Le monticole de roche, mâle
Le monticole de roche, mâle

Le monticole de roche, mâle

Le lever de soleil du jour
Le lever de soleil du jour

Le lever de soleil du jour

D'autres observations : hirondelle de rocher et traquet motteux
D'autres observations : hirondelle de rocher et traquet motteux
D'autres observations : hirondelle de rocher et traquet motteux
D'autres observations : hirondelle de rocher et traquet motteux

D'autres observations : hirondelle de rocher et traquet motteux

Quelques fleurs du jour : primevère hirsute, narcisse des poète, anémone pulsatille
Quelques fleurs du jour : primevère hirsute, narcisse des poète, anémone pulsatille
Quelques fleurs du jour : primevère hirsute, narcisse des poète, anémone pulsatille

Quelques fleurs du jour : primevère hirsute, narcisse des poète, anémone pulsatille

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #paysages, #animaux, #Grandes Rousses

Repost0

Publié le 11 Juin 2021

Il aura fallu attendre le 11 juin pourvoir la première fois la température dépasser les 30 degrés en plaine en 2021. D'après les données de la station météo du Versoud (depuis 2008 incluse), c'est la 4è date la plus tardive en 14 ans. Si on regarde la température maximale atteinte au mois de mai, 2021 arrive en deuxième place pour la température maximale la plus basse.

Rien d'exceptionnel mais un constat que j'accueille avec grand plaisir pour les raisons suivantes :
- En ces temps de réchauffement climatique (a priori) anthropique, j'accueille avec satisfaction toute période qui calme un peu le jeu.
- L'enneigement est encore assez conséquent en montagne (tout au moins dans les Alpes du nord) à partir de 2000-2200 m : non pas que j'aie encore envie de faire du ski mais cela permet de ralentir la venue de l'été et de profiter plus longtemps du magnifique printemps en montagne en jouant sur les altitudes fréquentées. Au-delà de ces considérations personnelles, cela permet aux glaciers de souffler un peu, pour le moment.

Car rien n'est joué et un été de type 2003 ou 2018 pourrait rendre cette avance totalement caduque. Et dernier point : ce que nous considérons comme une avance (ou un retard selon le point de vue) rentre in fine pile dans la norme climatique de la fourchette 1981-2010 d'après Météo France, preuve aussi que notre esprit s'habitue au réchauffement.

Pour finir, une image vaut parfois mieux que des mots : la limite de l'enneigement à ce jour en Belledonne nord depuis le Grand Rocher : inutile d'aller au-delà de 2000-2200 m en Belledonne pour randonner en baskets, sous peine de patauger sur les névés et surtout, de risquer des glissades dangereuses dans ce terrain (trop) raide.

Premier 30
Une belle journée se profile sur la dent de Crolles.

Une belle journée se profile sur la dent de Crolles.

Ce jeune rouge-queue profite aussi d(e s)es premiers beaux jours
Ce jeune rouge-queue profite aussi d(e s)es premiers beaux jours
Ce jeune rouge-queue profite aussi d(e s)es premiers beaux jours

Ce jeune rouge-queue profite aussi d(e s)es premiers beaux jours

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #balade, #nivo-météo, #animaux

Repost0

Publié le 10 Juin 2021

Je suis un peu moins présent sur le front du suivi des grands mammifères à travers les caméras automatiques mais je ne lâche pas le morceau. Je laisse le matériel "travailler" sans trop intervenir. Celle-ci n'avait pas été relevée depuis fin mars. Elle aura permis de montrer toute la richesse de cette clairière de Belledonne avec de belles surprises. Et la preuve que toutes les personnes qui trouvent une caméra ne sont pas des voleurs : dans une vidéo, c'est un enfant qui tombe sur l'objet pourtant très bien camouflé (des dizaines de passages parfois très près sans qu'elle ait été détectée) et qui le montre à son père. Ce dernier lui explique tranquillement le rôle du matériel, fait quelques signes puis disparaît avec sa famille en expliquant qu'une fois le calme revenu, les animaux viendront sans doute devant la caméra.

Loups

Loups

Lièvre variable

Lièvre variable

Chevreuil pourchassant un renard

Chevreuil pourchassant un renard

Marcassins

Marcassins

Cerf en refait

Cerf en refait

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #Belledonne, #animaux, #loup

Repost0