Publié le 5 Août 2011

Le Grand et le Petit Bréchon, improprement appelés les Gillardes par les grimpeurs dominent la vallée de la Souloise, côté Isère. Plus grande falaise calcaire de France avec la tête d'Aval (Hautes-Alpes) et la Croix des Têtes (Savoie), ces deux parois dominent le cours d'eau de la Souloise à l'aplomb des sources des Gillardes (d'où le nom donné par les grimpeurs).2011-08-4433---copie.JPGC'est ici, au pied de ces parois mythiques, que notre petite troupe chemine tout simplement pour une balade en famille. Depuis la Posterle, il faut 1h30 pour rejoindre les sources, par un magnifique sentier, tantôt rive gauche, tantôt rive droite.

2011-08-4414---copie.JPG  2011-08-4407---copie.JPG

 

Ainsi avec Emie, Stella et Val, nous avons répondu à l'invitation des Catalan & co. pour une belle journée en Dévoluy. Le cadre est superbe et les passages en balcon sécurisés au maximum. Une formalité pour Stella. Même Emie aura fait quelques pas sur une portion plate et sans relief.

2011-08-4439---copie.JPG 2011-08-4422---copie.JPG

 

Le paysage, l'accueil chaleureux, la tourte aux cèpes (tiens tiens ils en ont trouvé, va falloir que j'aille prospecter dans mes coins) : merci pour cette belle journée en plein air. On aura même évité les averses qui finiront par atteindre la paroi, en espérant qu'il n'y ait personne dedans.

2011-08-4447---copie.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade

Repost0

Publié le 4 Août 2011

C'est pas nous, c'est pas nous ! Le "vrai" loup ne nous effraie nullement. "Le grand méchant loup" des Trois Dames non plus. Mais de quoi parle-t-il se dit peut-être l'internaute ?2011-08-4306---copie.JPGA en voir le casque posé sur le sac à dos de Candice, les choses commencent à s'éclaircir. S'agirait-il encore d'escalade ?

2011-08-4299---copie.JPGDe face, plus de doute avec la corde. Il s'agit bien de grimpe et c'est vers le massif de Belledonne que nous nous dirigeons, plus précisément dans sa partie nord où justement, le loup est réapparu depuis maintenant plus de 15 ans, faisant la une des journaux en 2000 lorsqu'on l'avait retrouvé pendu à une corde (était-ce une corde d'escalade ?) devant le Casino d'Allevard.

2011-08-4312---copie.JPG  2011-08-4324---copie.JPG


Mais revenons à nous moutons (pas ceux que le loup convoite). Pour aller à la face sud des Trois Dames, sommet satellite des Grands Moulins, l'approche normale se fait par la Maurienne. Mais une étude de la carte nous montre que ce n'est pas plus long depuis le Grésivaudan et que le retour si l'on fait la traversée des arêtes est même plus rapide. Alors, comme en plus, on gagne du temps, des kilomètres et qu'on évite le péage de l'autoroute de la Maurienne, on n'hésite pas une seconde. 1h30 après être partis et avoir franchi le col de la Frêche, l'objectif se dévoile enfin.

2011-08-4335---copie.JPG 2011-08-4340---copie.JPG

 

Après une première longueur facile (5a), on entre dans le vif du sujet. Candice se colle au pas de 7a dans lequel le beau granit de cette partie du massif n'est pas sans rappeler celui de la tête de la Maye en Oisans. Le vide se creuse peu à peu dans L3 (5c au lieu du 6a annoncé à notre goût). Manu Pellissier qui a ouvert cette voie nommée "le grand méchant loup" avec Julien Rofforino il y a à peine un mois (serait-ce la première répétition ?) est un fort grimpeur de la Maurienne. Pourtant, nous aurons tendance à descendre d'un cran chaque cotation annoncée sur le papier relayé par Xavier Dorel sur son site Belledonne38.

2011-08-4341---copie.JPG 2011-08-4349---copie.JPG

 

En arrivant au R3, la vue devient vraiment dégagée sur le petit ensemble du pic du Frêne, un des hauts sommets du massif. Dans L4, là encore, nous pensons que la longueur ne vaut "que" 6a+, voire peut-être même 6a au lieu du 6b annoncé. Le granit reste très bon la plupart du temps mais attention à quelques feuillets fragiles. En second, deux me partiront sous les pieds.

2011-08 4355 - copie 2011-08 4361 - copie

 

L5 est annoncée 6c. Je pense que ça va envoyer dans le gros mur rouge finalement, ça enchaîne bien et ce n'est sans doute "qu"'un bon 6b. c'est en tous cas le plus beau passage de la voie, légèrement déversant mais avec toujours de bonnes prises si on se place bien.

Ici les longueurs sont surtout exigeantes par leur longueur, très dans le style de l'ouvreur. Certaines font 50 m, rarement moins de 40 m. Aussi, si sur le papier il n'y a "que" six longueurs, la voie fait 250 m pile poil et c'est aussi long qu'une grande voie à Presles dans laquelle on aurait 10 ou 12 relais.2011-08-4368---copie.JPGL'ultime longueur est facile (5a) mais ne comporte que 3 points. Si l'équipement est béton dans le 5c et au-delà, il faut s'attendre à engager quand c'est facile. Ici, on n'est pas en école d'escalade. Cette voie se mérite, bien qu'elle ne soit pas très difficile, pas très soutenue.

2011-08 4377 - copie  2011-08 4386 - copie

On termine par la traversée des arêtes : une toute petite heure à cheminer sur du rocher un peu délicat et des pentes herbeuses mais jamais difficile (3b max) et avec un rappel de 25 m. Tout ça se fait bien à corde tendue jusqu'aux sommet des Grands Moulins où le brouillard nous rattrape. Et c'est tant mieux car on évitera toute chaleur sur le chemin du retour, bien qu'on ne dédaignera le point d'eau du chalet de la Perrière pour refaire le plein.

En résumé, une jolie petite course de montagne dans une ambiance sauvage qui redonne de l'intérêt à cette activité dans le nord du massif. Merci aux ouvreurs.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0

Publié le 3 Août 2011

Voici un an jour pour jour que ce blog a pris le relais de l'ancien site qui, lui, date d'août 2000. Je me souviens des premières connections avec des fils partout, dans ma maison de St-Bonnet-en-Champsaur. Et quelle lenteur à 33600 ! Tout ça n'a que dix ans. Quelle évolution !

Un jour de temps gris, une grosse flemme (si si ,ça m'arrive !). Alors une petite image qui résume bien ce que j'aime : un itinéraire sauvage vertigineux, le rocher pour l'escalade, deux "bébettes".

25.jpg

 

Il ne manque que la neige. Alors la voici, dans un massif que j'apprécie particulièrement, pour tout un tas de raisons.01.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Repost0

Publié le 2 Août 2011

2011-08-4293---copie.JPG2011-08-1552---copie.JPGChaque année depuis maintenant 3 ans, je me réserve quelques bivouacs en famille. Parfois tous les 4, parfois avec seulement la grande, souvent avec des amis venus eux-aussi en famille. Cette fois, c'est une première : je serai le seul adulte avec mes deux filles. Etant donné que la petite ne marche pas (ou alors pas longtemps sur un sentier plat et facile), je dois donc trouver un site proche de la voiture, accessible facilement, et me farcir un bon gros sac. Celui-ci accuse 26 kg sur la balance, avec, il est vrai, quelques éléments non indispensables comme le trépied.

L'endroit choisi est l'alpage du Charmant Som en Chartreuse. Après cinq minutes de marche sur le chemin, Emie refuse de poursuivre dans l'herbe bien qu'il n'y ait pas de difficulté particulière. Je dois passer en mode "sur les épaules", le chargement atteignant d'un coup d'un seul le PTAC de 37 kg. Heureusement, le replat choisi et connu par avance n'est pas loin.

Première étape : le montage de la tente qui devient l'objet de tous les jeux pour les plus petits.2011-08-1557---copie.JPGLe repas du soir face au seigneur de la Chartreuse vaut ses trois étoiles. peut-être pas pour la qualité gastronomique (encore que : pâtes bio + parmesan, saucisson, fromage, abricots) mais pour le décor dans lequel il se déroule.2011-08-1560---copie.JPGDe l'autre côté, le sommet du Charmant Som (son antécime exactement), but d'une randonnée digestive : la grande galope de ses propres ailes, la petite sur les épaules du papa. Dommage pour la lumière et le coucher du soleil : ce ne sera pas du grand spectacle.2011-08-1586---copie.JPGA la descente, nous passons non loin d'un troupeau de tarines qui me donneront un peu de boulot la nuit. En effet, les filles sont contentes de voir des vaches mais à condition qu'une distance suffisante soit respectée. Aussi, quand en pleine nuit, les cloches tintent à dix mètres de la tente, je préfère sortir pour les faire s'éloigner, plutôt que de risquer un réveil brutal des filles.2011-08-1548---copie.JPGAu réveil, un fort vent du sud s'est levé. En une heure à peine, la tente a séché alors que la rosée s'y était vraiment accumulée (nuit claire, +7°C au petit matin). Avec +12°C au mini à l'intérieur de l'habitacle, c'était parfait pour dormir sans avoir ni chaud ni froid.2011-08-1640---copie.JPGLe petit dej se déroulera dans la tente. Heureusement qu'on a fait le sommet la veille au soir car ça souffle vraiment fort là-haut.2011-08-1646---copie.JPGLa matinée passe tranquillement dans les alentours de notre campement puis se termine par un peu de marche jusqu'au parking des bergeries.2011-08-1667---copie.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade

Repost0

Publié le 31 Juillet 2011

La petite dalle, c'est le nom d'un secteur d'escalade du côté des gorges de Crossey dans l'ouest de la Chartreuse.

1.JPG 2.JPG

 

Après une marche un peu abrupte pour Stella (Emie est plus confortable dans le porte-bébé), nous arrivons avec Val au pied de la falaise, la plus haute du secteur 1 des gorges. L'organisation commence à être rondement menée. J'installe une moulinette sur une voie praticable, ainsi qu'une stat' à côté sur laquelle je peux m'auto-assurer en étant libre de mes mouvements pour aider si besoin la jeune grimpeuse pleine d'enthousiasme.

3.JPG  4

 

La voie la plus adaptée est dénommée "captain crochet". Un 3 facile sur une douzaine de mètres de hauteur. Pour les plus petits, on trouve toujours de quoi faire au pied de la barre.

5.JPGDu relais sommital, la vue est bien dégagée sur le petit plateau située au sud du pont Demay. On y voit très bien la petite route menant à la cascade de la Pissarotte, visitée en famille quelques jours auparavant. Les relais sommitaux étant situés au même niveau et juste au-dessus d'une vire confortable, on peut y installer une petite via corda permettant aux enfants de découvrir la progression sécurisée sur corde fixe.6.JPGAprès de telles activités, tout le monde a "la dalle". Le pied des voies, relativement spacieux, est alors prétexte au pique-nique, avant une dernière activité ludique mise en place : la tyrolienne.

7.JPGEncore un bon moment en famille sur un site fort sympathique où la température du jour était parfaite.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0