Publié le 20 Février 2011

P1130773.jpgAprès une journée brunch et guitare chez Fred et Isa sur les hauteurs de Saint-Martin-d'Uriage, je décide de mettre à profit l'arrêt de la pluie de la fin de journée pour rentrer  en baskets à la maison à Grenoble. Une bonne quinzaine de kilomètres en courant sur un terrain un peu gras mais de quoi entretenir la forme. Je suis descendu d'abord à St-Martin puis au Sonnant avant de remonter à Villeneuve et de gagner le Mûrier. Dans la descente vers SMH, de vieux skis de randonnée Yéti (ancêtre de ma première paire qui datait de 1990) en guise de banc semblent attendre infiniment la neige. Cette saison, il faut dire qu'elle se fait désirer. Enfin, aujourd'hui, maigre consolation, le cumul tombé sur le massif de Belledonne se situe aux alentours des 20 cm à Chamrousse. On attend la suite.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive

Repost0

Publié le 19 Février 2011

biche_2.JPGPetite sortie ce matin sur un site d'hivernage d'ongulés en Vercors. Pour la première fois, je tombe sur un gros cerf, un beau 14 cors mais je ne réussirai pas à en sortir une seule image. Il va falloir surveiller l'endroit car on risque de l'y retrouver. En attendant, j'ai observé plusieurs groupes de biches qui broûtaient paisiblement au lever du jour au milieu des prairies givrées (il faisait - 10°C).bicheLes images ne sont pas démentes et bruitées mais le plaisir de l'observation est intact d'autant que pendant toute la durée de ma balade, tous les animaux observés l'ont été dans la quiétude.biche 1

Cette période de fin d'hiver/début de printemps qui va commencer et qui dure deux bons mois est une période faste pour l'observation des ongulés.


Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #animaux

Repost0

Publié le 15 Février 2011

P1130770.jpgSortie hebdomadaire de ski scolaire ce mardi pour constater le cache-misère tombé sur les stations de l'isère comme ici au Collet-d'Allevard : la LPN (limite pluie-neige) se situait à 1300 m d'altitude ; on relevait 5 cm de fraîche au Super-Collet (1600 m) et 10 cm au sommet des Plagnes (2100 m), ces derniers inégalement distribués par les bourrasques de vent. Les Hautes-Alpes semblent un peu mieux gâtées (mais pas de quoi s'exciter) avec le double au moins à Orcières-Merlette mais demain, ce sont surtout les Alpes frontalières (encore le Queyras) et surtout l'Italie qui devraient bien être arrosées.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #nivo-météo

Repost0

Publié le 14 Février 2011

2011-02 1906 1Cela fait quelque temps que j'ai acquis une fixation de skis ultra-légère : la Plum 145 de Felisaz. Après quelques journées d'utilisation, voici ce que j'en retire.
- Le poids est conforme à celui annoncé par le fabricant : j'ai pesé 283 g pour les 290 g annoncés. C'est assez rare pour être signalé, poids auquel il faut toutefois rajouter celui des vis ce qui rajoute entre 30 et 40 g.
- Le système de fixation est pratique et je chausse plus facilement qu'avec une TLT Speed : quasi aucun raté et en plus, c'est automatique donc pas besoin de se baisser pour verrouiller. En contre-partie, il n'y a pas de sécurité à la descente mais ça je le savais : en cas de chute, la fix n'est pas censée déchausser.
- Le système arrière est bien conçu. Pas besoin de tourner la talonnière pour passer du mode montée au mode descente : il suffit de relever un petit locquet et hop le tour est joué. Je n'ai pas eu de déchaussage accidentel tout en attaquant un peu. Le réglage arrière annoncé à 7 DIN semble donc convenir à un skieur de mon gabarit (174 cm pour 65 kg).
- La talonnière, contrairement à celle de la LT race, comporte un cran à 90° lorsqu'on la fait pivoter si bien qu'on peut l'utiliser sans cale pour les longs plats que l'on peut trouver dans certaines traversées. C'est appréciable. Toutefois, avec une chaussure TLT5, la semelle à l'avant ne vient pas épouser parfaitement la fix et lorsqu'on est en position sans cale, elle (la semelle) vient écraser l'étrier et ça force un peu. Le skieur ne sent rien mais à la longue, cela attaque le caoutchouc de la semelle. A surveiller.
- Je ne me suis pas encore tout à fait adapté à la talonnière basse (36 mm contre 50 pour une TLT) mais avec le débattement de la chaussure, on s'y fait bien. Il faut éviter toutefois d'avoir à tracer raide dans la profonde. De toutes façons, je n'ai pas acheté ce matos pour faire de la grosse neige, j'ai d'autres skis pour ça.
- En montée, reste un problème que je n'ai pas résolu. En cas de zipette, si le dessus de la chaussure vient à se mettre à 90° par rapport au plan de la pente, elle vient toucher la butée et au moindre petit choc, provoque l'écartement de l'étrier et le déchaussage. J'ai eu 5 déchaussages intempestifs en 4 sorties ce qui est beaucoup trop, l'un m'ayant valu quelques mètres de descente pour aller récupérer mon ski. Il semble que ce problème soit récurrent et le fabricant devrait s'y pencher. J'espère ne pas perdre mon matériel à cause de ça vu qu'evidemment, je n'utilise ni lanières ni même mousqueton pour assurer un lien entre le ski et le skieur, lien qui nuit à la facilité des manips. Ce dernier point est le seul défaut noté mais j'avoue qu'il m'inquiète un peu. A suivre.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #matériel

Repost0

Publié le 13 Février 2011

2011-02 1906Deuxième jour d'un week-end repos. Je m'accorde trois petites heures pendant la sieste de ma fille, en début d'après-midi, pour aller traîner mes spatules du côté des Contamines-Montjoie. La montée au Monthieu depuis la Frasse est chaotique, ponctuée de nombreux déchaussages dans la forêt là où la neige fait cruellement défaut, souvent remplacée par des plaques de glace difficiles à gérer à pied. Je parviens toutefois au sommet après avoir remonté la face ouest intégralement skis aux pieds. Les nombreux déchaussages sur plus de 300 m de dénivelé dans l'épaisse forêt de résineux ne m'enchantant guère, j'entame une traversée d'arête facile pour trouver l'entrée d'un couloir sud qui, moyennant quelques mètres de dry-skiing sur l'herbe, me permet de rejoindre le bas de la descente d'Armancette en excellente neige de printemps. Il me faut quand même déchausser sur 100 mètres dans le goulet de sortie déneigé comme au mois de mai mais c'est moins pire que par là où je suis monté. Quelques plaques de glace vive à négocier skis aux pieds plutôt qu'en chaussures, trois ou quatre micro-déchaussages, du ski technique sur un sentier gelé et me voilà de retour à la case départ pour une descente certes agréable mais pas du tout de saison. On aurait presque pu réaliser la boucle à pieds mais quand même, ça reste de loin préférable avec les skis. Pourvu que les perturbations de la semaine à venir ne soient pas poudre aux yeux parce que là, ça devient critique !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0