Publié le 5 Mai 2011

2011-05 2624 - copie2011-05 2621 - copiePour conclure une belle journée en Vaucluse, rien de tel qu'un petit trail sauvage. Le départ se fait du petit village de Venasque où un large chemin m'amène au sud dans le lit du Rieu où je récupère le GR91. Le sentier est magnifique, d'abord au milieu des genêts en fleurs puis dans le lit du ruisseau qui est à sec. Cela n'empêche pas le décor d'être splendide au beau milieu d'une chênaie.

 

Je poursuis sur le GR jusqu'à la citerne DFCI de Chinardon où démarre un sentier hyper sauvage qui descend la combe du Diable. Des traces de VTT attestent que le coin est connu par d'autres ce qui est amplement justifié.

2011-05 2626

Je rejoins alors le lit de la Nesque, importante rivière du nord Lubéron elle-aussi à sec. Je suis le lit vers l'aval en courant au milieu de cailloux et en passant dans un splendide défilé.

2011-05 26272011-05 2628

Le décor est là encore très sauvage : des grottes suspendues, des aiguilles de calcaire, des oiseaux qui crient, tout ça dans une fraîcheur relative, entretenue par le côté encaissé de ces lieux et par le petit orage qui a sévit à mon départ.

Je continue sur la rive droite jusqu'à ND-de-Vie puis vers le sud jusqu'à l'ancienne chapelle St-Siffrein avant de remonter à Venasque à 25 m/min : 100 m de dénivelé seulement mais de quoi faire monter un peu le coeur dans cette jolie balade d'environ 12 ou 13 km et 300 m de dénivelé. A faire, en courant, en marchant, à vélo, etc

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive

Repost0

Publié le 5 Mai 2011

2011-05 2568 - copie

2011-05 2575 - copie2011-05 2581 - copieIl y a bien des années que je n'y étais pas venu. Ce secteur magnifique du sud de la France se doit d'être connu de n'importe quel grimpeur. Pour la reprise avec l'activité pour Val, nous avons choisi une voie tout à fait adaptée : équipement irréprochable (presque trop !) sur scellements, voie peu soutenue, longueurs assez courtes pour la communication, vues panoramiques...

"La petite Emeline" est située versant nord (parfait quand il fait un peu chaud) de la chaîne de Gigondas, à droite de la brèche de la Posterle. La première longueur est parfaite pour s'échauffer : du 3 bien prisu.

 

dent-copie-1.JPG2011-05 2594 - copieUne cordée est juste devant nous à l'attaque et aura le même rythme que nous ce qui permet aussi d'échanger.

La seconde longueur comporte un pas de bloc en 5b où Val se débrouille bien pour une reprise. Le rocher reste excellent.

Puis vient une longueur en oblique à droite un peu plus longue que les autres jusqu'à une fenêtre qui donne "de la gueule" à l'itinéraire (5a). Pour l'ultime longueur, on traverse la fenêtre puis on gravit un mur blanc en face sud qui comprte un pas de 5a pour sortir sur les arêtes où la vue est magnifique.

 

2011-05 2595 - copie2011-05-2598---copie-copie-1.JPGLa descente s'effectue en un rappel de 25 m en face sud où on "atterit" dans un bosquet de chênes verts puis à pied par la brèche de la Posterle où l'on a encore le loisir de confirmer l'appellation bien trouvée de "dentelles".

 

Le retour aux sacs est rapide et il y a maintenant foule qui fait la queue au pied de cette petite voie qui possède bien des qualités, à commencer de faire partie des rares itinéraires esthétiques et recommandables dans ce niveau de difficulté. Un bon sentier ramène au parking en quelques minutes où la la journée peut se poursuivre à travers le vignoble des Côtes-du-Rhône.

 

2011-05 2613 - copie2011-05 2616 - copieNous recommandons vivement la visite de deux jolis villages du secteur : d'abord Gigondas mais aussi et surtout Séguret, village médiéval fort bien restauré et dont les ruelles pittoresques invitent à prendre son temps après une escalade locale ou une visite des caves

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0

Publié le 4 Mai 2011

2011-05 2526 - copie2011-05 2532 - copieDurant mes années sud (les années 90), j'ai parcouru le Lubéron en long, en large et en travers, à la recherche de sentiers secrets, d'un nouveau site d'escalade.

C'est une "région" à laquelle je voue un certain attachement. C'est donc avec une immense plaisir que j'y reviens, toujours dans l'idée de découvrir de nouvelles choses.

 

2011-05 2546 - copieAprès avoir déposé les filles chez leurs grands-parents, nous voici partis avec Val pour une première journée dans le Vaucluse. Nous commençons par la visite de l'Isle-sur-la-Sorgue, une bien jolie petite ville entourée de canaux provenant de la Sorgue, rivière issue de la résurgence de Fontaine-de-Vaucluse, elle-même confluent de la majeure partie des réseaux aquatiques souterrains de ces plateaux perméables.


2011-05 2549 - copieLa suite se déroule un peu plus à l'est : il s'agit d'une randonnée dans les gorges de Véroncle. La Véroncle est une rivière encaissée qui coule entre Mure, au nord, et Gordes (au sud et à l'ouest) et dans lesquelles un sentier a été aménagé. quelquyes passages escarpées équipés d'échelles et de cordes fixes demandent de l'attention mais rien de bien difficile. La sécheresse sévit ici aussi cette année : la Véroncle est à sec en partie basse ; on trouve un peu d'eau dans la partie amont.

 

ver-copie-1.JPGLe sentier est tantôt dans la gorge, tantôt rive droite, tantôt rive gauche. La partie amont se déroule proche du lit de la rivière et on finit au village de Murs.

Si on n'a pas dépose de voiture ou un taxi pour le retour, comme nous, il est possible de sortir sur le plateau à l'ouest ou à l'est un peu en aval du village et redescendre au point de départ. Compter 3 à 4 heures pour la boucle complète sans pause.2011-05 2563 - copie

2011-05 2567 - copie2011-05 2565 - copieNous finissons la journée par une balade dans Pernes-les-Fontaines, comme son nom l'indique, ville jalonnée de très nombreuses fontaines. Et pour finir, deux bonnes adresses dans ce secteur : à Pernes, la restaurant la Camarette. Une excellente adresse, un must de la gastronomie pour 32€ tout compris (menu unique avec apéro, vin et café) : de la très grande restauration.

Non loin de là, le mas du Kaïros à Venasque, est un très bon point de chute avec des chambres d'Hôtes et un accueil de grande classe.

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #randonnée sportive

Repost0

Publié le 2 Mai 2011

2011-05-2490---copie.JPG2011-05-2509---copie.JPGSi Pierre Dalloz est connu pour ses premières en alpinisme en Oisans et dans Belledonne notamment, on ignore plus souvent qu'il fut un des pionniers de la résistance, imaginant parmi les premiers depuis son repère perché sur les hauteurs de Sassenage que cette forteresse pourrait bien devenir le camp de base du maquis.

N'étant pourtant pas très "histoire" et plutôt "géo" à l'école et maintenant encore, j'avoue porter un très grand intérêt à cette période qu'est la seconde guerre mondiale, peut-être un peu parce que j'ai un attrait particulier pour ce massif montagneux qu'est le Vercors.

C'est donc tout proche du domicile de cet ancien résistant-alpiniste et en passant par la rue qui porte aujourd'hui son nom que nous avons réalisé aujourd'hui avec ma fille Stella, une petite balade digestive. Le mode d'emploi fut le suivant : 15 minutes de voiture (on aurait pu utiliser les TC) jusqu'au parc de l'Ovalie à Sassenage (jeux pour les enfants) puis marche le long du Furon jusqu'au château de Sassenage où nous avons pris le car Transisère ligne 5100 pour nous monter aux hauts de Sassenage (arrêt la dent du Loup).

Le reste de la balade se fait tout en descente en allant chercher le sentier de le rive droite du Furon (qui repasse ensuite en partie basse sur la rive gauche). Ca le fait très bien avec un enfant de quatre ans mais il faut le surveiller de près (bords du sentier souvent raides) et même le tenir par la main sur quelques portions où le sentier ne comporte pas de difficulté en soi mais domine de plusieurs mètres le torrent (chute interdite).2011-05-2498---copie.JPG

Une bien belle balade, somme toute assez courte, au fil de l'eau, avant le retour à la civilisation, pas désagréable dans les ruelles du vieux Sassenage puis toujours le long du Furon.2011-05-2510---copie.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #balade

Repost0

Publié le 30 Avril 2011

2011-04-2469---copie.JPG2011-04-2465---copie.JPGAprès une toute petite hésitation ski/grimpe (il est tombé 40 cm de neige au refuge du Promontoire !), c'est finalement vers l'été et l'escalade que le choix s'opère.

Philippe, toujours très motivé pour une virée entre copains, me propose Fhara Kiri, une voie relativement abordable de Presles.

Après quelques échanges avec Manu rencontré sur le parking et en route vers un objectif plus sérieux, nous attaquons l'approche qui se déroule sans histoire en une trentaine de minutes, à pied.

Dès le départ, l'ambiance est au rendez-vous comme toujours à Presles. Le 6a du départ réveille, ainsi que le 6a+ suivant : on est tout de suite dans l'ambiance.

L3, après un beau début en fissure (6a), présente une traversée puis une fissure difficiles (7a ?) mais très bien équipées pour du A0. Sur le dernier point de ce passage d'artif facile, un peu plus loin que les autres, pend une vieille corde qu'il faut aller chercher. Chaque cordée constate l'état de délabrement de ce cordasson en disant qu'il faudrait le remplacer... mais personne ne le remplace. Nous non plus ! Mais un jour, il y en aura un qui va tout arracher et le passage sera plus ardu. Mieux vaut être prévenu.2011-04-2477---copie.JPG

2011-04-2482---copie.JPGAprès deux courtes longueurs de 5sup pour se refaire un peu (mais pas sans intérêt), j'ai l'honneur de me coller à la longueur du mur jaune soutenu en 6b : une escalade magnifique. Quelle ambiance !

S'en suit un petit 5c mais très joli, notamment en deuxième partie, et bien long (longueur de 45 m).

Le sommet se rapproche et c'est tant mieux car mes pieds commencent à souffrir dans ma (presque) nouvelle paire de chaussons.

L8 est moins raide que le reste et présente de superbes passages en dalle (6b peu soutenu). Au final, je suis relativement d'accord avec les cotations proposées par Mick, un peu plus réalistes que ce que l'on peut lire ici ou là.

2011-04-2483---copie.JPG2011-04-2485---copie.JPGDurant cette ascension, nous avons un vis-à-vis avec une cordée dans une voie voisine (érection... ou les guenilles).

L'ambiance est vraiment au rendezvous.

Et tandis que Philippe se colle au 6b de sortie avec un pas teigneux (et je ne parle pas du départ du relais où il y a 3m en A0 qui n'ont rien à voir avec du 6b), j'en profite pour soulager mes pieds et mon ventre, après ces 4h30 d'ascension.

Eh oui, à Presles c'est soutenu et on ne court jamais (enfin pas moi), même dans le 5sup où les points sont un peu plus éloignés. On reste pile dans la moyenne de 30 minutes par longueur ce qui me semble tout à fait raisonnable.2011-04-2487---copie.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #escalade-alpi

Repost0