Publié le 9 Mars 2011

2011-03 2032 - copie2011-03 2037 - copieAvec Philou, guide au PGHM de Chamonix et Joël, nous partons vers midi dans l'espoir de caresser la poudre chez nos amis suisses. La voiture se dirige naturellement vers le col de la Forclaz, secteur où le vent ne se fait pas trop sentir. Dès le départ de la Caffe, nous voyons que les pentes nord sont, comme prévu, poudreuses. En revanche, l'objectif du jour (comme prévu aussi), la pointe Ronde, semble surtracé. 2011-03 2041 - copiePhilou est sans cesse dérangé par son téléphone (c'est qu'il est susceptible d'être appelé pour bosser), si bien que l'écart se creuse avec mes deux compères. Si Joël fait l'effort d'attendre, de mon côté, j'ai du mal avec ce rythme fractionné. 2011-03 2044 - copieDu coup, j'accélère un bon coup afin d'aller skier un petit couloir poudreux du côté des Plans. Toute l'équipe se retrouve ensuite sur le plat versant est de la pointe Ronde. Cent cinquante mètres sous le sommet, je propose de laisser tomber la classique surtracée pour prendre un couloir nord un peu raide ne comportant que deux traces. Les cent premiers mètres ne sont pas déments mis à part le sympathique (tout) petit saut de corniche en raison, d'abord 'une couche de 80 cm de "gobelets" posée à peine les cailloux, puis d'une étroiture d'à peine deux mètres. La suite est bien meilleure en bonne neige froide. 2011-03 2051 - copieA l'entrée de la forêt, nous remettons les peaux en direction des Prelayes où nous avons tout le plaisir de visualiser le couloir préalablement descendu. 2011-03 2048 - copieLa descente qui suit se déroule dans le beau triangle nord-est partant de l'épaule : le haut de la pente n'est pas très sain et nous le négocions prudemment mais rapidement, une bonne poudre fait suite. Plus bas, le manque de neige rend le goulet très délicat avec des vernes, des ressauts glacés et peu de place pour skier. Fort heureusement, nous tirons à droite dans la forêt où la neige reste très bonne. La fin est un boarder crosse bien dammé, lorsque nous rejoignons la combe des Faces dans laquelle descendent tous les skieurs de retour de la pointe Ronde.

2011-03-2054-copie-1.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 8 Mars 2011

2011-03-2026.JPGAujourd'hui, c'est ski alpin en famille avec nos amis cévenols sur les pentes de Haute-Savoie. Nous choisissons le domaine des Houches dont la partie sommitale, vaste plateau semi-boisé, permet l'initiation pour les enfants, et le reste du domaine suffisamment grand, recèle de belles pistes pour les plus confirmés. Premier contraste donc car ce ne sont pas toutes les stations qui peuvent proposer du ski de si bonne qualité pour tous. Le second contraste viendra du plaisir à partager ces moments de glisse en famille et surtout avec les plus petits, et la grosse colère que j'ai piqué durant une demie-heure au départ d'un téléski. Cela mérite quelques explications. Sur les stations de l'Isère, j'ai l'habitude de prendre avec moi, bien calée sur mon genou, ma fille de presque 4 ans, sur les téléskis un poil raides pour elle, sans que cela n'ait jamais posé de problème. Entraînés par notre élan, nous arrivons au pied d'un petit téléski qui remonte le long d'une piste bleue. Comme d'habitude, je me présente avec Stella calée sur ma jambe. "C'est interdit à deux !" me dit le pisteur. La discussion s'envenime peu à peu. Passons les détails mais j'ai beau lui dire que ce sera beaucoup moins dangereux que je monte avec elle plutôt que de la laisser seule et tout tenter pour qu'il accepte de me laisser passer, il ne lâche rien. "C'est la loi". Oui mais le problème, c'est que je suis sur un versant cul de sac, qu'à part remonter à pieds avec une fille de 4 ans chaussures de ski aux pieds, je n'ai pas d'autre choix que de prendre le tire-cul et que je ne vois pas où est le problème ni le danger, etc, etc. Pas moyen. Grosse colère de ma part : j'ai comme on dit dans le jargon "pété un plomb".  J'ai pensé très fort au fameux "planté du bâton" des "Bronzés font du ski" mais je ne suis quand même pas allé jusque là ! Résultat final : 30 minutes à attendre qu'une moto-neige vienne remonter ma fille en haut de la piste.

J'ai repensé à un ami qui veut, depuis plusieurs années, monter sa boîte et qui me dit toujours : "je ne monterai jamais ma boîte dans un pays de merde comme la France, avec toutes ses lois, toutes ses normes".

Trop règlementer, c'est déresponsabiliser !

Pour finir, j'ai vu un gars déchausser dans une piste raide où le stop-ski n'a pas eu le frottement nécessaire pour arrêter l'engin. C'était très dangereux pour les skieurs en aval. Honnêtement, je pense que sur les pistes de ski, il faudrait légiférer pour interdire... les skis. Vive la république, vive la France !

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 7 Mars 2011

2011-03-2017-copie-1.jpgGrosse fatigue annuelle de mon côté (incroyable, pas de sortie la veille alors que le beau temps règnait en maître !) avec la fièvre qui s'invite. Ne tenant quand même plus en place, c'est dopé que je pars pour une petite balade avec joël du côté de l'aiguillette des Houches que je connais presque par coeur. A la montée, on se croirait début mai : non seulement il faut porter, mail jusqu'au sommet de la voie dite normale, la neige n'est jamais abondante. On évolue sur des plaques de neige au milieu des rhodos, tout ça en t-shirt bien sûr.

Mais le contraste ne se fait pas attendre : la combe nord-ouest, la fameuse Vogealle, est restée en neige froide. Et, grâce à la vilaine gueule du versant sud, il n'y a que deux traces alors qu'en temps normal elle est surfréquentée. Ce contraste, nous allons le cueillir sans attendre. 2011-03-2019.jpgAprès un premier virage au soleil sur un neige croûtée (c'était juste pour l'image), 600 m de neige poudreuse nous attendent jusqu'à la petite remontée à l'épaule. Le retour est un peu laborieux avec plusieurs micro déchaussages et un chemin technique sur des plaques de neige/glace mais on n'a pas perdu notre matinée et encore une fois, ce fut, en ce mois de mars, une bonne petite descente en poudre. De quoi se réveiller de la crève juste comme il faut.2011-03-2022.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 5 Mars 2011

2011-03 2015Les contributeurs du site web des éditions Volopress sont identifiées par un trigramme. Ainsi, le mien est LTA, trigramme qui a par ailleurs été utilisé pour l'adresse de ce blog. Il y a quelques années, un petit jeune prenait le nom de code NIW. Nicolas Wirsching est rapidement devenu un des plus grands skieurs-alpinistes de l'histoire de cette activité. Des dizaines de pentes extrêmes skiées par saison et des belles : Corridor à la Meije, Mayer Dibona en Oisans, Couturier et col de la Verte dans le Mont-Blanc ne sont que quelques exemples ; mais aussi de gros enchaînements difficiles comme la traversée du massif de l'Armet avec Stéphane Brosse via quatre couloirs de niveau 5. Les témoignages qui ont suivi sa disparition - famille - amis - mais aussi tout simplement passionnés de montagne qui suivaient sur la toile l'évolution de leur idole - attestent de la dimension du personnage qui était, tout simplement, fou de la vie. Sa disparition il y a pile un an dans la face sud de la Grande Moucherolle a laissé toute la communauté du ski de montagne sans voix. Aujourd'hui, famille et amis étions réunis sur place autour de sa maman.2011-03-2016_.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0

Publié le 4 Mars 2011

2011-03-1989---copie.JPGLe beau temps se poursuit, la neige est là, aujourd'hui, c'est balade en famille du côté du Vercors.

2011-03-1985---copie.JPGLa petite est dans le porte-bébé, porté par le grand. Les plus grandes sont à pied et tractent la luge avec le matos. J'ai oublié la rallonge et le baudar donc Val se coltine la luge à la main. Peu pratique mais comme ça ne dure pas trop longtemps, c'est acceptable.

2011-03-1981---copie.JPGLa luge contient les sacs à dos et le matériel de ski de la "grande" pour la descente. Toute cette organisation commence à être rodée (ouais, j'ai quand même oublié la longe...).2011-03-1983---copie.JPG

2011-03-1984---copie.JPG2011-03-1997---copie.JPGL'auberge est en vue. Beau temps, belle neige, bonne trace, aujourd'hui, c'est farniente. Cela n'empêche pas de faire quelques variantes et de tracer dans une neige restée encore froide dans les prairies orientées nord. En revanche, dans la forêt, les arbres ont commencé a décharger. Ben oui, on est en mars.2011-03-2004---copie.JPG

2011-03-2007---copie.JPG2011-03-2009---copie.JPGSinon, l'assiette du jour est toujours aussi copieuse pour 16 euro : charcuterie, Saint-Marcellin pané, pommes de terres, salade composée...

Un peu de détail sur la pièce principale du plat : de la belle cuisine et on n'a plus de place pour le dessert comme d'habitude. C'est vraiment l'auberge d'altitude que je préfère de ce point de vue-là.

En revanche, le café reste indispensable, accompagné d'un petit chocolat, tout ça au soleil.

14 heures. Il est temps d'aller mettre tout ce petit monde à la sieste. Mais avant ça, nous profitons du coin pour faire un peu de luge puis vient la descente : la petite et la maman en luge ; la grande et le papa en ski. La rando, ça commence comme ça !2011-03-2011---copie.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par lta38

Publié dans #ski-glisse

Repost0